Les TI sur la voie de garage


Jean-François Ferland - 10/11/2008

Bien des petites entreprises, des commerçants et des entrepreneurs sont aux prises avec des logiciels maison impossibles à modifier et difficiles à remplacer. La prévoyance est de mise pour éviter les futurs désagréments.

Les organisations de toutes les tailles ont recours aux technologies de l’information depuis fort longtemps. Forcément, au gré des besoins ou des obligations, ces organisations doivent procéder à des modifications, des ajouts ou des remplacements des logiciels. Mais pour plusieurs personnes, l’évolution de l’informatique est une affaire des plus complexes.

Denis est le propriétaire d’un atelier de mécanique à Montréal. Depuis 1993, il utilise un logiciel qui sert à la fois à la facturation, à la comptabilité et à la compilation des coordonnées des clients. Or, depuis la récente réduction du taux de la taxe fédérale sur les produits et les services, Denis doit calculer les taxes à la calculatrice et corriger à la main les factures qu’il produit à l’aide d’une imprimante matricielle.

Le logiciel est modifiable, mais il en a oublié le mot de passe. Or, le développeur qui a conçu le logiciel quinze ans plus tôt travaille maintenant hors du pays et est difficile à joindre. Quatre étudiants en informatique ont cru être en mesure de pouvoir contourner les barrières de ce logiciel exploité dans l’environnement DOS, en vain. Plusieurs ont conseillé à Denis de se procurer un nouveau logiciel et de repartir à zéro. Cette approche exigerait un travail colossal si l’on considère qu’il faudrait retranscrire à la main les informations de centaines de clients et de transactions commerciales, puisque le logiciel n’a pas de fonction d’exportation des données.

La situation vécue par ce garagiste n’est sûrement pas unique. Combien de petits commerces et d’entrepreneurs indépendants sont aux prises avec un logiciel dont l’équipe de développement a cessé ses activités et a disparu de la circulation? Malheureusement, il est possible qu’un développeur décède subitement sans avoir laissé des instructions claires quant à l’emplacement de conservation de mots de passe ou de procédures de débogage pour des logiciels maison. D’autres organisations, qui veulent passer à un logiciel de nouvelle génération, sont aux prises avec une impossibilité d’extraction des données ou bien des fichiers des données si désordonnés qu’il vaut mieux procéder à un transfert « à la mitaine ».

Rapidement, deux camps suggéreront leurs alternatives afin d’éviter que pareille situation ne se reproduise. D’un côté, les développeurs commerciaux propriétaires proposeront des solutions dotées de fonctions d’export ou de modification, tout en valorisant leur persévérance historique et la pérennité de leurs ressources de soutien technique. De l’autre, des développeurs qui misent sur l’approche du logiciel libre mettront en valeur les composantes disponibles « gratuitement et facilement » sur Internet qui permettent à n’importe qui de remplacer des éléments fautifs ou périmés. En parallèle, des développeurs maison qui misent encore sur une approche propriétaire clameront qu’ils ont bien saisi les enjeux des organisations et qu’ils ont ajouté des « échappatoires » à leurs produits.

Il n’est pas question ici de déterminer si l’une des approches est meilleure que les autres. Toutefois, la prudence et la prévoyance sont fortement recommandées aux organisations afin qu’elles s’évitent des maux importants à long terme. Certes, n’importe quel fournisseur dira « notre entreprise sera présente dans dix ans » ou « les composantes se retrouveront en un tournemain ». Or, au gré de la consolidation de l’industrie, de grands noms sont disparus, d’autres cessent le développement ou la mise à jour de composantes cruciales et certains retirent, pour quelque raison que ce soit, des composantes de la circulation.

La petite organisation, pour qui le logiciel joue un rôle important, se retrouve alors Gros Jean comme devant. Or, elle aurait beau demander des garanties, personne ne peut confirmer ce que réserve l’avenir. À l’ère où les services en ligne font l’objet d’un grand intérêt, il est possible que des organisations qui les adoptent soient confrontées à une mise hors service abrupte qui les laissera au dépourvu.

Toutefois, si le développeur peut démontrer dès maintenant que le logiciel fourni permet dès maintenant l’extraction de données, ou qu’il suggère au client un mécanisme éprouvé de conservation des mots de passe, le client se sentira moins échaudé face aux technologies.

Il est dans l’intérêt de n’importe quel fournisseur, peu importe sa philosophie de développement, de rassurer les clients de la sorte afin d’éviter de se retrouver eux-mêmes sur une voie de garage…

Jean-François Ferland est journaliste au magazine Direction informatique.


À lire aussi cette semaine: Far Cry 2: lorsque le jeu vidéo devient plus réel et plus intelligent L’actualité des TI en bref Redéfinir la notion de mobilité




Tags: , , , , , ,

À propos de Jean-François Ferland

Jean-François Ferland a occupé les fonctions de journaliste, d’adjoint au rédacteur en chef et de rédacteur en chef au magazine Direction informatique.


Google+