Des éditeurs propriétaires plus libres? (2/2)

12/03/2014

Laurent Bounin

Laurent Bounin

Voici la deuxième partie de mon billet qui porte sur le changement de position des éditeurs de logiciels propriétaires vis-à-vis du logiciel libre.

Dans la première partie du billet  – Des éditeurs propriétaires plus libres? (1/2) – je relatais l’évolution du positionnement qui pourrait survenir en 2014 au sein de certains  éditeurs de logiciels propriétaires face au logiciel libre, en vertu de changements qui ont eu lieu récemment chez certains de ces derniers. Voici la suite de mes observations :

Oracle

Selon la section de son site Internet dédiée au logiciel libre, Oracle contribue des millions de lignes de code à une quantité de projets libres dont Xen, Java.net, openJDK, NetBeans, VirtualBox et Berkeley DB. Elle soutient également financièrement plusieurs fondations, dont la Fondation Eclipse et la Fondation Linux.

Pourtant, on se rappelle de l’acquisition de Sun Microsystems par Oracle en 2010. Celle-ci était en partie justifiée par le fait que l’éditeur voulait ralentir la poussée fulgurante de MySQL, la base de données libre la plus utilisée dans le monde.Illustration du concept de logiciel

Egalement, faisons état de ce livre blanc, publié à l’automne 2013 dans lequel Oracle affirmait que le coût total de possession d’un logiciel libre était souvent supérieur à celui d’un logiciel propriétaire : « As we will see, total cost of ownership (TCO) for open source software often exceeds that of commercial software. »

Plus d’information concernant l’implication d’Oracle dans le logiciel libre est disponible ici.

Les perspectives à court, à moyen et à long terme

Les signaux contradictoires émis par Oracle sont-ils synonymes de fiction en ce qui a trait à l’ouverture de la société au logiciel libre? Serait-ce le cas également pour les autres éditeurs mentionnés ci-haut?

Je ne pense pas, enfin du moins pour certains des éditeurs. Il faut relativiser. En effet, le modèle propriétaire et celui du logiciel libre sont très différents et une ouverture de l’un vers l’autre suppose des efforts colossaux et des changements organisationnels profonds.

Cependant, le marché influence le comportement des fournisseurs. Comme je le soulignais plus haut, la réalité d’aujourd’hui est que les parcs applicatifs sont de plus en plus hétérogènes et les applications se doivent d’interagir. Il faut donc que les deux modèles puissent coexister, du moins à court terme.

À moyen terme, l’Internet des Objets va selon moi pousser les fabricants à utiliser des frameworks libres. Pourquoi? Parce que c’est le seul modèle qui permet aux fabricants d’utiliser une technologie unique pour que le consommateur final puisse connecter l’ensemble de ses appareils électroménagers, voitures et autres à l’Internet. Il serait complètement illusoire de penser qu’un logiciel propriétaire puisse devenir la norme sur ce marché émergent. En effet, le modèle de développement de ce dernier est trop lent pour supporter l’arrivée massive des nouveaux appareils connectés.

Selon Yann Sadok, directeur des services conseils – stratégie web chez Alithya et blogueur, « Le problème est que, comme peu de normes et standards régissent présentement l’Internet des Objets,  c’est un peu tout et n’importe quoi. Ceux qui ouvriront leur codes sources seront sans doute les mieux placés pour imposer les standards de l’industrie. »

Plusieurs fabricants l’ont bien compris. C’est pourquoi la AllSeen Alliance a vu le jour. Cette dernière travaille sur le développement d’un cadre de travail libre qui permettra de connecter à peu près n’importe quoi à Internet. Parmi les membres de l’alliance mentionnons notamment Cisco, D-Link, Haier, LG Electronics, Qualcomm, Panasonic et Sharp.

À long terme, tous nos appareils seront connectés. Le logiciel libre sera alors la norme. Les éditeurs propriétaires devront soit ajuster leur modèle commercial… soit péricliter et disparaître.

Voici mon opinion personnelle. Quelle est la votre?


Tags: , , , , , ,
Laurent Bounin

Laurent Bounin

Laurent Bounin est responsable du développement des affaires chez Acquia. Il évolue dans l’industrie du logiciel libre depuis 8 ans.
Google+ WWW