Boingo ou le Wi-Fi simplifié


François Picard - 25/03/2009

À L’ESSAI Pour une personne qui voyage beaucoup à travers l’Amérique du Nord ou même le monde, le Wi-Fi est une bénédiction mais peut devenir très coûteux si on est mal organisé. Le service Boingo simplifie l’accès sans fil à Internet.

Même si on compte de plus en plus de points d’accès Wi-Fi gratuits, il y en a aussi de plus en plus où il faut payer pour pouvoir en profiter. Cependant, plutôt que de débourser un montant à chaque point d’accès, on peut s’abonner à Boingo, un service global qui permet d’utiliser jusqu’à 100 000 points d’accès différents à travers le monde.

Savoir profiter de la situation

Prenons l’exemple d’un homme ou d’une femme d’affaires qui doit aller dans une dizaine de villes canadiennes et américaines dans un même mois. Presque chaque fois que cette personne voudra accéder à Internet, elle devra débourser entre 6 $ et 15 $ pour se brancher à un point d’accès d’hôtel ou de restaurant. Si elle visite une dizaine d’endroits, les coûts de communication Internet peuvent rapidement dépasser les 50 $ et même atteindre les 100 $. Ayant déjà dû payer 12,50 $ par jour pour l’accès Wi-Fi dans un hôtel de Saguenay, je peux confirmer que cela peut monter rapidement…

Boingo est une firme américaine qui propose un accès par abonnement à des dizaines de milliers de points d’accès Internet commerciaux avec lesquels elle a une entente. Trois types d’abonnements sont offerts : Boingo Unlimited, Boingo Global et Boingo Mobile. L’abonnement Boingo Unlimited à 9,95 $ US par mois est fait pour les utilisateurs d’ordinateurs portatifs, sous Windows XP/Vista ou Mac OS X, qui voyagent en Amérique du Nord seulement. Il leur permet d’aller sur Internet autant qu’ils le veulent pour ce prix fixe, dans un ou plusieurs points d’accès (hotspots), sans que cela change quoi que ce soit. Quand j’avais testé ce service pour la première fois, en 2004, le tarif de cet abonnement était de 30 $ US par mois. Il a été réduit, au grand avantage des utilisateurs.

L’abonnement Boingo Global permet de faire la même chose pour Mac ou PC, avec un choix de 100 000 points d’accès à travers le monde, mais il est plus cher (59 $ US par mois) à cause des prix et des conditions qui varient d’un pays à l’autre. Même à ce prix, ce service peut être très économique pour ceux qui voyagent à travers le monde et qui ont souvent à communiquer avec leur ordinateur.

Enfin, le service Boingo Mobile, à 7,95 $ US par mois seulement, est destiné aux utilisateurs d’ordinateurs de poche et de téléphones intelligents dotés du Wi-Fi, sous Windows Mobile 5 ou 6, iPhone / iPod Touch, Motorola Windows Mobile, Nokia S60 / N800 / N810 ou Sony Ericsson UIQ. Cet abonnement peu coûteux leur permet de se brancher sans fil à l’un des 100 000 points d’accès affiliés à Boingo dans le monde pour aller sur Internet et, dans la plupart des cas, de se servir des fonctions VoIP de leur appareil plutôt que des communications cellulaires très coûteuses. Notez que, sans abonnement, on peut quand même passer par les points d’accès de Boingo pour des communications VoIP en utilisant le nouveau service Skype Access, mais les communications coûtent alors 23 sous canadiens de la minute (facturés par Skype), ce qui est pratique, mais revient vite cher.

Un service simple et très avantageux

Boingo s’est affilié à des milliers de fournisseurs de points d’accès à travers le monde. La majorité d’entre eux sont des compagnies de communications (AT&T, Wayport, iBahn, T-Mobile, BT Openzone, Orange France, Pronto, Bell Mobilité…) et des chaînes hôtelières ou de restaurants comme Starbucks et McDonald’s. D’autres se trouvent dans une grande diversité de lieux, certains d’accès public, comme des aéroports et de gares, d’autres pas, comme des salles de congrès où seuls les congressistes peuvent réellement en profiter.

Pour s’abonner à Boingo, il faut se rendre sur le site de la compagnie et choisir l’abonnement qui nous intéresse. Ensuite, on s’inscrit et on télécharge le petit logiciel puis on procède à son installation, ce qui varie selon qu’on dispose d’un ordinateur, d’un ordinateur de poche ou d’un téléphone intelligent pour se brancher aux points d’accès. Ce petit logiciel permet aux points d’accès de savoir que l’on a un abonnement avec Boingo et qu’on peut donc y accéder sans frais supplémentaires. Ce logiciel simplifie beaucoup le repérage des points d’accès affiliés et l’établissement des communications.

Lors de l’abonnement, il faut bien lire tous les détails du texte du contrat où il n’y a rien de contraignant auquel on ne s’attende. La politique d’utilisation acceptable est tout à fait compréhensible. De plus, on y apprend qu’on peut arrêter notre abonnement en tout temps, pourvu que Boingo reçoive à l’adresse indiquée soit une lettre recommandée, soit une lettre certifiée, au moins 5 jours avant la fin du mois d’abonnement.

Ce service fonctionne habituellement très bien, mais on peut tomber sur une journée où un point d’accès est en réparation ou parfois sur un supplément à payer pour certains types de communications, mais c’est rare. Pour connaître à l’avance les points d’accès disponibles à un endroit où l’on doit aller, le mieux est de consulter l’outil de recherche de hotspots de Boingo qui est disponible en ligne à http://boingo.jiwire.com/. C’est aussi la principale page à consulter pour avoir une idée de l’ampleur du réseau auquel on peut accéder pour quelques dollars par mois. Les voyageurs apprécieront de pouvoir profiter de ce service presque partout, sauf au Québec où très peu de fournisseurs de points d’accès ont pris une entente avec Boingo, mis à part certains restaurants Starbucks et McDonald’s.

François Picard est rédacteur en chef et éditeur du magazine Atout Micro.