Nouvelle gouvernance pour le point d’échange Internet au Québec


Jean-François Ferland - 23/04/2013

Le point d’échange Internet québécois, qui est doté d’un nouveau dispositif d’aiguillage, est dorénavant la responsabilité de l’organisme L’Échange Internet de Montréal.Logo de QIX

Le point d’échange Internet QIX (pour Quebec Internet Exchange), le dispositif d’aiguillage pour les réseaux d’accès à Internet qui était géré par l’organisme Réseau d’informations scientifique du Québec depuis 1995, est maintenant sous la responsabilité d’un nouvel organisme sans but lucratif. L’organisme L’Échange Internet de Montréal, qui est administré par des entreprises locales du domaine d’Internet, assurera la destinée et le financement du dispositif d’aiguillage.

« Le fait que la communauté des internautes prenne en main le développement de QIX […] constitue le véritable tournant historique. L’enfant a grandi, et l’heure a sonné pour lui de quitter le nid familial, a déclaré M. Michel Vanier, le chef de la direction du RISQ, dans un communiqué. Le RISQ continuera d’être le responsable de l’exploitation du QIX.

Un tout nouveau dispositif d’aiguillage, qui est situé dans les locaux du fournisseur de services de colocation Cologix, améliorera la circulation et la sécurité du trafic Internet au Québec en permettant l’établissement de trajectoires plus courtes et en réduisant les détours par des transits hors de la province.

Le nouveau dispositif servira aussi à réduire les coûts de transport du trafic IP en raison d’accords d’appairages sans frais entre les membres de L’Échange Internet de Montréal. Également, des prestataires de service, des fournisseurs de contenu et à des partenaires des secteurs public et privé pourront établir de nouvelles relations d’appairage au moyen de dispositions administratives simplifiées.

L’organisme L’Échange Internet de Montréal compte parmi ses administrateurs des entreprises qui sont présentes à Montréal, soit Cogeco Data Services, Fibrenoire, Groupe Tel-Tech, Metro Optic et Optic.ca, ainsi que le RISQ et l’éditeur Internet Google. D’ailleurs, la présidence de l’organisme est assurée par Sylvie LaPerrière, qui est gestionnaire de programme, Diffusion du contenu sur réseau chez Google.

Le dispositif d’aiguillage qui était exploité dans les locaux du RISQ depuis l’établissement du QIX il y a dix-huit ans demeurera en activité. « Ces architectures réparties [chez Cologix et au RISQ] seront gérées comme s’il s’agissait d’un seul échangeur virtuel », a précisé M. Vanier lors d’un entretien téléphonique.

L’Autorité canadienne pour les enregistrements Internet (ACEI), l’organisme qui gère le domaine Internet .CA au Canada, a contribué financièrement à l’acquisition de l’équipement nécessaire pour le nouveau dispositif d’aiguillage. L’ACEI siège également au conseil d’administration du QIX. Cologix et le fournisseur d’équipement de réseautique Cisco sont des commanditaires financiers du nouveau dispositif d’aiguillage.

Selon une liste http://www.risq.qc.ca/reseau/qix/peers qui est publiée dans le site Web du Réseau d’informations scientifiques du Québec, vingt-quatre fournisseurs de services Internet étaient branchés aux QIX lorsqu’il était géré uniquement par le RISQ.




Tags: , , , , ,

À propos de Jean-François Ferland

Jean-François Ferland a occupé les fonctions de journaliste, d'adjoint au rédacteur en chef et de rédacteur en chef au magazine Direction informatique.
Google+