Wanted Technologies se restructure


Denis Lalonde - 08/08/2011

Wanted Technologies restructure ses activités afin de concentrer ses efforts sur ses principaux marchés, et diminuera ses investissements dans celui des médias, ce qui entraînera la perte d’une dizaine d’emplois.

« Globalement, nous allons réduire nos coûts en main-d’œuvre de 20 %. La mesure entraînera des pertes d’emplois et une baisse des budgets pour les sous-traitants », précise le vice-président des finances et chef de la direction financière de Wanted, Martin Auclair, en entrevue.

M. Auclair n’a pas voulu dire précisément combien d’emplois allaient être supprimés. Toutefois, comme la société compte une cinquantaine de travailleurs, une dizaine de postes ont probablement été supprimés vendredi dernier, au moment de l’annonce des mesures.

Il y a plus de trois ans, avant le début de la récession économique et l’effondrement du marché de l’emploi aux États-Unis, Wanted tirait plus de 90 % de ses revenus des entreprises du secteur des médias traditionnels. Ces dernières offrent aux employeurs des services publicitaires, tant imprimés qu’en ligne.

« Au cours des trois dernières années, devant la contraction du marché des médias traditionnels, la base de clients a diminué de façon importante. Nous avons donc décidé d’investir pour diversifier nos activités, en ciblant des secteurs offrant de meilleures perspectives de croissance. C’est ce qui explique notre arrivée dans les marchés des sociétés de recrutement, des ressources humaines d’entreprise et des affaires gouvernementales », raconte M. Auclair.

Du côté affaires, les entreprises de recrutement peuvent identifier des sociétés à la recherche d’employés et leur offrir divers services en utilisant les produits de Wanted. Lorsque les entreprises de placement ont déjà des mandats, les produits contribuent à l’identification de candidats potentiels. « Bien sûr, les services de ressources humaines en entreprise peuvent également se servir eux-mêmes des produits de Wanted pour des activités de recrutement. Nos outils peuvent également servir de veille stratégique pour surveiller les activités de recrutement de compétiteurs », explique Martin Auclair.

Ce dernier ajoute que les différents paliers de gouvernements peuvent utiliser les produits de Wanted à titre d’indicateurs économiques, pour tenter de prédire certaines tangentes du marché de l’emploi. Les données peuvent servir, par exemple, à allouer les budgets là où les besoins en main-d’œuvre sont les plus criants.

À ce jour, le secteur des médias compte pour moins de 50 % des revenus de Wanted.

Économies de 800 000 dollars par année

La direction de Wanted soutient que sa restructuration entraînera des frais non récurrentes de 80 000 dollars et permettra à terme d’économiser 800 000 dollars par année.

« Les économies viendront des mesures de réduction de la main-d’œuvre, mais également de frais opérationnels de diverses natures associés à notre secteur des médias. Toutefois, il faut comprendre que nous ne faisons pas une croix sur ce secteur, mais bien que nous sommes s’avis qu’il est possible d’y allouer moins de ressources sans affecter les revenus qu’il génère », précise M. Auclair.

Wanted tire de 90 % à 95 % de ses revenus du marché américain et l’entreprise dit ne pas avoir de plan d’expansion à l’extérieur de l’Amérique du Nord.

Pour consulter l’édition numérique du magazine de juin de Direction informatique, cliquez ici




Tags: ,

À propos de Denis Lalonde

Denis Lalonde est rédacteur en chef chez Direction informatique, développant des contenus et services uniques pour les spécialistes des technologies de l’information en entreprise à travers la province de Québec, tant à l’imprimé que sur le Web. Il s’est joint à IT World Canada, l’éditeur de Direction informatique, après avoir travaillé plus de cinq ans chez Médias Transcontinental pour les publications LesAffaires.com et le Journal Les Affaires. Journaliste accompli à l’aise sur toutes les plateformes médiatiques, Denis a également travaillé au Journal de Montréal, au portail Internet Canoë et au Réseau de l’information (RDI). Twitter: DenisLalonde
Google+ WWW