Google veut acquérir Motorola Mobility


Jean-François Ferland - 15/08/2011

Google compte acheter le pionnier des fabricants d’appareils mobiles Motorola Mobility pour 12,5 milliards de dollars américains.

L’éditeur Internet Google compte offrir 40 dollars américains en argent comptant pour chaque action de Motorola Mobility. Cette somme est supérieure de 63 % à la valeur de l’action de Motorola Mobility à la fermeture des marchés boursiers le 12 août 2011. La transaction, qui fera l’objet des approbations habituelles, pourrait être conclue d’ici la fin de 2011 ou le début de 2012.

Dans le communiqué annonçant le projet de transaction, L’éditeur Internet Google a déclaré que l’acquisition de Motorola Mobility lui permettra de « suralimenter » l’écosystème lié au système d’exploitation Android et de faire croître la compétition dans le marché de l’informatique mobile.

Google précise que Motorola Mobility sera exploitée à titre d’entité distincte. Également, Google indique que Motorola Mobility continuera d’utiliser Android par le biais d’une licence et qu’Android sera encore offert à titre de système d’exploitation mobile ouvert.

Motorola Mobility, par le biais des fournisseurs de services de télécommunications, commercialise des téléphones mobiles dont la majorité des modèles sont des appareils évolués qui utilisent le système d’exploitation Android de Google. L’entreprise produit également la tablette évoluée Xoom, qui utilise également Android.

Soulignons que Motorola a déjà commercialisé des téléphones mobiles qui fonctionnaient à l’aide de Windows Mobile, mais ne semble plus offrir d’appareils fondés sur le système d’exploitation de Microsoft depuis 2009. Depuis 2010, les deux entreprises s’affrontent devant les tribunaux dans des poursuites pour contrefaçon de brevet.

Motorola Mobility a été établie par essaimage en janvier 2011 au terme d’une restructuration de l’entreprise américaine Motorola. L’entité principale, qui est nommée Motorola Solutions, poursuit ses activités. Motorola Solutions commercialise à l’intention des entreprises des composantes de saisie de données, de balayage de codes-barres et d’infrastructures sans fil, des radios bidirectionnelles et des téléavertisseurs. Pour les organismes gouvernementaux et les services publics, Motorola Solutions commercialise des radios bidirectionnelles, des systèmes de communication de la voix et des données et des systèmes de sécurité pour les réseaux locaux.

Un peu d’histoire

Motorola, qui a été fondée en 1928 à Chicago, en Illinois, par Paul Galvin sous l’appellation Gavin Manufacturing, fabriquait à l’origine des éliminateurs de pile pour les radios. En 1930, après l’achat de brevets liés aux radios d’automobile, l’entreprise a été renommée Motorola, soit une combinaison des mots « motor » et « Victrola » (une marque de phonographe à haut-parleur interne) en 1930.

Motorola a fabriqué le premier émetteur-récepteur portatif (walkie-talkie en anglais) en 1940 et a commercialisé des radios et des téléviseurs des années 1940 jusque dans les années 1970. Elle a mis en marché le premier transistor commercial fabriqué à l’aide de germanium en 1955, et fabriqué des circuits intégrés et des semiconducteurs pour les ordinateurs dans les années 80.

Dans le domaine de la téléphonie mobile, Motorola a présenté en 1973 le premier téléphone portable, qui a été offert au public dès 1976. L’entreprise a obtenu en 1983 une approbation de l’organisme américain Federal Communications Commission pour le téléphone DynaTAC 8000X, le premier appareil de téléphonie cellulaire.

Motorola a présenté un prototype de système de téléphonie cellulaire numérique GSM en 1991, le premier système radio numérique qui combinait les communications de voix, de données, de téléavertissement et de répartition en 1994, et le premier téléavertisseur bidirectionnel qui était compatible au courriel et à la messagerie texte en 1995.

Pour consulter l’édition numérique du magazine de juillet-août de Direction informatique, cliquez ici

Jean-François Ferland est rédacteur en chef adjoint au magazine Direction informatique.




Tags: , , , , , ,

À propos de Jean-François Ferland

Jean-François Ferland a occupé les fonctions de journaliste, d'adjoint au rédacteur en chef et de rédacteur en chef au magazine Direction informatique.
Google+