Conformité comptable: les petites entreprises tardent à agir


Jean-François Ferland - 13/01/2010

Un sondage commandé par Sage Software démontre que les petites entreprises utilisent les TIC pour s’informer à propos des modifications fiscales, mais qu’elles tardent à les intégrer à leurs pratiques comptables.

Selon un sondage qui a été réalisé par la firme Angus Reid pour le compte de l’éditeur de logiciels de comptabilité Sage Software, les entrepreneurs utilisent les technologies de l’information et des communications pour accéder à l’information relative aux modifications de la réglementation comptable et à la conformité qu’elles doivent appliquer.

Les sites Web et les lignes téléphoniques, qui ont été évoqués par 38 % des répondants, constituent la deuxième source d’information la plus populaire, derrière les comptables et les avocats (59 %). Les logiciels de comptabilité se situent au cinquième rang du sondage (17 % des répondants) et les sites Web dédiés aux petites entreprises sont au septième rang (15 %).

D’autre part, pour l’obtention de conseils en matière de gestion des finances, la Toile arrive au deuxième rang de sources les plus populaires. Le recours à Internet, qui a été mentionné par 38 % des participants au sondage, n’est devancé que par les comptables et les consultants qui ont été évoqués par 65 % des répondants.

Inclusion tardive

Dans ce sondage, 54 % des répondants ont identifié la taxation comme étant la plus grande source d’inquiétude en matière de conformité. 38 % des participants au sondage ont mentionné que la conformité relative aux impôts les inquiétait au plus haut point, alors que 16 % des répondants ont plutôt mentionné la conformité relative aux taxes de vente comme source d’inquiétude majeure.

Or, 69 % des propriétaires d’entreprises attendant la production des rapports d’impôts pour constater les impacts des changements apportés au code fiscal sur leur taxation, alors que 31 % des répondants du sondage adaptent immédiatement leurs évaluations financières pour l’année.

Toutefois, 40 % des entreprises qui utilisent des logiciels de comptabilité adoptent les changements fiscaux de façon hâtive.

« Les gens attendent pour appliquer les changements relatifs à la taxation parce qu’ils voient ces aspects comme étant compliqués. Mais les personnes qui sont initiées à la finance ou qui utilisent un logiciel de comptabilité sont portées à appliquer plus rapidement les changements », confirme Hamish Marshall, directeur de la recherche à la firme Angus Reid.

Selon Hugo Croft-Lévesque, directeur de produit chez Sage Software, la réalité des petites entreprises fait en sorte que les entrepreneurs sont très absorbés par les tâches quotidiennes. « Cela ne veut pas dire que les personnes ne sont pas stressées à propos des tombées qui approchent, mais plutôt que leurs plus grandes inquiétudes ont trait aux affaires. Lorsque le feu brûle trop, ils s’occupent de la taxation », indique-t-il.

« Les petites entreprises, en général, portent surtout leur attention sur les ventes, alors que les éléments d’arrière-boutique sont relégués sur la banquette arrière jusqu’au moment où il sera nécessaire de s’en occuper », ajoute Jamie Sutherland, le vice-président et directeur général pour les solutions pour les petites entreprises au Canada chez Sage Software.

« L’écosystème qui entoure notre logiciel Simply Accounting est alors utile, alors qu’un bon nombre de comptables et de teneurs de compte peuvent aider ces entrepreneurs qui ne peuvent s’occuper de leurs besoins en matière de conformité », indique-t-il, en précisant que 10 000 professionnels en comptabilité au Canada sont habiletés à utiliser le produit.

Le sondage a réalisé par la firme Angus Reid au début d’octobre 2009 auprès de 503 personnes, avec une marge d’erreur de 4,4 %, 19 fois sur 20. D’ailleurs, 58 % des répondants au sondage étaient le seul employé de leur entreprise.

Jean-François Ferland est journaliste au magazine Direction informatique.




Tags: , , , , , , ,

À propos de Jean-François Ferland

Jean-François Ferland a occupé les fonctions de journaliste, d'adjoint au rédacteur en chef et de rédacteur en chef au magazine Direction informatique.
Google+