L’opposition exige toujours la formulation complète des lois fédérales prévues sur la confidentialité et l’IA

Mardi, des députés de l’opposition frustrés ont failli retarder, pour la deuxième fois, les audiences du comité sur le projet de loi sur la protection de la vie privée et l’IA parce que le gouvernement n’a toujours pas déposé le texte complet des amendements proposés.

Au lieu de cela, le comité de l’Industrie a exigé que les amendements soient déposés d’ici vendredi et a voté en faveur de l’interrogation des cadres supérieurs du ministère de l’Innovation sur le projet C-27. Mais il a fallu un vote du président du comité, Joel Lightbound, un libéral, pour briser l’égalité des voix sur une motion demandant au comité d’ajourner les témoignages jusqu’à ce que le gouvernement dépose les amendements.

Ne voyant aucun soutien en faveur d’un nouveau report des auditions, les députés ont alors convenu à l’unanimité de poursuivre la session de mardi – mais ils ont également exigé la formulation finale des amendements proposés d’ici la fin de la semaine. Cependant, le vote favorable a eu lieu après que les membres de l’opposition eurent amèrement protesté contre le fait qu’eux et des témoins pourraient discuter de lois sans le texte final.

Le débat sur la suspension a monopolisé 90 minutes sur les deux heures prévues d’interrogatoire des experts du ministère de l’Innovation.

Les députés de l’opposition sont mécontents que François-Philippe Champagne ait déclaré le 26 septembre que le gouvernement apporterait huit améliorations au projet de loi C-27. Les membres du comité ont demandé plus de détails. Mais lorsque le texte complet n’a pas été présenté lors de l’audience du 28 septembre, la majorité du comité a demandé à M. Champagne de donner le texte complet des amendements proposés afin que les témoins puissent correctement commenter.

Le 5 octobre, le ministre Champagne a déposé une lettre auprès du comité avec des détails.

Mais lors de l’audience de mardi, les députés de l’opposition ont déploré que la formulation exacte de ce qui figurerait dans les lois manquait toujours.

Même s’ils ont voté en faveur du maintien des audiences, ils ont voté à l’unanimité pour que le gouvernement présente le texte complet des amendements proposés à la partie relative à la protection de la vie privée de la législation d’ici vendredi.

Le projet de loi C-27 — qui a été déposé il y a plus d’un an — est une loi vitale pour le secteur privé, car il met à jour la loi actuelle du secteur privé, la Loi sur la protection des renseignements personnels et les documents électriques (LPRPDE), pour créer la nouvelle Loi sur la protection de la vie privée des consommateurs (LPVPC). Cela permettrait à un nouveau tribunal chargé de la protection de la vie privée d’imposer des amendes de plusieurs millions de dollars en cas de non-respect de la LPVPC.

C-27 introduit également une nouvelle loi sur l’intelligence artificielle et les données (LIAD) pour réglementer l’utilisation de systèmes d’IA à fort impact. Les Canadiens exigent des contrôles sur l’IA, et le monde des affaires apprécierait une certaine surveillance.

Le ministre Champagne a convenu que le projet de loi C-27 devait être amélioré. Mais les députés de l’opposition ne veulent pas voir une formulation approximative.

François-Philippe Champagne « avait une semaine et demie pour faire adopter trois amendements [à la LPVPC] », s’est plaint le conservateur Rick Perkins, qui a proposé d’ajourner l’audience de mardi sans entendre les experts du ministère de l’Industrie après avoir admis que la lettre de M. Champagne du 5 octobre n’était pas la formulation finale. « Comment un témoin peut-il témoigner si nous ne pouvons pas voir le texte juridique ? », a demandé Perkins.

« C’est comme un accident de train sans explication », a ajouté le député néo-démocrate Brian Masse.

M. Masse et le conservateur Ryan Williams ont déclaré avoir reçu des appels de témoins à l’agenda se demandant sur quoi ils allaient témoigner.

Les membres de la commission n’étant pas disposés à retarder davantage les audiences, ils ont passé les 30 dernières minutes à interroger les experts du ministère de l’Innovation qui ont contribué à l’élaboration du projet de loi.

Pendant ce temps, le commissaire fédéral à la protection de la vie privée Phillipe Dufresne doit témoigner jeudi, après que sa comparution du 27 septembre ait été interrompue.

Catherine Fortin LeFaivre, vice-présidente de la politique stratégique et des partenariats mondiaux de la Chambre de commerce du Canada, a déclaré que la réunion du comité de mardi montre les défis liés à la fusion de la LPVPC et de la LIAD dans un seul projet de loi.

« Même si le monde des affaires soutient sans doute fortement l’adoption rapide du volet relatif à la protection de la vie privée, les complexités liées à la réglementation de l’IA continueront très certainement à ralentir l’adoption du projet de loi C-27 (c’est-à-dire que cinq des huit amendements proposés concernent la LIAD). C’est pourquoi la Chambre de commerce du Canada préconise de diviser le projet de loi, permettant ainsi aux parties un et deux d’avancer tout en offrant la possibilité d’une étude plus significative et de consultations des parties prenantes sur la troisième partie, le projet de loi sur l’IA.

« En ce qui concerne les amendements du gouvernement, bon nombre des changements proposés semblent correspondre à ce que la Chambre de commerce du Canada recommande, comme la différenciation des rôles et des responsabilités de ceux qui déploient par rapport aux développeurs, et une définition plus claire des systèmes “à fort impact”. Cependant, l’absence du véritable texte d’amendement à examiner rend difficile pour les entreprises d’évaluer correctement les impacts et de formuler des commentaires. Cela entraînera également des retards supplémentaires au sein du comité – comme en témoignent les échanges entre les membres du comité lors de sa réunion du 17 octobre. »

L’article original (en anglais) est disponible sur IT World Canada, une publication sœur de Direction informatique.

Adaptation et traduction française par Renaud Larue-Langlois.

 

Howard Solomon
Howard Solomon
Actuellement rédacteur pigiste, Howard est l'ancien rédacteur en chef de ITWorldCanada.com et de Computing Canada. Journaliste informatique depuis 1997, il a écrit pour plusieurs publications sœurs d'ITWC, notamment ITBusiness.ca et Computer Dealer News. Avant cela, il était journaliste au Calgary Herald et au Brampton Daily Times en Ontario. Il peut être contacté à [email protected].

Articles connexes

Adastra lance un centre d’innovation en IA à Montréal

Adastra, un fournisseur mondial de solutions de données et d'analyse, annonce le lancement à Montréal d'un centre mondial d'innovation en IA afin d’accélérer le développement et l'adoption de solutions d'affaires basées sur l'IA, en utilisant des solutions de Microsoft telles que Microsoft Azure OpenAI Service.

Après un retour triomphal, Altman fait l’éloge des employés d’OpenAI

La confiance à son maximum maintenant qu'il est de retour dans l'entreprise qu'il a cofondée, Sam Altman a déclaré cette semaine aux employés d'OpenAI dans un blog interne qu'il n'a « jamais été aussi enthousiasmé par l'avenir [et qu’il est] extrêmement reconnaissant pour le travail acharné de chacun dans une situation floue et sans précédent ».

Plus du quart des employés québécois utilisent l’IA générative au travail, selon une enquête

Un récent sondage de KPMG au Canada sur l'adoption de l'IA générative révèle que plus du quart des employés du Québec utilisent des outils d'intelligence artificielle (IA) générative pour les aider dans leurs tâches professionnelles. Il s’agit de l'un des taux d'adoption les plus élevés du pays.

Balado Hashtag Tendances, 30 novembre 2023 — Purge des comptes Google, Pika 1.0, une centrale géothermique pour Google et les effets néfastes des visioconférences

Cette semaine : Google supprime les comptes inactifs, Pika utilise l’IA pour générer des vidéos, Google inaugure une centrale électrique géothermique et les visioconférences comme cause de fatigue.

AWS re:Invent attire l’attention, avec l’infonuagique, la cybersécurité et l’IA au centre des préoccupations commerciales

Alors que sa conférence re:Invent s'ouvre cette semaine à Las Vegas, AWS fera valoir qu'elle joue également un rôle de premier plan dans la transformation qui se situe au carrefour de l'intelligence artificielle, de l’infonuagique et de la cybersécurité.

Emplois en vedette

Les offres d'emplois proviennent directement des employeurs actifs. Les détails de certaines offres peuvent être soit en français, en anglais ou bilinguqes.