Meta menace de cesser le partage de nouvelles en raison du projet de loi C-18

Le lobbying s’est intensifié et maintenant la vraie question est de savoir si le projet de loi C-18, sur les nouvelles en ligne actuellement débattu par un comité parlementaire, finira par être remanié ou restera tel quel lors d’un éventuel vote à la Chambre des communes.

Vendredi dernier, Reuters rapportait que Meta Platform Inc., anciennement Facebook Inc., avait menacé de bloquer le partage de contenu d’actualités sur sa plateforme au Canada en raison de préoccupations concernant une législation qui obligerait les plateformes numériques à payer les éditeurs de nouvelles.

Dans un article de blog, Marc Dinsdale, responsable des partenariats avec les médias chez Meta Canada, a déclaré que « la législation dresse un portrait déformé de la relation entre les plateformes et les éditeurs de nouvelles, et nous appelons le gouvernement à repenser son approche pour aider à créer une industrie de l’information plus équitable et durable à long terme ».

« Le cadre de la législation actuelle suppose que Meta profite injustement de sa relation avec les éditeurs, alors qu’en fait, l’inverse est vrai. Meta ne récupère pas le contenu ou les liens vers le contenu des actualités. Les messages contenant des liens vers des articles de presse représentent moins de 3 % de ce que les gens voient dans leur fil Facebook, et les Canadiens nous disent qu’ils veulent voir moins de nouvelles et de contenu politique. »

« Nous avons partagé à plusieurs reprises avec le gouvernement que le contenu des actualités n’est pas un attrait pour nos utilisateurs et n’est pas une source de revenus importante pour notre entreprise. Malgré cela, nous avons collaboré de manière significative avec les fournisseurs de nouvelles canadiens pour investir dans des partenariats et des programmes qui soutiennent le développement de modèles commerciaux durables pour les organes de presse. »

Marc Dinsdale poursuit en déclarant : « Face à une législation défavorable basée sur de fausses hypothèses qui défient la logique du fonctionnement de Facebook, nous pensons qu’il est important d’être transparent quant à la possibilité que nous soyons obligés de considérer si nous continuons à autoriser le partage de contenu de nouvelles au Canada. »

Reuters a également rapporté que le ministre fédéral du Patrimoine, Pablo Rodriguez, qui a présenté le projet de loi, a déclaré vendredi dans un communiqué que le gouvernement continuait d’avoir des « conversations constructives » avec Facebook.

« Tout ce que nous demandons aux géants de la technologie comme Facebook, c’est de négocier des accords équitables avec les médias lorsqu’ils profitent de leur travail », a-t-il déclaré.

Meta avait lancé une menace comparable en Australie, mais a annulé cette décision après la modification d’une législation similaire.

L’article original (en anglais) est disponible sur IT World Canada, une publication sœur de Direction informatique.

Adaptation et traduction française par Renaud Larue-Langlois.

Paul Barker
Paul Barker
Paul est le fondateur de PBC Communications, une firme de rédaction spécialisée dans le journalisme indépendant. Son travail est apparu dans un certain nombre de magazines technologiques et en ligne sur des sujets allant des problèmes de cybersécurité et du monde en évolution de l'informatique de pointe à la gestion de l'information et aux progrès de l'intelligence artificielle.

Articles connexes

Balado Hashtag Tendances, 17 novembre 2022 — Jeff Bezos donne son argent, des puces champignons, licencié par Meta en arrivant au Canada et le...

Cette semaine : Jeff Bezos prévoit donner tout son argent, des puces faites de champignons, un employé licencié par Meta après être déménagé au Canada et les plus petits joueurs profitent du chaos chez Twitter.

Meta licencie 11 000 employés car son pari sur le métavers ne porte toujours pas fruits

Meta licencie 11 000 personnes, soit 13 % de son effectif total, à la suite de résultats trimestriels catastrophiques.

Balado Hashtag Tendances, 10 novembre 2022 — Coupures de personnel chez Twitter et Meta, le jeu sur les téléphones intelligents et fin du plastique...

Cette semaine : Réduction de 50 % du personnel de Twitter, coupures de postes importantes chez Meta, le téléphone intelligent comme plateforme de jeu et élimination du plastique des emballages de Sony.

Un analyste se penche sur l’échec du coûteux pari sur le métavers de Meta

Le moral des investisseurs est bas chez Meta, après les résultats désastreux du troisième trimestre et la chute déprimante des actions de la société au cours de la dernière semaine d'octobre. Les investisseurs blâment les investissements risqués et coûteux dans le métavers, mais le PDG de Meta, Mark Zuckerberg, s'en tient fermement à sa vision.

Des résultats et des prévisions sombres pour les géants de la technologie

Alphabet, Amazon, Meta et Microsoft ont toutes annoncé des bénéfices défavorables, rapportant des baisses des revenus et des cours des actions après des décennies de croissance alors qu'ils font face à une hausse de l'inflation et des taux d'intérêt et à une récession imminente. Selon certaines informations  les quatre sociétés affichent une perte de capitalisation boursière combinée de 350 milliards de dollars américains.