L’informatique en nuage version PureSystems


Denis Lalonde - 10/05/2012

IBM a lancé ses nouveaux systèmes informatiques, baptisés PureSystems, qui sont le fruit d’investissements de 2 milliards de dollars américains en recherche et développement et en acquisitions. Ils visent notamment à simplifier l’informatique en nuage.

Ces produits sont le fruit de trois ans de travaux et des ingénieurs d’IBM de 37 pays, dont le Canada (et l’usine de Bromont), ont participé à leur conception.

Le directeur des technologies de l’information d’IBM Bromont, Sylvain Michel, précise que la famille de serveurs PureSystems possède deux variantes, soit les PureFlex et les PureApplication.

Les systèmes PureFlex permettent d’intégrer les composantes de matériel comme le nœud de calcul, l’espace disque et le réseau. Ce type de serveur permet également de faire de l’informatique en nuage dans un mode entièrement virtualisé avec l’aide du système de gestion IBM Flex System manager.

« En terme d’interface, les responsables ou administrateurs de ces systèmes pourront accomplir toutes leurs tâches dans un environnement unique. Dans un contexte de configuration, ils n’auront pas à travailler dans quatre ou cinq environnements comme c’était le cas auparavant. Leur travail en sera grandement simplifié », explique M. Michel.

Ce dernier précise qu’un des éléments qui amène la simplicité est la possibilité de faire préconfigurer et pré-intégrer l’ensemble des composantes au niveau du matériel informatique dans les serveurs. « Il faut relativiser lorsqu’on parle de systèmes pour entreprises, mais dans certains cas, à la réception des serveurs configurés à la demande du client, il ne restera qu’à les brancher pour qu’ils soient fonctionnels », ajoute-t-il.

Dans d’autres cas, il restera aux administrateurs à effectuer les configurations finales selon leurs propres besoins.

« Dans un contexte où une moyenne ou grande entreprise veut faire de l’informatique en nuage sans passer trop de temps à configurer les systèmes, beaucoup d’éléments peuvent donc être pré-configurés. Cela facilite l’introduction d’un nuage privé qui peut être évolutif (scalable) en entreprise », dit Sylvain Michel.

De plus, au niveau de la sécurité, il est possible de faire des mises à jour de logiciels sans arrêter les systèmes.

Les systèmes PureApplication vont un peu plus loin

Les systèmes PureApplication sont des PureFlex auxquels on ajoute tout le volet de la gestion des intergiciels (middleware) et des applications.

« Ultimement, des applications pourraient même être pré-intégrées à l’intérieur des systèmes. Par exemple, un client qui veut avoir des modules SAP peut demander qu’ils soient préinstallés sur les serveurs. Ensuite, il serait facile de déterminer tous les besoins en intergiciels et les configurations nécessaires en fonction du nombre d’usagers. Cela pourrait être très pratique pour les grandes entreprises », croit M. Michel.

À son avis, les clients qui voudront amorcer un virage vers l’informatique en nuage, peu importe qu’il vise les applications, une infrastructure ou une plateforme, n’auront plus à obtenir une formation très pointue pour créer leur environnement. Il leur suffira d’être capable de le gérer et de le faire évoluer. « À l’intérieur des logiciels, beaucoup de connaissances sont intégrées pour faire de la gestion automatisée d’un nuage informatique et de permettre de prendre les bonnes décisions pour en optimiser la gestion et en faciliter le déploiement », affirme-t-il.

Les PureSystems, qui offrent un environnement hybride supportant Windows, Linux et iSeries, sont actuellement en phase de tests chez 600 clients d’IBM présents dans une douzaine de pays. La société a annoncé leur arrivée en avril, mais ils ne seront disponibles qu’au début du troisième trimestre. Leurs prix ne sont pas pour toutes les bourses puisqu’il faudra payer un minimum de 100 000 dollars pour s’en procurer un.

Pour consulter l’édition numérique du magazine d’avril 2012 de Direction informatique, cliquez ici




Tags: , , ,

À propos de Denis Lalonde

Denis Lalonde est rédacteur en chef chez Direction informatique, développant des contenus et services uniques pour les spécialistes des technologies de l’information en entreprise à travers la province de Québec, tant à l’imprimé que sur le Web. Il s’est joint à IT World Canada, l’éditeur de Direction informatique, après avoir travaillé plus de cinq ans chez Médias Transcontinental pour les publications LesAffaires.com et le Journal Les Affaires. Journaliste accompli à l’aise sur toutes les plateformes médiatiques, Denis a également travaillé au Journal de Montréal, au portail Internet Canoë et au Réseau de l’information (RDI). Twitter: DenisLalonde
Google+ WWW