Un appareil de détection de virus dans l’air développé à Montréal

L’entreprise Stratuscent affirme avoir mis au point et lancé un appareil connecté de numérisation de l’odorat qui est capable de détecter dans l’air la présence de marqueurs aériens du virus à couronne qui cause la maladie à coronavirus 2019 (COVID-19).

Image : Technologies Stratuscent

Technologies Stratuscent est une société par actions qui se spécialise en appareils connectés, en intelligence artificielle et en technologies de détection numérique d’odeurs. L’entreprise en démarrage basée à Montréal a été fondée en 2016 et mobilise désormais entre 11 et 25 travailleurs. Son premier actionnaire est TandemLaunch Ventures et son deuxième est Prabhu Masilamani.

Stratuscent soutient que son produit Noze est un « dispositif de surveillance de la qualité de l’air dans les espaces intérieurs partagés alimenté par l’intelligence artificielle », qu’il peut informer les gens au sujet des caractéristiques de l’air qu’ils respirent, et qu’il « constitue une première ligne de défense contre la transmission du coronavirus par voie aérienne ».

Fonctionnement

« La technologie derrière l’appareil peut suivre les marqueurs aériens émis par les personnes infectées par le coronavirus et la grippe, en plus d’un éventail d’autres toxines présentes dans l’air », et ses algorithmes « quantifient sur une échelle de dix points le risque de présence de virus », explique Stratuscent.

Stratuscent précise que son appareil « traque les biomarqueurs en suspension dans l’air émis par le corps et la respiration en réponse à des infections à coronavirus et à la grippe ». Bref, il suit les « gouttelettes aéroportées qui entrent dans l’air lorsqu’une personne infectée expire, parle, éternue ou tousse ».

Selon Stratuscent, Noze traque aussi « les spores et marqueurs aériens pour évaluer les risques de présence et de développement de moisissures ». De plus, il « surveille le dioxyde de carbone, le dioxyde d’azote, l’ammoniac, le formaldéhyde, l’éthanol, l’odeur de tabac, le butanal, la température et l’humidité ».

« Il apprend de son environnement » et est « capable de détecter de nouvelles odeurs et de nouveaux marqueurs au fur et à mesure que des mises à jour lui sont envoyées depuis le nuage », et le produit peut être installé dans des maisons, salles de classe, bureaux et autres espaces intérieurs, mentionne Stratuscent.

Articles connexes

Google ouvre son nouveau bureau de Montréal et versera 2,75 M$ pour soutenir l’écosystème technologique et la formation aux compétences numériques du Québec

Une vingtaine d'années après son arrivée au Québec, Google Canada célèbre l'ouverture officielle de l'espace Google Viger, un bureau axé sur la durabilité au centre-ville de Montréal. Et dans le but de renforcer le soutien à l'écosystème technologique du Québec, la société s'engage à verser 2,75 M$, incluant le maintien du soutien à Mila, l'élargissement des cours des certificats de carrière Google, et l'octroi de subventions Google.org à Digital Moment, NPower Canada et à d'autres organismes sans but lucratif locaux.

VMware ouvre un nouveau centre de recherche et d’innovation en intelligence artificielle à Montréal

La société d'infonuagique VMware annonçait hier l'ouverture du Centre de recherche et d'innovation VMware Next G-AI à Montréal. 

Partenariat entre SITA et trois importants aéroports canadiens

Un nouveau partenariat annoncé aujourd'hui entre trois des principaux aéroports du Canada vise à offrir aux voyageurs une expérience plus rapide et plus efficace par l'adoption d'une plateforme technologique commune.

Montréal et Calgary devancent Toronto comme lieu de prédilection pour débuter une carrière en TI

On s’est passé le mot à propos de Calgary et de son secteur technologique en expansion, non seulement au pays, mais à l'échelle mondiale, révèlent les résultats d'une nouvelle étude publiée cette semaine par CodeClan d’Édimbourg en Écosse.