Mila et IBM unissent leurs forces pour faire progresser l’IA

L’Institut québécois d’intelligence artificielle (Mila) vient d’établir un partenariat avec IBM afin d’accélérer la progression de l’intelligence artificielle (IA) et de l’apprentissage machine.

Image : Shutterstock

Ce projet se base sur la solution Orion, un logiciel à code source ouvert conçu par Mila. Ce programme optimise de façon asynchrone la formation et l’entraînement des modèles d’apprentissage machine. Il offre aux scientifiques une plateforme d’expérimentation flexible pour les procédures d’optimisation à grande échelle.

IBM et Mila ont commencé à travailler ensemble au début de 2020 dans le but de perfectionner et de rendre plus accessible un élément clé de l’IA connu sous le nom d’optimisation des hyperparamètres.

Il s’agit d’une méthode de réglage d’un ensemble de paramètres utilisés pour contrôler le processus d’apprentissage machine. Avec cette initiative, Mila et IBM souhaitent aider les chercheurs à améliorer les performances des modèles d’apprentissage machine.

Les deux organisations cherchent à intégrer le logiciel Orion avec la plateforme Watson Machine Learning Accelerator d’IBM, un outil de formation de modèles d’IA utilisé par les entreprises pour accélérer l’adoption de l’apprentissage profond.

L’objectif principal consiste à améliorer le développement, le déploiement et la gestion continue de modèles complexes d’IA et d’apprentissage profond, tout en rendant les outils accessibles à un plus grand nombre de scientifiques, d’ingénieurs et de développeurs grâce à l’automatisation.

« Une collaboration avec les plus éminents spécialistes en IA comme IBM est une formidable occasion d’accélérer le développement d’une solution à code source ouvert récemment lancée par Mila, en combinant expertise en ingénierie, expérience pratique et recherche de pointe en IA », a déclaré Yoshua Bengio, directeur scientifique chez Mila, dans un communiqué transmis à Direction informatique.

Selon lui, l’optimisation des hyperparamètres joue un rôle important dans la progression sur le plan scientifique de l’IA. Ce procédé permet en effet aux nouveaux algorithmes d’atteindre le meilleur niveau de performance possible, en plus d’aider les développeurs à évaluer de façon rigoureuse l’évolution des modèles.

« Alors que l’adoption de l’IA augmente dans tous les secteurs d’activités, les chefs de file sectoriels sont plus nombreux à découvrir la valeur que les données et les modèles d’apprentissage machine peuvent apporter pendant une ère d’accélération de la transformation numérique, a déclaré Steven Astorino, vice-président, Développement de l’IA et des données d’IBM, et directeur en chef du laboratoire d’IBM Canada. Aujourd’hui, la réussite en affaires passe par des délais de création de modèles précis plus courts, essentiels pour accélérer la mise sur le marché. »

Il estime que le partenariat avec Mila permettra d’améliorer la technologie à code source ouvert au profit de tous les chercheurs et analystes scientifiques des données, tout en faisant progresser les capacités d’IBM Watson Machine Learning Accelerator. « Ce projet accroît l’engagement d’IBM à la fois en termes de consommation et de contribution à l’essor de la technologie à code source ouvert », a-t-il indiqué.

Le Centre d’études avancées d’IBM Canada et la division Recherche d’IBM assureront la supervision du projet commun.

Les chercheurs de Mila et d’IBM collaborent actuellement sur d’autres initiatives axées sur l’IA, selon les deux organisations.

Catherine Morin
Catherine Morin
Éditrice - Direction Informatique

Articles connexes

Balado Hashtag Tendances, 1er décembre 2022 — L’IA qui écrit du code, les usines Foxconn vont mal, Alexa raconte des histoires et des graphismes...

Cette semaine : l’intelligence artificielle pour écrire du code, des problèmes dans les usines d’iPhone de Foxconn, Alexa crée des histoires pour enfants et l’intelligence artificielle accélère les graphismes par ordinateur.

CGI parmi les « leaders » des fournisseurs de services d’intelligence artificielle au Canada, selon IDC MarketScape

Selon le rapport d'évaluation des fournisseurs de services d'intelligence artificielle (IA) au Canada 2022 d'IDC MarketScape, la montréalaise CGI se positionne comme « leader ». Le rapport, qui est une première pour le marché canadien, définit trois des services commerciaux les plus importants dont les acheteurs ont besoin de la part des fournisseurs d'IA : la cybersécurité, l'automatisation intelligente et les solutions d'IA spécifiques à l'industrie. 

Scale AI annonce des investissements de 25 millions de dollars

SCALE AI, qui se décrit comme une grappe d'innovation mondiale du Canada en intelligence artificielle (IA), annonce aujourd'hui des investissements de 25 millions de dollars pour soutenir six projets d'IA dans des domaines clés. Chacun de ces projets démontre l'importante contribution de l'IA à la création de chaînes d'approvisionnement plus efficaces et résilientes au Canada.

Google ouvre son nouveau bureau de Montréal et versera 2,75 M$ pour soutenir l’écosystème technologique et la formation aux compétences numériques du Québec

Une vingtaine d'années après son arrivée au Québec, Google Canada célèbre l'ouverture officielle de l'espace Google Viger, un bureau axé sur la durabilité au centre-ville de Montréal. Et dans le but de renforcer le soutien à l'écosystème technologique du Québec, la société s'engage à verser 2,75 M$, incluant le maintien du soutien à Mila, l'élargissement des cours des certificats de carrière Google, et l'octroi de subventions Google.org à Digital Moment, NPower Canada et à d'autres organismes sans but lucratif locaux.

Le fondateur de Mila nommé troisième scientifique le plus influent au monde

Le professeur Yoshua Bengio, directeur scientifique et fondateur de Mila, l’institut québecois d’intelligence artificielle (IA), figure au troisième rang de la liste des chercheurs les plus reconnus et influents, tous domaines confondus, publiée par l’université Stanford de Californie.