L’Université Concordia reçoit 560 000 $ pour la création d’un centre de cybersécurité

L’Université Concordia vient de recevoir un financement des gouvernements du Québec et de l’Ontario pour développer un centre de cybersécurité venant en aide aux entrepreneurs.

Image : Getty

Afin d’aider les entreprises canadiennes à mieux lutter contre les cyberattaques, le professeur Mourad Debbabi et son équipe de chercheurs ont créé, à l’Université Concordia, le Centre de cyberfusion en libre accès.

M. Debbabi, titulaire d’une chaire de recherche à l’Institut d’ingénierie des systèmes d’information de l’Université Concordia, vient d’obtenir un financement de 560 000 $ dans le cadre de l’Initiative de Recherche et Développement en cybersécurité, un partenariat formé par les gouvernements du Québec et de l’Ontario.

Ce projet appuie le secteur de la cybersécurité dans les deux provinces et encourage les sociétés à but lucratif qui détiennent des technologies novatrices dans ce domaine à collaborer avec des institutions de recherche pour accélérer la commercialisation de solutions de sécurité concrètes.

Le nouveau centre de l’Université Concordia doit exploiter des technologies d’avant-garde pour détecter les activités malveillantes dans les divers systèmes d’un réseau d’entreprise.

L’objectif consiste à mettre les systèmes à l’épreuve en lançant des attaques dans un environnement contrôlé pour ensuite développer des mesures de prévention à partir d’une infrastructure d’essai.

Le centre reproduira l’infrastructure des petites et moyennes entreprises (PME) et utilisera de véritables données de ses partenaires sectoriels pour vérifier l’intégrité architecturale des logiciels de diverses organisations.

Il analysera aussi le trafic réseau de l’équipement affecté à l’Internet des objets (IDO) pour en évaluer le comportement sur le plan de la sécurité.

« La solution que nous concevons compilera de l’information issue de différentes sources, notamment de maliciels et d’incidents qui surviennent à l’intérieur de serveurs ou de dispositifs IDO, de même que des données sur le trafic réseau. L’information réunie sera saisie dans une boîte de corrélation, et il en résultera des renseignements exploitables sur les menaces et les attaques en matière de sécurité », explique M. Debbabi.

L’équipe de chercheurs en cybersécurité et les gouvernements québécois et ontarien estiment que la recherche effectuée au Centre de cyberfusion aidera à démocratiser l’économie canadienne. L’élimination des cybermenaces favorisera la croissance des entreprises, contribuant ainsi à la diversification de l’économie.

Le centre offrira aussi aux étudiants la possibilité de prendre part à l’industrie de la cybersécurité.

Les PME qui souhaitent obtenir du soutien en matière de sécurité informatique peuvent communiquer avec le centre et ses partenaires afin de profiter de services gratuits, notamment l’installation de nouveaux systèmes dans leur réseau organisationnel.

Catherine Morin
Catherine Morin
Éditrice - Direction Informatique

Articles connexes

L’Internet des objets générera 1100 pétaoctets de données globalement d’ici 2027

Une nouvelle étude de Juniper Research a révélé que la quantité mondiale de données générées par les connexions de l’Internet des objets (IdO) en itinérance passera de 86 pétaoctets en 2022 à 1100 pétaoctets d'ici 2027. Cela représente suffisamment de données pour diffuser 165 millions d'heures de vidéo 4K à partir de plateformes telles que Netflix.

Des ententes d’une valeur pouvant atteindre 10,8 M$ dans le secteur public pour Alithya

Le Groupe Alithya annonce la signature d'ententes de service d'une valeur pouvant atteindre 10,8 M$ avec un ministère du gouvernement du Québec pour la mise en œuvre de plusieurs projets sur une période de 36 mois. Ces ententes comprennent des projets de cybersécurité, de communications radio et de migration vers le nuage, précise l’entreprise dans un communiqué qui ne précise pas de quel ministère il s’agit.

Vidéotron Affaires s’associe à EMnify pour le déploiement des objets connectés

Vidéotron Affaires annonce aujourd'hui un partenariat avec EMnify, fournisseur d’une plateforme de services de connectivité, dans le but de « rendre les organisations québécoises plus autonomes dans le déploiement des objets connectés », annonce Vidéotron dans un communiqué.

Québec offre une prime aux découvreurs de failles

Le ministre de la Cybersécurité et du Numérique, Éric Caire, annonce cette semaine le lancement du Programme de prime aux bogues, un nouvel outil pour rehausser la sécurité des actifs informatiques gouvernementaux.

Incidents embarrassants sur les sites du Gouvernement du Québec

Le Gouvernement du Québec a récemment dû faire face à des incidents pour le moins embarrassants impliquant sa présence sur le web.