La montréalaise Leav lance une nouvelle solution de commerce au détail

La jeune entreprise montréalaise Leav lance le 1er décembre une nouvelle plateforme technologique pour le commerce de détail au Canada.

Cette solution permet aux commerçants d’automatiser les processus de paiement en positionnant les caisses traditionnelles dans le nuage. Avec cette application sans contact, les clients peuvent compléter leurs achats dans les magasins directement sur leur téléphone intelligent, sans devoir passer à la caisse.

Leav indique avoir conçu la plateforme pour la rendre compatible avec des systèmes plus anciens et simple à installer dans des boutiques existantes. Son adoption ne nécessite donc pas d’investissement important ou d’infrastructure informatique complexe, contrairement à d’autres solutions de paiement sans contact.

L’application comprend aussi un système de sécurité qui reconnaît en temps réels les articles payés et impayés, afin de protéger les détaillants contre le vol à l’étalage.

Leav a été créée en 2019 par trois entrepreneurs de 21 ans, Charles-Étienne Simard, Olivier Roy et Evgeny Grachev, dans le but de revitaliser le marché du commerce de détail. Ils partageaient une vision commune d’une industrie futuriste, qui optimise l’expérience client et offre plus de contrôle aux consommateurs.

Dans un communiqué transmis à Direction informatique, ils indiquent avoir longtemps réfléchi à comment améliorer l’expérience de magasinage dans le contexte de pandémie. « Les consommateurs veulent toucher le moins de choses possible et ne souhaitent pas attendre en file. Ils désirent aussi plus que jamais soutenir les marques qu’ils aiment, explique Charles-Étienne Simard, président de Leav. C’est là où Leav entre en jeu ; en optimisant l’expérience d’achat, nous permettons aux commerçants de reconnecter avec leur clientèle de façon sécuritaire. »

Avec un mécanisme de paiement automatisé, les détaillants pourront passer plus de temps à conseiller la clientèle, ce qui se traduira par une augmentation de la taille du panier moyen et une fidélisation accrue des consommateurs, estime M. Simard. L’équipe de Leav a confiance que l’implantation de ce système offrira une expérience plus agréable et plus intuitive, tout en facilitant le respect des mesures sanitaires.

Pour souligner le lancement de l’application, Leav effectuera des démonstrations de son processus d’automatisation dans sa boutique éphémère du Centre Eaton de Montréal du 1er décembre 2020 au 15 janvier 2021.

L’entreprise invite les détaillants et clients intéressés à en savoir plus à s’inscrire en ligne.

Catherine Morin
Catherine Morin
Éditrice - Direction Informatique

Articles connexes

Leav déploie sa plateforme mobile de caisse en libre service chez La Vie en Rose

Leav, une jeune entreprise technologique montréalaise qui fournit aux détaillants une plateforme offrant un processus de paiement sans friction, signe un accord avec le détaillant de lingerie fine la Vie en Rose pour implanter sa solution dans les quatre magasins la Vie en Rose du centre-ville de Montréal et dans un magasin Bikini Village.

Faible maturité des entreprises canadiennes en matière de cybersécurité

De nombreuses entreprises canadiennes ont encore beaucoup de chemin à parcourir pour être considérées comme une organisation de cybersécurité mature, si l’étude d’un fournisseur est représentative.

CORRECTION : L’application canadienne Alerte COVID retirée après deux ans

L'application canadienne pour les téléphones intelligents Alerte COVID, développée au plus fort de la pandémie de COVID-19 pour avertir les gens lorsqu'ils ont été en contact étroit avec une personne infectée par le virus, a officiellement pris sa retraite.

Technologies et cybersécurité au budget du Québec

Le budget 2022-2023 du gouvernement du Québec prévoit 451 millions de dollars pour la transition de l’État et des entreprises vers le numérique, et pour stimuler les achats de technologies, au cours des cinq prochaines années.

Traité sur la cybercriminalité en préparation à l’ONU

L'Organisation des Nations unies (ONU) entame un travail de trois ans pour créer un traité international sur la cybercriminalité.