La nouvelle politique de confidentialité de Google: Consolidation prochaine de l’information des utilisateurs


Jean-François Ferland - 26/01/2012

À compter de mars 2012, Google consolidera ses politiques de confidentialité. L’entreprise partagera entre ses divers services les informations relatives à un individu pour mieux cibler ses publicités, sans possibilité d’exclusion autre que la cessation d’utilisation des services.

Le fournisseur de services en ligne Google a annoncé qu’à compter du 1er mars 2012, tous ses services en ligne seront assujettis à une seule et unique politique de confidentialité.

En clair, lorsqu’un internaute utilisera les services en ligne de Google à l’aide de son identifiant Compte Google (Google Account), les informations provenant des divers services seront combinées afin d’offrir à ceux qui emploient ses services «&nsbp;une meilleure expérience utilisateur » et « au fil du temps, de meilleurs résultats de recherche et de publicité. »

Vidéo explicative

Dans le réseau voué au contenu vidéo YouTube, Google a publié une courte séquence animée qui résume la mise à jour de sa politique de confidentialité.

« Nous pourrions même vous indiquer que vous serez en retard à une rencontre en fonction de votre emplacement, de votre calendrier et des conditions de la circulation », donne comme exemple Google dans cette vidéo pour illustrer le type d’information qui pourrait être fourni à un utilisateur en fonction de la consolidation des informations provenant de ses divers services en ligne.

« Cela veut dire que non seulement que nous garderons privées vos affaires privées, mais que nous les rendrons plus utiles dans votre vie quotidienne », ajoute immédiatement Google, pour mettre l’emphase sur le maintien des fonctions de restriction de certaines information dans les profils publics des utilisateurs.

Nombreuses données conservées

La politique de confidentialité qui entrera en vigueur en mars 2012 indique que Google recueillera les données fournies par l’utilisateur, comme le nom, l’adresse de courriel, le numéro de téléphone, la carte de paiement et la photo, ainsi que des données provenant de l’utilisation des services en ligne.

Pour ces données d’utilisation, Google précise qu’elle recueillera les données relatives à l’appareil de l’utilisateur, des fichiers journaux, des données de localisation et des numéros d’application unique et des fichiers contenus dans le fureteur et dans les caches de données d’application. L’entreprise ajoute qu’elle stockera des fichiers témoins et des identifiants anonymes dans les appareils des utilisateurs.

Google précise le type information qu’elle pourra conserver dans des fichiers journaux sur son serveur. Par exemple, d’une communication téléphonique Google pourra conserver « les numéros de téléphone [de l’appelant et de l’appelé], les numéros de transfert, l’heure et la date des appels, leur durée, les données de routage des SMS et les types d’appels ». Pour la localisation, Google utilisera diverses technologies comme « les données du capteur [de l’appareil d’un utilisateur] permettant par exemple d’identifier les points d’accès Wi-Fi et les antennes-relais se trouvant à proximité ».

La politique de confidentialité de Google ne précise pas combien de temps l’information relative à un utilisateur sera conservée.

Aucun mécanisme de retrait

La prochaine politique de confidentialité de Google stipule qu’un utilisateur pourra recourir à l’outil Google Dashboard pour vérifier et contrôler « certains » types de données liés à son Compte Google et qu’il pourra utiliser le Gestionnaire de Préférences pour les Annonces pour consulter et modifier ses préférences publicitaires ou désactiver certains services publicitaires Google. Un utilisateur pourra également employer un outil d’édition pour visualiser la façon dont certaines personnes peuvent voir son Profil Google, contrôler avec qui il partage ses données et même supprimer des données de plusieurs des services de Google.

Toutefois, aucun mécanisme de retrait de la collecte d’information consolidée, par le n’est offert par Google. Dans une foire aux questions, à la question Que se passe-t-il si je n’accepte pas les nouvelles règles de confidentialité et conditions d’utilisation de Google?, Google répond ceci :

Si vous continuez d’utiliser les services Google après le 1er mars, votre utilisation de ces services sera régie par les nouvelles règles de confidentialité et conditions d’utilisation. Si vous préférez résilier votre compte Google, veuillez suivre les instructions de notre centre d’aide. Google est une entreprise engagée en faveur du principe de libération des données, qui vous autorise à transférer vos données ailleurs si vous le souhaitez.

En clair, pour poursuivre l’utilisation des services de Google, un utilisateur n’aura d’autre choix que d’accepter la consolidation de ses informations par le fournisseur de services en ligne. Google, en quelque sorte, appliquera de facto le principe d’inclusion (opt in) au lieu du principe d’exclusion (opt out).

Au moment de mettre en ligne, un nombre croissant d’observateurs dans les médias et d’organismes de réglementation réagissaient à la politique de confidentialité qui entrera en vigueur dans environ un mois. (Lire : Nouvelle politique de confidentialité de Google : Des approches qui dérangent).

Également, un nombre croissant d’internautes réagissaient à la nouvelle politique de confidentialité (Lire : Nouvelle politique de confidentialité de Google : Des réactions sociales négatives).

Pour consulter l’édition numérique du magazine de décembre 2011/janvier 2012 de Direction informatique, cliquez ici

Jean-François Ferland est rédacteur en chef adjoint au magazine Direction informatique.




Tags: , , , , ,

À propos de Jean-François Ferland

Jean-François Ferland a occupé les fonctions de journaliste, d'adjoint au rédacteur en chef et de rédacteur en chef au magazine Direction informatique.
Google+