Ce qui s’est passé avec CentOS n’arrivera pas avec Rocky Linux, selon Kurtzer

Gregory Kurtzer, qui a jadis fondé et dirigé le projet en code source libre CentOS Linux ainsi que la Fondation cAos, l’organisation où les premiers développements ont eu lieu, a déclaré aujourd’hui qu’une structure de gouvernance a été mise en place qui maintiendra Rocky Linux dans le domaine public pour toujours.

Le développement de Rocky Linux a commencé fin 2020, peu de temps après que Red Hat eut mis fin au développement de CentOS, une distribution Linux communautaire dérivée de Red Hat Enterprise Linux (RHEL) qui existait depuis 2004.

Son nom fait référence à Jason Dale « Rocky » McGaugh, un programmeur talentueux impliqué dans le développement de CentOS, décédé en décembre 2004 à l’âge de 30 ans seulement.

Lorsqu’on lui a demandé ce que McGaugh aurait pu penser du fait que le système d’exploitation porte son nom, Kurtzer a déclaré à IT World Canada, « pour être honnête, c’était un gars timide. Je ne sais pas s’il aurait aimé l’attention, mais en même temps, il était un grand défenseur  et un grand fan du code source libre. Personnellement, je ne pense pas qu’il aurait aimé ce qui s’est passé avec CentOS. »

Kurtzer a ajouté que « ce que nous faisons avec Rocky Linux est vraiment là où il aurait aimé voir le projet et le code source libre aller. Lorsque nous l’avons nommé Rocky Linux, c’était un hommage à lui et à tout ce qu’il a fait, non seulement dans les domaines du code source libre et du calcul haute performance, mais aussi avec le projet CentOS.

« L’un des derniers courriels qu’il a écrits sur la liste de diffusion indiquait qu’il avait terminé à 99 % le développement de CentOS. Il était à peu près prêt à lancer quand il est décédé, mais il ne l’a jamais vu son lancement.

La clé pour qu’une initiative de code source libre se développe et s’épanouisse, a déclaré Kurtzer, réside dans son enregistrement en tant qu’organisation à but non lucratif, ce qui était le cas avec la Fondation cAos. Il a fait de même avec Rocky Linux. Une page du site Web de Rocky Linux contient les détails suivants sur sa structure organisationnelle : « La Rocky Enterprise Software Foundation (RESF) est une Public Benefit Corporation (PBC) formée dans le Delaware (numéro de dossier 4429978). Le RESF a été fondé et appartient à Gregory Kurtzer et est soutenu par un conseil consultatif composé de personnes de confiance et de chefs d’équipe de la communauté Rocky Linux.

« La décision de démarrer le RESF en tant que PBC et de créer la structure organisationnelle actuelle a été prise collectivement par le conseil consultatif après d’importantes délibérations. L’histoire a montré qu’il existe toujours des failles pour les mauvais acteurs, quel que soit le type d’entité.

« C’est pourquoi nous pensons que l’intégrité, la responsabilité et la transparence des personnes impliquées dans le projet sont l’aspect le plus critique pour déterminer la durabilité et la viabilité à long terme de tout projet. »

Les règles sont si rigides que même la nouvelle organisation dont Kurtzer est cofondateur et PDG, CIQ, ne pourrait jamais devenir propriétaire de Rocky Linux.

Mercredi, un communiqué a été publié annonçant que « neuf vétérans de l’infonuagique  et de Linux ont signé pour former l’équipe de direction de CIQ, la société qui construit la prochaine génération d’infrastructure logicielle pour les entreprises exécutant des charges de travail gourmandes en données sur la base de la distribution Linux d’entreprise Rocky Linux ».

La société a obtenu un financement de série A de 26 millions de dollars en mai et en juillet, elle a annoncé qu’elle ferait équipe avec Google Cloud.

Les autres membres de l’équipe de direction comprennent David LaDuke, vice-président du marketing, qui a cofondé Linuxcare en 1998, et Art Tyde, un vétéran de 30 ans du code source libre, qui a également cofondé la société de services informatiques. Il a également fondé le groupe d’utilisateurs Linux de la baie de San Francisco (et de la Silicon Valley) en 1994.

Kurtzer a déclaré qu’il voulait s’assurer que même CIQ ne puisse pas reprendre le projet, notant que « nous ne sommes pas ici pour posséder un projet en code source libre ou le contrôler ».

« Nous sommes ici pour aider avec Rocky Linux, nous sommes ici pour en faire partie », a-t-il déclaré. « Nous ne considérons pas le code source libre comme un modèle commercial ou un commutateur marketing que vous activez ou désactivez, en fonction des gains de l’entreprise. Au lieu de cela, nous considérons le code source ouvert comme un moyen de collaborer avec la communauté.

« Nous pouvons aider, et nous pouvons faire partie de quelque chose de bien plus grand que nous-mêmes et créer vraiment de la valeur. »

La version la plus récente, Rocky Linux 9, est sortie en juillet et sera prise en charge jusqu’au 31 mai 2032. La prise en charge de Rocky Linux 8 demeurera en place jusqu’au 31 mai 2029.

L’objectif de la dernière version, a déclaré Kurtzer, était de « créer un projet durable qui puisse durer et durer pendant des décennies, devenant une base extraordinaire et stable pour tous ceux qui veulent l’utiliser ».

La preuve que l’initiative fonctionne, a-t-il dit, peut être observée par le fait que « des organisations comme Amazon et Google et d’autres fournisseurs d’infonuagique tels que VMware ont adopté si facilement le projet Rocky Linux ».

L’article original (en anglais) est disponible sur IT World Canada, une publication sœur de Direction informatique.

Adaptation et traduction française par Renaud Larue-Langlois.

Paul Barker
Paul Barker
Paul est le fondateur de PBC Communications, une firme de rédaction spécialisée dans le journalisme indépendant. Son travail est apparu dans un certain nombre de magazines technologiques et en ligne sur des sujets allant des problèmes de cybersécurité et du monde en évolution de l'informatique de pointe à la gestion de l'information et aux progrès de l'intelligence artificielle.

Articles connexes

Google élargit son programme de primes aux bogues pour couvrir GitHub et d’autres projets en code source libre

Google ajoute à son programme de primes qui paie pour la découverte de vulnérabilités d'applications. Mardi, la société a lancé le programme Open Source Software Vulnerability Rewards (OSS VRP) pour récompenser les découvertes de bogues dans les projets à code source libre de Google.

Projet de chaîne de blocs pour l’industrie du voyage

Air Canada participera au projet de plateforme de distribution de voyages de l'entreprise suisse Winding Tree.

Un logiciel libre lancé par l’État québécois sur GitHub

Le code source libre d’un logiciel en géomatique produit...

Un commerçant au détail en ligne plaide pour le code source libre

Le code source libre n'aurait pas de points de...

Code source libre : une alliance appelle à la participation de toute l’industrie

Une alliance de fournisseurs de technologies de gestion des...