Starlink introduira un plafond de données au Canada et aux États-Unis

Le service Internet par satellite Starlink comportera un plafond de données pour les utilisateurs canadiens et américains à partir de décembre 2022, a annoncé la société dans des courriels à ses abonnés.

Dans un courriel dont IT World Canada, une publication sœur de Direction informatique, a obtenu copie, la société informe ses abonnés Internet résidentiels qu’elle mettra en place une politique d’utilisation équitable qui limitera la vitesse de ses clients lorsqu’ils dépassent une capacité autorisée.

À partir de décembre, le service Starlink fournira 1 To d’accès « prioritaire » plus rapide à tous les abonnés résidentiels et passera à l’accès « de base », plus lent, une fois l’allocation prioritaire épuisée.

Starlink attribue cette nouvelle politique d’utilisation équitable à la limite de sa capacité satellitaire. La société a noté que les abonnés résidentiels peuvent acheter un accès prioritaire supplémentaire pour 0,32 $ CA par gigaoctet.

« Les clients qui dépassent 1 To d’utilisation de données sur une base mensuelle (actuellement moins de 10 % des utilisateurs) passeront automatiquement à l’accès de base pour le reste du cycle de facturation, ce qui signifie que leur utilisation de données sera dépriorisée pendant les périodes de congestion du réseau, entraînant des vitesses plus lentes », lit-on dans le courriel.

Les abonnés Starlink Business peuvent choisir entre 500 Go, 1 To ou 3 To d’accès prioritaire et ont la possibilité de payer 1,28 $ CA par gigaoctet après avoir atteint le plafond de données.

Le  courriel précisait que les données utilisées entre 23h et 7h ne compteront pas dans le plafond de données. Starlink a suggéré aux clients de surveiller leur utilisation sur la page de leur compte.

L’Internet par satellite Starlink de SpaceX a gagné en popularité, rassemblant plus de 90 000 abonnés dans sa seule phase bêta. Les résidents vivant dans les zones rurales ont été attirés par les vitesses plus élevées du service par rapport à ce qui leur était proposé par leurs fournisseurs d’accès Internet locaux. Après avoir lentement étendu son déploiement mondial, le 19 mai 2022, SpaceX a annoncé qu’elle comptait plus de 400 000 abonnés dans le monde.

En septembre 2022, Starlink a lancé plus de 3 000 satellites en orbite terrestre basse pour fournir le service. La société souhaite créer à terme une constellation massive composée de 40 000 satellites pour diffuser Internet dans le monde entier.

Mais le service n’est pas sans controverses. Les satellites pourraient présenter un risque de collision avec d’autres objets dans l’espace, comme la Chine s’en était déjà plainte à la Federal Communications Commission des États-Unis. De plus, les gens se demandaient si la constellation, même dans sa forme finale, pouvait vraiment offrir la vitesse et la capacité promises à tous ses utilisateurs.

Malgré ces préoccupations, Starlink a étendu son service aux régions du nord du Canada. La CBC a rapporté que les personnes du Nunavut et des Territoires du Nord-Ouest qui avaient commandé le service ont commencé à recevoir des courriels indiquant que leurs commandes sont en cours de traitement.

L’article original (en anglais) est disponible sur IT World Canada, une publication sœur de Direction informatique.

Adaptation et traduction française par Renaud Larue-Langlois.

Tom Li
Tom Li
Les télécommunications et le matériel grand public sont les principaux sujets couverts par Tom chez IT World Canada. Il aime parler de l'infrastructure de réseau du Canada, des produits semi-conducteurs et, bien sûr, de tout ce qui est nouveau dans le domaine des technologies grand public. Vous le verrez aussi occasionnellement signer des articles sur les actualités liées à l'infonuagique, à la sécurité et au logiciel en tant que service. Si vous êtes prêt pour une longue discussion sur les nuances de chacun des secteurs ci-dessus ou si vous avez un produit à venir que les gens vont adorer, n'hésitez pas à lui envoyer un message à [email protected]

Articles connexes

La performance des réseaux canadiens pratiquement inchangée

La société de recherche sur les réseaux Ookla a récemment publié son analyse trimestrielle de l'Internet mobile et fixe pour le Canada. Avec la prolifération des environnements de travail hybrides, les performances des réseaux deviennent de plus en plus importantes. À cet égard, le rapport démontre que les vitesses mobiles du Canada seraient suffisantes pour prendre en charge la plupart des fonctions de travail à distance comme les réunions Zoom et les applications de bureau à distance.

Inquiets de la résilience Internet et des télécoms de votre entreprise ? Posez ces questions

Les pannes pancanadiennes d'Internet et de réseau cellulaire causées par l'incident de la semaine dernière chez Rogers Communications devraient inciter les décideurs des entreprises de télécommunications et de TI à réfléchir attentivement à la résilience des télécommunications dans les services qu'ils achètent.

Le PDG de Rogers admet que la panne aurait été causée par une opération d’entretien

À la suite de la panne majeure de ses services cellulaires, de câbĺodistribution et d'Internet qui a commencé tôt vendredi matin et qui perdure, le président et chef de la direction de Rogers Communications, Tony Staffieri, a publié un nouveau message expliquant ce que l'entreprise croit en être la cause : « une panne du réseau suite à une mise à jour de maintenance de notre réseau central, qui a provoqué un dysfonctionnement de certains de nos routeurs tôt vendredi matin ».

Rogers présente des excuses après une panne majeure

Rogers Communications s’est excusée publiquement après qu’une panne majeure de son réseau ait laissé des millions d’utilisateurs et d'entreprises canadiens sans services Internet et mobiles le 8 juillet.

Près de 1 M$ du fédéral pour une meilleure connectivité mobile à des foyers ruraux du Québec

Le ministère du Développement économique rural annonce un financement fédéral pouvant aller jusqu'à 939 035 $ à Bell pour qu’elle améliore la connectivité mobile dans la communauté des Premières Nations Les Atikamekw de Manawan.