Internet à large bande : les ménages québécois en queue de peloton

En 2009 le Québec occupait l’avant-dernier rang du classement des provinces canadiennes en matière de branchement des ménages à Internet haute vitesse. Pour l’ensemble des types de connexions, le Québec se situait sous la moyenne canadienne.

L’Institut de la statistique du Québec, en mettant à jour ses indicateurs sur le branchement des ménages à Internet à basse et à haute vitesse, révèle que 60,2 % des ménages québécois étaient branchés à Internet à l’aide d’une connexion à large bande en 2009.

Il s’agit d’une progression de 6,2 points de pourcentage en comparaison avec le taux de branchement de 54 % pour l’année 2008.

Or, ce taux de 60,2 % confère l’avant-dernier rang au Québec dans le classement des provinces canadiennes, devant l’Île-du-Prince-Édouard qui avait un taux de branchement des ménages à Internet haute vitesse de 47 %.

Les provinces canadiennes qui avaient les plus importants taux de branchement à Internet haute vitesse dans les ménages en 2009 étaient la Colombie-Britannique (74,1 %), l’Ontario (66 %) et l’Alberta (65,2 %).

Le taux de branchement à Internet haute vitesse au Canada était établi à 65,1 % pour 2009, contre 62,4 % en 2008.

Le Québec, vice-roi de la basse vitesse

Alors qu’il est à la traîne en matière de connexion des ménages à Internet large bande, le Québec occupait le deuxième rang du classement des provinces canadiennes pour le branchement à Internet à basse vitesse en 2009, avec un taux de 7,6 %.

En 2008, 10,6 % des ménages québécois étaient branchés à Internet à basse vitesse. Cela signifie que le taux de branchement pour 2009 était inférieur de trois points de pourcentage.

Seule l’Île-du-Prince-Édouard devançait le Québec dans ce classement en 2009, avec un taux de branchement des ménages à Internet basse vitesse de 14 %. À l’opposé, la Colombie-Britannique avait un taux de branchement trop faible pour être publié par l’Institut de la statistique du Québec. Terre-Neuve-et-Labrador avait un taux de branchement de 3 %, alors que l’Alberta avait un taux de 3,8 %.

Pour l’ensemble du Canada, le taux de branchement des ménages à Internet à basse vitesse était de 5,6 % en 2009, contre 7,7 % en 2008.

Au dernier rang des « autres types de connexion »

À propos des connexions par ligne téléphonique liée à un téléviseur et des connexions sans fil au moyen d’appareils mobiles, le Québec avait un taux de branchement des ménages de 3,4 % en 2009.

Ce taux conférait le dernier rang au Québec du classement des provinces canadiennes, devant Terre-Neuve-et-Labrador (3,5 %). Les provinces qui avaient les plus hauts taux de branchement dans cette catégorie étaient l’Alberta (13,8 %), l’Île-du-Prince-Édouard (9 %) et l’Ontario (8,2 %).

Dans l’ensemble du Canada, le taux de branchement des ménages à Internet par des types de connexion autres que la basse vitesse et la haute vitesse en 2009 était de 7,1 %.

Au septième rang du classement général

Toutefois, en combinant les divers types de branchement à Internet des ménages québécois en 2009, l’Institut de la statistique du Québec estime que le taux de branchement était de 67,8 % en 2009, ce qui donnait au Québec le septième rang parmi les provinces canadiennes.

En 2008, le taux de branchement général des ménages québécois était de 64,6 %, soit 3,2 points de pourcentage de moins qu’en 2009.

En tête de liste du classement des provinces canadiennes pour 2009, on retrouvait l’Alberta (82,8 %) et la Colombie-Britannique (80,9 %). En bas de la liste, on retrouvait l’Île-du-Prince-Édouard (61 %) et Terre-Neuve-et-Labrador (64,6 %).

Pour l’ensemble du Canada, le taux de branchement à Internet était de 77,8 % en 2009, contre 74,1 % en 2008.

Les données publiées par l’Institut de la statistique du Québec qui ont trait au branchement à Internet des ménages québécois proviennent de la plus récente édition de l’Enquête sur les dépenses des ménages de Statistique Canada.

Jean-François Ferland est rédacteur en chef adjoint au magazine Direction informatique.

Jean-François Ferland
Jean-François Ferland
Jean-François Ferland a occupé les fonctions de journaliste, d'adjoint au rédacteur en chef et de rédacteur en chef au magazine Direction informatique.

Articles connexes

La performance des réseaux canadiens pratiquement inchangée

La société de recherche sur les réseaux Ookla a récemment publié son analyse trimestrielle de l'Internet mobile et fixe pour le Canada. Avec la prolifération des environnements de travail hybrides, les performances des réseaux deviennent de plus en plus importantes. À cet égard, le rapport démontre que les vitesses mobiles du Canada seraient suffisantes pour prendre en charge la plupart des fonctions de travail à distance comme les réunions Zoom et les applications de bureau à distance.

Inquiets de la résilience Internet et des télécoms de votre entreprise ? Posez ces questions

Les pannes pancanadiennes d'Internet et de réseau cellulaire causées par l'incident de la semaine dernière chez Rogers Communications devraient inciter les décideurs des entreprises de télécommunications et de TI à réfléchir attentivement à la résilience des télécommunications dans les services qu'ils achètent.

Le PDG de Rogers admet que la panne aurait été causée par une opération d’entretien

À la suite de la panne majeure de ses services cellulaires, de câbĺodistribution et d'Internet qui a commencé tôt vendredi matin et qui perdure, le président et chef de la direction de Rogers Communications, Tony Staffieri, a publié un nouveau message expliquant ce que l'entreprise croit en être la cause : « une panne du réseau suite à une mise à jour de maintenance de notre réseau central, qui a provoqué un dysfonctionnement de certains de nos routeurs tôt vendredi matin ».

Rogers présente des excuses après une panne majeure

Rogers Communications s’est excusée publiquement après qu’une panne majeure de son réseau ait laissé des millions d’utilisateurs et d'entreprises canadiens sans services Internet et mobiles le 8 juillet.

Près de 1 M$ du fédéral pour une meilleure connectivité mobile à des foyers ruraux du Québec

Le ministère du Développement économique rural annonce un financement fédéral pouvant aller jusqu'à 939 035 $ à Bell pour qu’elle améliore la connectivité mobile dans la communauté des Premières Nations Les Atikamekw de Manawan.