Le bénéfice net de Rogers recule de 9%

Le bénéfice net de Rogers s’est replié de 9% au 2e trimestre, alors que la division sans fil de la société a vu sa rentabilité diminuer en raison d’un environnement qualifié de « très compétitif ».

Pour le trimestre terminé le 30 juin, l’entreprise de services de télécommunications a enregistré un bénéfice net de 410 millions de dollars (75 cents par action), lui qui était de 452 millions de dollars (77 cents par action) à la période correspondante il y a un an.

Les revenus ont atteint 3,12 milliards de dollars, comparativement à 3,02 milliards de dollars l’an dernier, ce qui constitue une hausse de 3 %.

En excluant les éléments non récurrents, le bénéfice net passe à 467 millions de dollars (85 cents par action), par rapport à 464 millions de dollars (79 cents par action) au 2e trimestre de l’exercice 2010.

Les analystes tablaient en moyenne sur un bénéfice par action de 81 cents et sur des revenus de 3,13 milliards de dollars, selon l’agence de presse financière Bloomberg.

Le titre de l’entreprise était en baisse à la Bourse de Toronto en milieu d’après-midi. Même si Rogers a ajouté 108 000 abonnés à ses services sans fil. Le bénéfice d’exploitation de la division sans fil a malgré tout reculé de 7 % à 761 millions de dollars, comparativement à 819 millions de dollars l’an dernier.

« Rogers a livré une performance solide au 2e trimestre tant au niveau du financement que de la hausse des abonnés, dans un environnement très compétitif», a affirmé le président et chef de la direction de Rogers, Nadir Mohamed, dans un communiqué.

Le titre de Rogers reculait de 1,32 dollars (3,49%) à 36,50 dollars à la Bourse de Toronto peu après 15h00.

Pour consulter l’édition numérique du magazine de juin de Direction informatique, cliquez ici

Denis Lalonde
Denis Lalondehttp://www.directioninformatique.com
Denis Lalonde est rédacteur en chef chez Direction informatique, développant des contenus et services uniques pour les spécialistes des technologies de l’information en entreprise à travers la province de Québec, tant à l’imprimé que sur le Web. Il s’est joint à IT World Canada, l’éditeur de Direction informatique, après avoir travaillé plus de cinq ans chez Médias Transcontinental pour les publications LesAffaires.com et le Journal Les Affaires. Journaliste accompli à l’aise sur toutes les plateformes médiatiques, Denis a également travaillé au Journal de Montréal, au portail Internet Canoë et au Réseau de l’information (RDI). Twitter: DenisLalonde

Articles connexes

Rogers, Shaw et Québecor signent une entente définitive concernant la vente de Freedom Mobile 

À la suite d’une entente annoncée 17 juin dernier, Rogers Communications, Shaw Communications et Québecor annoncent aujourd'hui avoir conclu une entente définitive concernant la vente de Freedom Mobile à Vidéotron, une filiale de Québecor, sous réserve des approbations réglementaires et de la finalisation de la fusion de Shaw et Rogers, annoncée le 15 mars 2021.

Rogers espère maintenant conclure sa fusion avec Shaw à la fin de l’année

Rogers Communications a repoussé la date de clôture prévue de son acquisition de Shaw Communications pour 26 milliards de dollars canadiens au 31 décembre 2022.

La concurrence peut-elle accroître la résilience du Réseau ?

Le chef de la direction de Rogers, Tony Staffieri, et son nouveau directeur de la technologie, Ron McKenzie, ont comparu devant le Comité permanent de l'industrie et de la technologie de la Chambre des communes le 25 juillet pour fournir des détails sur la panne du réseau national de l'entreprise le 8 juillet. Au cours de la discussion, des députés ont interrogé les deux dirigeants sur les engagements pris par l'entreprise pour éviter que cela ne se reproduise.

« Des pannes, ça arrive », déclare le président du CRTC

Le chef de l'organisme de réglementation des télécommunications du Canada a déclaré que l'énorme panne de réseau Internet et sans fil de ce mois-ci chez Rogers pourrait entraîner une réglementation accrue de l'industrie, mais a également suggéré que rien ne pouvait être fait par l'organisme de réglementation pour empêcher les interruptions de service.

Plus de conditions aux opérateurs de télécommunications à la suite de la panne de Rogers

Le gouvernement fédéral pourrait imposer davantage de conditions aux fournisseurs de télécommunications pour améliorer leur résilience alors que l'enquête sur l'énorme panne de Rogers du 8 juillet se poursuit, a déclaré le ministre de l'Industrie devant un comité de la Chambre des communes.