Activation de nouveaux domaines de premier niveau

Sept nouveaux noms de domaine de premier niveau sont rendus disponibles aujourd’hui, marquant le début de la plus grande expansion de noms en un an de l’histoire d’Internet.

Illustration du concept d'InternetLe domaine de premier niveau, ou TLD (Top-Level Domain en anglais) est au sommet de la hiérarchie des domaines. Alors qu’il existe actuellement une vingtaine de noms de domaines de premier niveau qui sont génériques, tels que .com, .net ou .name, il existe aussi plus de 250 noms de domaines de premier niveau qui sont de niveau national, tels que .ca pour le Canada, .us pour les États-Unis, etc.

Le plus grand registre des noms de domaines, Donuts, vient d’introduire sept nouveaux noms de domaines de premier niveau pouvant être utilisés par les entreprises de services. Ainsi, .bike, .clothing, .guru, .holdings, .plumbing, .singles et .ventures, sont actuellement offerts.

Selon AdWeek, Donuts prévoit offrir sept nouveaux noms de domaines de premier niveau le 5 février prochain, soit .camera, .equipment, .estate, .gallery, .graphics, .lighting and .photography.

En tout, plus de 300 nouveaux noms de domaines seront ainsi rendus publics au courant de l’année.

Pour les entreprises, ces nouveaux noms de domaines peuvent offrir de nombreuses possibilités, mais aussi poser des problèmes légaux. Afin de protéger la valeur des noms, l’ICANN (pour Internet Corporation for Assigned Names and Numbers), la société chargée de l’attribution des noms de domaine et des numéros sur Internet, offre aux entreprises des centres d’échange où celles-ci peuvent enregistrer leur marque de commerce. Donuts offre aussi de réserver ces noms pour une période de cinq à dix ans.

Cette solution ne semble toutefois pas faire l’unanimité. « Même si [ICANN] a apporté quelques modifications permettant de fournir plus de protection, nous pensons qu’elles n’étaient pas suffisantes ou adéquates, à déclaré Dan Jaffe, vice-président de l’Association of National Advertisers, un regroupement d’annonceurs aux États-Unis. Il est encore trop tôt pour présumer que nous ne serons pas confrontés à des problèmes très graves. Nous croisons les doigts […] »

Lire la suite de l’article sur AdWeek (en anglais)

Benjamin Jébrak
Benjamin Jébrak
Benjamin Jébrak est journaliste pour le magazine Direction Informatique.

Articles connexes

Le Canada en voie d’atteindre son objectif de brancher tous les Canadiens à Internet haute vitesse

La ministre du Développement économique rural, Gudie Hutchings, a fait état des progrès rapides réalisés par le gouvernement du Canada vers l'atteinte de son objectif de brancher tous les Canadiens à Internet haute vitesse, quel que soit l'endroit où ils vivent.

Starlink introduira un plafond de données au Canada et aux États-Unis

Le service Internet par satellite Starlink comportera un plafond de données pour les utilisateurs canadiens et américains à partir de décembre 2022, a annoncé la société dans des courriels à ses abonnés.

La performance des réseaux canadiens pratiquement inchangée

La société de recherche sur les réseaux Ookla a récemment publié son analyse trimestrielle de l'Internet mobile et fixe pour le Canada. Avec la prolifération des environnements de travail hybrides, les performances des réseaux deviennent de plus en plus importantes. À cet égard, le rapport démontre que les vitesses mobiles du Canada seraient suffisantes pour prendre en charge la plupart des fonctions de travail à distance comme les réunions Zoom et les applications de bureau à distance.

Inquiets de la résilience Internet et des télécoms de votre entreprise ? Posez ces questions

Les pannes pancanadiennes d'Internet et de réseau cellulaire causées par l'incident de la semaine dernière chez Rogers Communications devraient inciter les décideurs des entreprises de télécommunications et de TI à réfléchir attentivement à la résilience des télécommunications dans les services qu'ils achètent.

Le PDG de Rogers admet que la panne aurait été causée par une opération d’entretien

À la suite de la panne majeure de ses services cellulaires, de câbĺodistribution et d'Internet qui a commencé tôt vendredi matin et qui perdure, le président et chef de la direction de Rogers Communications, Tony Staffieri, a publié un nouveau message expliquant ce que l'entreprise croit en être la cause : « une panne du réseau suite à une mise à jour de maintenance de notre réseau central, qui a provoqué un dysfonctionnement de certains de nos routeurs tôt vendredi matin ».