Mila et IBM unissent leurs forces pour faire progresser l’IA

L’Institut québécois d’intelligence artificielle (Mila) vient d’établir un partenariat avec IBM afin d’accélérer la progression de l’intelligence artificielle (IA) et de l’apprentissage machine.

Image : Shutterstock

Ce projet se base sur la solution Orion, un logiciel à code source ouvert conçu par Mila. Ce programme optimise de façon asynchrone la formation et l’entraînement des modèles d’apprentissage machine. Il offre aux scientifiques une plateforme d’expérimentation flexible pour les procédures d’optimisation à grande échelle.

IBM et Mila ont commencé à travailler ensemble au début de 2020 dans le but de perfectionner et de rendre plus accessible un élément clé de l’IA connu sous le nom d’optimisation des hyperparamètres.

Il s’agit d’une méthode de réglage d’un ensemble de paramètres utilisés pour contrôler le processus d’apprentissage machine. Avec cette initiative, Mila et IBM souhaitent aider les chercheurs à améliorer les performances des modèles d’apprentissage machine.

Les deux organisations cherchent à intégrer le logiciel Orion avec la plateforme Watson Machine Learning Accelerator d’IBM, un outil de formation de modèles d’IA utilisé par les entreprises pour accélérer l’adoption de l’apprentissage profond.

L’objectif principal consiste à améliorer le développement, le déploiement et la gestion continue de modèles complexes d’IA et d’apprentissage profond, tout en rendant les outils accessibles à un plus grand nombre de scientifiques, d’ingénieurs et de développeurs grâce à l’automatisation.

« Une collaboration avec les plus éminents spécialistes en IA comme IBM est une formidable occasion d’accélérer le développement d’une solution à code source ouvert récemment lancée par Mila, en combinant expertise en ingénierie, expérience pratique et recherche de pointe en IA », a déclaré Yoshua Bengio, directeur scientifique chez Mila, dans un communiqué transmis à Direction informatique.

Selon lui, l’optimisation des hyperparamètres joue un rôle important dans la progression sur le plan scientifique de l’IA. Ce procédé permet en effet aux nouveaux algorithmes d’atteindre le meilleur niveau de performance possible, en plus d’aider les développeurs à évaluer de façon rigoureuse l’évolution des modèles.

« Alors que l’adoption de l’IA augmente dans tous les secteurs d’activités, les chefs de file sectoriels sont plus nombreux à découvrir la valeur que les données et les modèles d’apprentissage machine peuvent apporter pendant une ère d’accélération de la transformation numérique, a déclaré Steven Astorino, vice-président, Développement de l’IA et des données d’IBM, et directeur en chef du laboratoire d’IBM Canada. Aujourd’hui, la réussite en affaires passe par des délais de création de modèles précis plus courts, essentiels pour accélérer la mise sur le marché. »

Il estime que le partenariat avec Mila permettra d’améliorer la technologie à code source ouvert au profit de tous les chercheurs et analystes scientifiques des données, tout en faisant progresser les capacités d’IBM Watson Machine Learning Accelerator. « Ce projet accroît l’engagement d’IBM à la fois en termes de consommation et de contribution à l’essor de la technologie à code source ouvert », a-t-il indiqué.

Le Centre d’études avancées d’IBM Canada et la division Recherche d’IBM assureront la supervision du projet commun.

Les chercheurs de Mila et d’IBM collaborent actuellement sur d’autres initiatives axées sur l’IA, selon les deux organisations.

Catherine Morin
Catherine Morin
Éditrice - Direction Informatique

Articles connexes

La GRC toujours intéressée par les logiciels de reconnaissance faciale

Malgré les critiques selon lesquelles les logiciels de reconnaissance faciale actuels sont biaisés contre les personnes de couleur, la GRC s'intéresse toujours à la technologie, selon le chef de l'équipe de soutien technique de la GRC.

Les avancées de l’IA au service de l’agriculteur

Lors de l'ouverture le mois dernier de Pace Port Toronto, le cinquième centre mondial de recherche et de co-innovation exploité par Tata Consultancy Services (TCS), K. Ananth Krishnan, directeur de la technologie de l'entreprise, a rappelé un conseil astucieux qu'il avait reçu un jour de son ami et mentor, le regretté Dr Clayton Christensen.

Le coût moyen d’une violation de données atteint 7 millions de dollars

Les 25 entreprises canadiennes qui ont subi une violation de données au cours de la période de 12 mois se terminant en mars ont payé en moyenne 7 millions de dollars en frais de rétablissement par incident. En comparaison, la moyenne des 550 entreprises étudiées dans le monde était de 5,5 millions de dollars (les montants sont en dollars canadiens).

L’évolution de l’IA dans les cinq prochaines années : Eric Schmidt à Collision 2022

Dans le cadre de la conférence Collison 2022 de Toronto, l'ancien PDG de Google, Eric Schmidt, a partagé ses réflexions sur la direction que prend l'intelligence artificielle (IA) et les dangers auxquels elle est confrontée dans le cadre de son développement rapide.

Ottawa injecte 443 M$ dans la stratégie pancanadienne sur l’IA

Le gouvernement fédéral a annoncé cette semaine un investissement de 443 millions de dollars dans la deuxième phase de la Stratégie pancanadienne sur l'intelligence artificielle.