Fabriquer un CV: une aberration chez les ados


Nelson Dumais - 20/02/2009

HUMEUR – Votre ado doit se bâtir un CV pour un emploi d’été ou à temps partiel? Il peut se rabattre sur quelques sites qui l’assisteront. Et vous serez sans doute appelé à contribuer…

Si vous avez, ou fréquentez, des enfants en âge de se chercher du travail pour arrondir leur misérable quinzaine d’étudiants du secondaire ou du cégep, vous allez vous sentir interpellé à la lecture de cette chronique. Avant-hier soir, alors que je rédigeais le CV de ma gamine de seize ans, une pratique obligatoire pour quiconque veut offrir ses services inexpérimentés dans les MacDo, Tim Horton et autres Couche Tard du quartier, je me suis demandé comment, Dieu du ciel, on en était arrivé là.

Scénario typique : un(e) ado en quête de revenus demande à son père de réviser un truc infâme bidouillé à la diable dans l’ordi familial, cela avant qu’il (elle) ne l’imprime et aille le porter. Le papa relit, remarque la moyenne de cinq fautes par trois mots, identifie au moins trois tailles et deux types de police dans un même paragraphe de quatre lignes, constate que les huit ans de piano avec diplôme de McGill officialisant cette prouesse ont été omis et, surtout, réalise qu’il n’y a aucune logique de présentation.

Tout le monde exige des CV, personne n’apprend vraiment aux ados comment en produire, comment s’assurer qu’ils soient adaptés et efficaces. Si quelques sites Web le font, par exemple Toile Jeunesse ou MonCV.com, nombreux sont ceux qui les conçoivent pour le Web, p. ex. EasyCV, avec plein d’onglets et d’hyperliens, comme s’il était possible de ne donner qu’une URL au MacDo où on veut travailler. Mais aucun ne sera en mesure de faire remarquer à votre ado qu’il a oublié de mentionner ses huit ans de piano, sa ceinture marron au Taekwondo ou le fait qu’il sache construire un PC à partir de pièces détachées. Vous seul le pouvez.

Auquel cas, il est fort probable que vous vous retrouvez en situation de « fabriquer » un CV. Car c’est bien de cela qu’il s’agit. Vous ouvrez Word, vous cliquez sur « Nouveau », vous choisissez « curriculum vitae » dans la colonne de modèles et là, vous commencez à vous casser la tête. Sous « expérience professionnelle », vous ne pouvez décemment rien écrire. Mais craignant la réaction du MacDo, vous vous lancez dans un acte de fabrication presque aussi répréhensible et immoral que le marketing l’est par définition.

Voici ce que ça donne, en imaginant que vous vous appeliez Jean Côté (le gabarit vient de Microsoft Word 2007).

exemple de CV

Et ainsi de suite. Et là, vous pensez à votre jeunesse, époque bénie où vous n’aviez qu’à visiter les commerces et laisser votre nom et votre numéro de téléphone sur un bout de papier. Rien qu’à vous voir la binette, le patron potentiel, un physionomiste habitué à juger une personne en lui scrutant le blanc des yeux, savait que vous n’étiez qu’un gamin ou une gamine inexpérimenté(e) où le terreau de l’apprentissage professionnel était vierge.

Mais aujourd’hui, ce brave homme n’existe plus. Du moins, il ne recrute pas chez MacDo. Le travail de recrutement est confié à un « vétéran », un employé qui en est à sa troisième ou quatrième année dans l’établissement, possiblement un cégépien incapable de remarquer la moyenne de cinq fautes à tous les trois mots dans un CV, inapte à déterminer si le ou la postulante possède l’étoffe nécessaire à l’emploi et impuissant quant à une décision d’embauche. Quand il était ado, on lui avait demandé un CV, depuis il en demande.

CV est l’acronyme de « curriculum vitae » (on dit aussi « curriculum vivendi »), une expression latine qui signifie littéralement carrière de la vie. Quand on a 16 ans, peut-on faire état d’une « carrière »?

Comment en est-on arrivé à exiger une telle aberration? Pourquoi ne vous est-il pas possible d’écrire quelque chose comme suit :

« Cet ado, dont voici les coordonnées, étudie en sec IV et a des notes acceptables. Il ne faut pas le juger parce qu’il se place la casquette par-dessus les oreilles. Il s’exprime de façon courtoise, bien qu’adolescente, dans les deux langues, aime les jeux vidéo, le réseautage social et la musique hip-hop. Il n’a pas encore eu la chance de travailler contre rémunération, mais autour de la maison il est très vaillant. Quant à sa ponctualité, elle est sans faille; c’est ce qui est indiqué sur son bulletin scolaire. »

Ce serait la vérité, mais votre malheureux rejeton se verrait refusé partout. Donc, il vous faut jouer un petit jeu, « fabriquer » un CV alors qu’il n’y a pas de « curriculum » et à peine de vécu. C’est ce que vous lui apprenez, à votre ado.

Après, on s’étonne du cynisme de plus en plus répandu en société. Drôle d’époque!


Autres ressources

De nombreux sites existent pour donner un coup de main afin de mieux construire un CV. Outre ceux mentionnés ci-haut, la plupart des grands sites de recrutement offrent ce genre de service et de conseil :

CV et lettres de présentation sur Monster.ca

15 conseils pour rédiger des CV gagnants sur Workopolis.com

Le guide de survie sur Jobboom.com

Il existe aussi plusieurs ressources pour assister les jeunes dans leur démarche de recherche d’emploi. L’organisme emploi-jeunesse offre des services spécialisés à cet égard. Cet organisme fait d’ailleurs partie du Réseau des services spécialisés de main-d’œuvre, lequel regroupe 51 organismes à but non lucratif spécialisés, établis dans 13 régions du Québec.

Nelson Dumais est journaliste indépendant, spécialisé en technologies de l’information depuis plus de 20 ans.