Téléviseurs HD : HP misera sur tous les chevaux


Jean-François Ferland - 03/05/2006

Que les consommateurs optent pour les modèles à cristaux liquides, au plasma ou à microprojection, le fabricant traditionnel de produits informatiques ne veut pas manquer les occasions offertes par le marché émergent des téléviseurs de nouvelle génération.

Quelques mois avant la commercialisation de ses premiers modèles de téléviseurs à haute définition, des dirigeants de HP Canada ont convié les médias à une présentation médiatique pour la démonstration d’exemples d’appareils qui seront offerts aux consommateurs. Ils ont également profité de l’occasion pour expliquer la stratégie de l’entreprise derrière cette immersion dans ce segment non familier de l’électronique grand public.

Ces téléviseurs plats, qui seront articulés autour du logiciel Windows Media Center de Microsoft, permettront aux utilisateurs de regarder la télévision, mais aussi de visualiser des images et d’écouter des fichiers musicaux hébergés sur des ordinateurs PC ou Mac par le biais d’une liaison à un réseau avec fil ou sans fil.

Jeff Cates, le directeur du groupe des systèmes personnels chez HP Canada, indique que ce choix d’entamer une présence dans le segment des téléviseurs constitue une suite logique de la progression de l’entreprise en fonction des concepts de la maison branchée et de la convergence des TI et des produits électroniques de consommation.

« Nous avons embrassé le concept du Media Center que nous avons lancé conjointement avec Microsoft, qui constitue un centre numérique (digital hub), qui permet de voir, partager, créer et éditer des contenus. Nous avons ensuite lancé le Digital Entertainment Center (un ordinateur multimédia destiné à côtoyer les composantes audiovidéo au salon) et maintenant, nous voulons offrir la meilleure expérience de visualisation par le biais des téléviseurs MediaSmartTV, explique M. Cates.

« L’évolution des technologies a motivé la convergence, et nous voulons faire des produits assez simples à comprendre pour les utilisateurs. Nous voulons offrir sur le marché des bons produits qui offriront la meilleure expérience aux consommateurs, et nous cherchons constamment à pousser l’innovation », ajoute-t-il.

M. Cates a également mis l’emphase sur le soutien aux utilisateurs, qui prend la forme d’un centre d’appels bilingue situé au Canada pour l’offre d’un support par téléphone, par courriel et par clavardage, ainsi que la prestation d’un service automatisé de mise à jour des logiciels.

Tout le monde le fait…

« Pourquoi entrons-nous sur un marché bien établi, où beaucoup d’entreprises évoluent déjà? Pour les mêmes raisons que d’autres, soit parce qu’il y a de grandes opportunités qui sont offertes sur ce marché, explique John Kelly, le directeur des produits pour le segment des téléviseurs. Aux États-Unis, la législation guide le transfert de la télévision vers la haute définition, alors qu’au Canada les contenus à haute définition ne cessent d’augmenter. Si le marché de l’ordinateur est important, celui du téléviseur l’est encore plus. »

M. Kelly souligne que le nombre de téléviseurs à cristaux liquides et au plasma vendus pourrait augmenter de 300 % au cours de l’année 2006. « D’autres manufacturiers entrent dans la ronde, dont de vieux fabricants de téléviseurs comme Westinghouse, Zenith et Magnavox, et des fabricants d’ordinateurs comme celui dont le nom commence par la lettre D… »

« Nous avons deux aspects d’entreprise qui nous permettront de nous différencier, car nous savons comment obtenir du succès dans le marché de masse. Nous nous y connaissons en contenus numériques et nous sommes également des experts en couleur grâce à notre héritage en imagerie et en impression. Nous savons comment produire une image que les clients vont aimer regarder », précise M. Kelly.

« Nous avons grandi dans le monde de l’ordinateur où les marges sont minces, mais où nous avons atteint une bonne efficacité de la chaîne d’approvisionnement, et nous souhaitons apporter ces atouts au marché des téléviseurs. Cet élément sera important lorsque ces produits atteindront le marché de masse et que les marges seront réduites », ajoute M. Cates.

Des jetons placés partout

Un peu comme pour le marché du DVD à haute définition où l’entreprise est impliquée dans les deux camps, soit celui du format HD-DVD et celui du format Blu-Ray, HP offrira autant de modèles de téléviseurs qu’il existe de technologies. En effet, le fabricant commercialisera des modèles à écran à cristaux liquides, des modèles à écran au plasma et des modèles à microprojection (microdisplay) sous la forme de téléviseurs à protection arrière.

Décidément, l’entreprise ne veut pas manquer les occasions offertes par ce marché en plein bourgeonnement. « Nous prévoyons une croissance significative dans chacune de ces catégories chaque année, alors que le choix des clients sera réalisé en fonction de préférences personnelles, qu’il s’agisse de la dimension de l’écran, de la qualité de l’image ou du niveau de contraste. Nous croyons qu’il y aura de la place pour les trois types de produits au cours des cinq prochaines années, indique M. Kelly.

« En tant que nouvel arrivé dans ce créneau, opter pour une seule technologie aurait peut-être été plus facile à gérer pour nous. Mais ce n’est pas une impression qui serait partagée par la clientèle qui regarde toutes les technologies et s’attend à avoir un éventail de produits, ni pour les détaillants qui s’attendent aussi à que nous offrions une variété de choix », souligne M. Kelly.

Les premiers téléviseurs de HP seront commercialisés dès le mois d’août prochain dans les magasins d’électronique et d’informatique au détail, dont Best Buy qui constitue le premier partenaire grand public du fabricant. Alors que l’entreprise souhaite élargir en 2006 le nombre de détaillants qui offriront ses produits, M. Cates a indiqué que l’entreprise tentera aussi d’approcher des magasins spécialisés en audiovidéo, ici encore pour saisir un maximum d’opportunité. Les produits seront également offerts en ligne sur le site de l’entreprise.




À propos de Jean-François Ferland

Jean-François Ferland a occupé les fonctions de journaliste, d’adjoint au rédacteur en chef et de rédacteur en chef au magazine Direction informatique.


Google+