La téléphonie et la messagerie en mutation


Jean-François Ferland - 28/06/2006

Selon les firmes d’analyse In-Stat et JupiterResearch, c’est le début de la fin pour les systèmes conventionnels de communication des deux côtés de l’océan Atlantique.

Selon la firme In-Stat, la technologie de messagerie unifiée pourrait sonner le glas de la messagerie vocale d’ici à la fin de l’année 2009 aux États-Unis.

La firme américaine estime que le nombre de postes téléphoniques aptes ou dédiées à la messagerie unifiée pourrait passer de 8,4 millions en 2005 à 11,7 millions en 2010 chez nos voisins du Sud. Elle indique que la croissance du marché des systèmes de messagerie unifiée serait supérieure à celle des systèmes de messagerie vocale, de courriel sur ordinateur et de messagerie par télécopieur.

L’utilisation des interfaces associées aux téléphones mobiles, aux assistants numériques personnels et aux consoles de courrier électronique évoluées, la popularité croissante des systèmes sans fil fonctionnant à l’aide des standards de type 802,11 et l’arrivée incessante des téléphones portables bimodes (téléphonie cellulaire et Wi-Fi) sur le marché feront notamment croître le besoin d’une compatibilité des systèmes téléphoniques avec ces composantes.

In-Stat estime également que les revenus associés aux équipements pour utilisateurs finaux qui sont aptes ou dédiés à la messagerie instantanée pourraient passer de 506,4 millions $US en 2005 à 628,6 millions $US en 2010.

Croissance prévue pour les appareils bimodes

Par ailleurs, In-Stat prédit que plus de 132 millions d’appareils téléphoniques portables combinant les technologies cellulaire et Wi-Fi seront livrés sur le marché américain en 2010.

La firme d’analyse croit que les fournisseurs de services de télécommunications, qui se sont montrés réticents à offrir des appareils aptes à traiter les communications Wi-Fi, ne pourront résister longtemps par crainte que d’autres fournisseurs offrent de tels appareils et leur chipent des clients.

En se référant à de récentes recherches, la firme indique que quelques fournisseurs auraient l’intention d’offrir des services qui supportent à la fois des appels vocaux cellulaires et Wi-Fi, tandis que quelques appareils bimodes incluront également un module client pour la téléphonie IP. Également, ce sont les consommateurs du grand public et non les clients d’affaires qui seraient les adeptes hâtifs de cette technologie hybride.

La téléphonie conventionnelle menacée en Europe?

Selon la firme anglaise JupiterResearch, la téléphonie IP et la téléphonie hybride (mobile et fixe) auront éventuellement raison de la téléphonie résidentielle conventionnelle en Europe.

Selon Ian Fogg, l’auteur principal de deux études récentes, le recours à la voix sur IP pour convertir la téléphonie de l’analogique au numérique mènera à l’utilisation des téléphones résidentiels non seulement à la maison, mais aussi au bureau, dans les cafés Internet et sur les téléphones portables.

La firme indique que 27 % des consommateurs européens démontrent déjà un intérêt à utiliser le téléphone mobile au détriment du téléphone résidentiel fixe, que 17 % se disent intéressés à utiliser la téléphonie IP sur ordinateur et que 21 % des personnes interrogées seraient intéressées à transférer les appels reçus sur leur téléphone résidentiel vers un téléphone mobile lorsqu’ils sont à l’extérieur du domicile.

M. Fogg souligne que les fournisseurs de services de téléphonie mobile ou de téléphonie IP devront faire pression pour assurer que leurs services de voix sur IP aient un libre passage sur les réseaux des autres fournisseurs de services Internet ou des entreprises téléphoniques conventionnelles. Sinon, ils devront se préparer à investir dans l’établissement de réseaux à large bande fixe pour assurer la sécurité de la fourniture de leurs services sur les réseaux.




À propos de Jean-François Ferland

Jean-François Ferland a occupé les fonctions de journaliste, d’adjoint au rédacteur en chef et de rédacteur en chef au magazine Direction informatique.


Google+