Des initiatives régionales pour le CEFRIO


Jean-François Ferland - 13/10/2006

Quelques semaines après l’inauguration d’une présence en Abitibi-Témiscamingue, le centre québécois de liaison et de transfert en TIC entame dans la Baie-des-Chaleurs un projet d’innovation lié au développement rural et régional.

Le Centre francophone d’informatisation des organisations (CEFRIO) a entamé dans la Baie-des-Chaleurs le projet d’innovation d’Avignon-Bonaventure qui vise à favoriser le développement de produits et de services, à procéder à un transfert d’expertise et à identifier des savoir-faire en matière d’appropriation et d’utilisation des TIC dans un contexte de développement rural et régional.

Le projet, qui bénéficie de l’octroi d’une subvention de 225 000 $ de la part du ministère des Affaires municipales et des Régions du gouvernement du Québec, sera réalisé à partir d’un bureau régional récemment implanté dans un centre local de développement situé à Saint-Omer. Les applications et les expertises développées au cours du projet de trois ans seront transposées dans les autres régions du Québec.

« Nous essaierons de voir quelles applications pourraient être développées et avoir un impact sur le développement régional et rural du pourrait être transférable et exportable ailleurs au Québec », a indiqué Antoine Audet, chargé de projet et coordonnateur du bureau de la Baie-des-Chaleurs du CEFRIO.

Le projet sera notamment articulé autour de l’utilisation à la réseautique à large bande, qui est déjà employée dans la région par des institutions publiques et des organismes de développement par l’entremise d’un réseau collectif de fibre optique, par des écoliers et des enseignants d’écoles rurales dans le cadre du projet Écoles éloignées en réseau du CEFRIO ainsi que par un nombre croissant d’agglomérations.

Selon M. Audet, des initiatives pourront avoir lieu dans une diversité de secteurs de la collectivité. À titre d’exemple, il a été suggéré à un regroupement de cinq municipalités qui souhaitaient se doter d’une vitrine Internet à des fins de tourisme d’élargir le concept pour l’ajout d’outils d’information et de collaboration qui seraient destinés aux administrateurs et aux citoyens.

« Les technologies de l’information servent de prétexte à développer une collaboration dans ces milieux. Ce qui est intéressant, c’est que d’autres municipalités s’intéressent à cette façon de faire, ce qui pourrait mener à un élargissement (du projet) et à la création d’un intranet pour toutes les municipalités. Le rôle du CEFRIO sera de favoriser l’implantation de ces outils et de voir quels en sont les impacts sur les performances des organisations », relate M. Audet.

Les projets d’innovation pourraient avoir trait aux organismes socio-économiques, au réseau de la santé, aux établissements d’éducation et d’enseignement, et même à la jeunesse et à l’environnement. « Nous possédons une expertise, nous voulons nous doter de moyens financiers pour « aire lever » les projets. Nous travaillerons à partir des besoins des intervenants du milieu. Nous sommes très ouverts. Nous regardons comment les gens utilisent les technologies, quels sont leurs besoins, et quels projets pourraient avoir un impact structurant sur l’ensemble de la région. »

Le projet sera réalisé en collaboration avec les Centres locaux de développement (CLD) et les Municipalités régionales de comté (MRC) d’Avignon et de Bonaventure, la Société d’aide au développement des collectivités (SADC) Baie-des-Chaleurs et la Conférence régionale des élu(e)s Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine. Outre des partenaires privés des domaines des télécommunications (Telus) et bancaires (Fédération des caisses Desjardins), le projet compte sur un partenariat avec l’organisme Collectivité ingénieuse de la péninsule acadienne (CIPA).

Pluralité d’initiatives

L’annonce survient quelques semaines après l’inauguration d’un bureau régional en Abitibi-Témiscamingue, dont le but est d’effectuer un partage de connaissances et de procéder à des travaux exploratoires pour l’établissement de projets en partenariat avec divers acteurs publics et privés, dans le contexte de l’implantation d’un réseau à large bande fondé sur la fibre optique.

« C’est une région très dynamique et très intéressée par les nouvelles technologies, et les gens ont investi énormément de temps, d’argent et d’énergie pour déployer la fibre optique dans la région, déclare Isabelle Vachon, chargée de projet et coordonnatrice du bureau d’Abitibi-Témiscamingue au CEFRIO. C’est un bon timing (pour l’ouverture du bureau) parce qu’il y a une réflexion en ce moment à propos de l’utilisation de la large bande. Le CEFRIO, avec son expérience de travaux (à ce sujet), peut apporter un coup de main pour cette réflexion et entamer des projets qui vont favoriser le développement des entreprises ainsi que le développement local et régional. »




À propos de Jean-François Ferland

Jean-François Ferland a occupé les fonctions de journaliste, d’adjoint au rédacteur en chef et de rédacteur en chef au magazine Direction informatique.


Google+