Récupération des TI: Début du programme québécois

Le programme de récupération des appareils électroniques d’ARPE-Québec débute officiellement ses activités.

Ce programme, qui est géré par l’organisme sans but lucratif ARPE-Québec en vertu d’un contrat octroyé par l’entité gouvernementale Recyc-Québec, vise la récupération et la valorisation des produits électroniques parmi lesquels on retrouve bon nombre d’appareils associés aux technologies de l’information et des communications. Les détails du programme d’ARPE-Québec avaient été dévoilés en juillet dernier.

Lire : Récupération des TI : ARPE-Québec dévoile ses modalités

Selon une liste disponible dans une page du site Web d’ARPE-Québec, les consommateurs et les entreprises peuvent aller porter divers dispositifs des TIC dans des points de dépôt qui sont localisés dans plus d’une cinquantaine de MRC au Québec. On retrouve parmi ces points de dépôt des écocentres, des établissements de la chaîne de magasins Bureau en gros et quelques commerces indépendants.

Valorisation au Québec

En vertu de l’entente signée entre Recyc-Québec et ARPE-Québec, les produits qui seront récupérés par le biais de ce programme seront acheminés vers des centres de démantèlement qui sont situés en territoire québécois. Ces centres de démantèlement doivent être certifiés par l’organisme Recycler Qualification Office.

Selon le site Web de cet organisme, cinq entreprises ayant une présence au Québec ont obtenu une certification. L’entreprise Carrefour Environnement Saguenay, de Chicoutimi ainsi que les entreprises Evolu-TIC Outaouais et Valoritec, toutes deux de Gatineau, détiennent la certification qui est nécessaire à la valorisation des appareils qui seront récupérés par le biais du programme géré par ARPE-Québec. Les entreprises eCycle Solutions, qui compte un établissement à Salaberry-de-Valleyfield et FCM Recycling, qui exploite un établissement à Lavaltrie, détenaient déjà une certification au moment de l’annonce des modalités du programme d’ARPE-Québec.

« Éco-frais »

L’entrée en vigueur du programme de récupération des appareils électroniques d’ARPE-Québec signifie le début de l’ajout de frais de gestion environnementale – ou « éco-frais » – aux factures des consommateurs et des entreprises québécoises.

Ces frais s’échelonnent de dix cents pour un téléphone mobile jusqu’à 42,50 dollars pour un téléviseur ou un moniteur de plus dont l’écran mesure plus de 30 pouces de diagonale ou bien pour une imprimante ou pour un photocopieur de plancher.

En 2013, le programme de récupération d’ARPE-QUébec et l’application de frais de gestion environnementale seront étendus aux caméscopes, aux appareils audio et aux consoles de jeux vidéo.

Jean-François Ferland
Jean-François Ferland
Jean-François Ferland a occupé les fonctions de journaliste, d'adjoint au rédacteur en chef et de rédacteur en chef au magazine Direction informatique.

Articles connexes

MISE À JOUR – Actions collectives contre Rogers suite à la panne de vendredi dernier

Le cabinet juridique montréalais LPC Avocat a déposé une demande d’autorisation d’action collective contre le géant des télécommunications Rogers Communications en raison de la panne de son réseau vendredi dernier qui a privé bon nombre de Canadiens de service durant au moins 15 heures.

Bell lance un service Internet 3 gigabits dans la ville de Québec

Bonne nouvelle pour les résidents de la ville de Québec : Bell lance aujourd’hui un service Internet pure fibre qui permet des vitesses de téléchargement de 3 Gbit/s. La vitesse de téléversement de ce service est également de 3 Gbit/s.

Telus investira 11 G$ et créera 7 000 nouveaux emplois au Québec

Telus annonce aujourd’hui des investissements de 11 milliards de dollars sur quatre ans dans son infrastructure réseau, dans ses activités opérationnelles et dans le spectre au Québec. Elle s’engage de plus à investir 70 milliards de dollars à l’échelle du Canada d’ici 2026.

Plus de 7,5 G$ de Québec pour « inventer, développer, commercialiser »

Le gouvernement du Québec annonce la Stratégie québécoise de recherche et d'investissement en innovation 2022-2027 sous le thème « Inventer, développer, commercialiser ».

Internet haute vitesse pour tous : l’initiative progresse

Le gouvernement du Québec annonce aujourd'hui l'octroi d'un financement de 50 M$ afin de déployer un service Internet haute vitesse par satellite de Starlink dans quelques 10 000 foyers québécois pour lesquels une connexion directe n’est pas possible.