Réponse aux rançongiciels : vos sauvegardes fonctionnent-elles?


Howard Solomon - 02/12/2021

Les gouvernements exhortent les organisations victimes de rançongiciels à ne pas payer les criminels pour récupérer leurs données.

Toutefois, une vétérane de la criminalistique numérique et de la réponse aux incidents admet qu’il y a parfois des raisons valables de céder.

« Personne ne veut payer, mais ce n’est pas noir et blanc. Il faut vraiment peser le pour et le contre », a déclaré la semaine dernière Jaycee Roth, directrice générale associée pour les cyberrisques pour l’entreprise Kroll, dont le siège social est à New York, lors du Canada West Virtual Summit.

Cela inclut de faire une analyse coûts-avantages du coût de l’interruption des activités, a-t-elle déclaré, notant que le coût le plus élevé de toute violation de données, soit 38 % des dépenses, est lié à l’interruption des activités. Cela inclut la perte de revenus, la perte de clients et la perte de réputation.

Lire l’article au complet sur le site d’IT World Canada (en anglais), une publication soeur de Direction informatique

Lire aussi :

Rançongiciels : un groupe avec un nouveau nom sévit au Canada et aux États-Unis

Intrusion dans le réseau du Bureau du secrétaire du gouverneur général

Le groupe de vol de données RedCurl est de retour

Quelles forces de l’ordre appeler au secours en cas de cyberattaque?




Tags: , , , , , , , ,
Howard Solomon

À propos de Howard Solomon

Howard Solomon est le rédacteur en chef du portail ITworldcanada.com.