L’édition été 2016 du magazine Direction informatique en format Pagebook propose les dix textes les plus lus sur le site de Direction informatique pendant les mois d’avril à juin 2016.


Le printemps technologique 2016 au Québec

L’actualité québécoise des technologies de l’information et des communications (TIC) pour les entreprises et les organisations a été marquée au printemps 2016 par des questions de sécurité informatique, d’attribution de contrats publics, d’accès à la main-d’œuvre, de transition vers une économie numérique et de gestion publique de données ouvertes, ainsi que par des lancements de produits destinés à la conduite des affaires.


Fuite de données chez Spotify

Fanny Bourel Fanny Bourel26/04/2016

Le suédois Spotify, qui domine les services de musique en ligne dans le monde, aurait été victime d’une cyberintrusion.Illustration du concept du piratage

Un document contenant les données de centaines d’utilisateurs de Spotify a été publié sur le site Pastebin, selon TechCrunch.

Aucune information bancaire n’aurait été dévoilée. Courriels, noms d’utilisateurs et mots de passe figurent parmi les renseignements à avoir fuité.

Un porte-parole de Spotify, contacté par TechCrunch, a nié les faits. « Spotify n’a pas été piraté et les dossiers de nos utilisateurs sont en sécurité. Nous surveillons régulièrement Pastebin et d’autres. Quand nous y trouvons des informations d’authentification de Spotify, nous vérifions d’abord si elles sont authentiques. Et si elles le sont, nous informons immédiatement les utilisateurs pour qu’ils changent leurs mots de passe. »

Pourtant, TechCrunch rapporte que des utilisateurs ont constaté que leur compte avait été piraté, leur adresse courriel ayant été remplacé par une adresse ne leur appartenant pas ou des chansons ont été écoutées par d’autres personnes que le titulaire du compte.

Spotify a déjà été attaqué par des pirates en novembre dernier ainsi qu’en 2014.

Lire aussi :

Cybersécurité : des entreprises perdraient du terrain

Protection des données : des consommateurs préoccupés mais pas découragés

Hausse de la croissance mondiale des revenus de solutions de sécurité


De nouvelles règles pour l’attribution des contrats publics

Fanny Bourel Fanny Bourel15/04/2016

Un nouveau règlement sur les contrats des organismes publics en matière de TI a été adopté au provincial. Il viserait officiellement à mieux adapter les règles contractuelles à la réalité des TI et à choisir les meilleures stratégies d’acquisition en fonction des besoins des organismes publics. Logo du gouvernement du Québec

Concrètement, ce règlement intègre la notion de « coût total d’acquisition », qui devrait permettre de prendre en considération l’ensemble des coûts liés à une acquisition pendant toute sa durée de vie utile. L’objectif est notamment de mieux comparer les logiciels libres avec les logiciels propriétaires.

Il inclut aussi des dispositions supposées faciliter l’achat de services infonuagiques et un nouveau mode d’adjudication, appelé procédure de dialogue compétitif. Dans ce type de procédure, l’acheteur discute avec les entreprises sélectionnées afin de mettre au point une solution répondant à ses besoins et ainsi d’affiner les offres finales présentées.

Les entreprises pourraient être également informées des forces et des faiblesses de leurs soumissions et transmettre ces dernières de manière électronique.

Le règlement prévoit aussi une évaluation de rendement des entreprises de TI pour tout contrat de 100 000 dollars et plus.

« Le Règlement sur les contrats des organismes publics en matière de technologies de l’information est l’une des pièces maîtresses de la Stratégie gouvernementale en TI. Il viendra donner la souplesse nécessaire aux organismes publics pour réaliser de meilleures acquisitions en TI et, ultimement, faire des économies substantielles », a affirmé, dans un communiqué, Carlos Leitão, le ministre des Finances, de l’Administration gouvernementale et de la Révision permanente des programmes, et président du Conseil du trésor.

Lire aussi :

Contrats informatiques : pétition pour une enquête publique

Deux visions sur qui devrait accomplir les contrats publics en TI

Contrats publics : début des « échanges » avec des « partenaires de l’État »


La rareté de la main-d’œuvre préoccupe les leaders en TI

Fanny Bourel Fanny Bourel31/05/2016

Près de la moitié des leaders des TI (46 %) ont eu du mal à pourvoir des postes en TI au cours de l’année écoulée, d’après un rapport de l’Autorité canadienne pour les enregistrements Internet (ACEI).Des travailleurs en TI

Pourtant, selon 55 % des 300 décideurs en TI interrogés, la capacité à recruter des travailleurs compétents et à les maintenir en poste est l’élément le plus important pour rendre les entreprises en TI plus concurrentielles au niveau mondial.

Les compétences techniques les plus recherchées relèvent d’abord de la sécurité pour 45 % des répondants, puis de la réseautique (31 %), de la gestion des serveurs et des centres de données (37 %), de la programmation et du développement d’applications (33 %) et de l’infonuagique (31 %).

Près des trois-quarts des décideurs en TI estiment que nous avons besoin de solutions fabriquées au Canada pour relever nos défis technologiques mais la moitié d’entre eux (49 %) jugent que les entreprises canadiennes en TI n’ont pas ce qu’il faut pour affronter la compétition internationale.

Développer l’apprentissage du code à l’école pourrait bénéficier à l’industrie canadienne des TI. D’ailleurs, 88 % des répondants disent qu’il est important d’enseigner les rudiments du codage à l’école secondaire.

Lire aussi :

Influence des compétences numériques sur l’emploi et sur la productivité

Importance des avantages sociaux pour recruter en TI

Jeu vidéo au Canada : plus de la moitié des emplois au Québec


Se tenir debout au boulot

La position assise au boulot et la « culture de la réunion » auraient des effets néfastes, selon ParticipAction.Illustraton du concept de conseil d'administration

ParticipAction, qui est un organisme à but non lucratif créé en 1971 pour promouvoir l’activité physique, affirme avoir effectué une étude selon laquelle 63 % des travailleurs de bureau au Canada s’inquiéteraient du temps qu’ils passent assis au travail.

Parmi les répondants de l’étude, 32 % auraient affirmé qu’ils passent trop de temps assis en réunion et une personne sur cinq aurait déclaré consacrer l’équivalent d’une journée de travail de huit heures à des réunions. Selon ParticipAction, ces constats démontrent un problème de sédentarité des travailleurs de bureau.

L’organisme suggère aux gens de « modifier les normes sociales au travail, dont celles touchant les réunions », par exemple en bougeant plus au boulot, en prenant des pauses actives et d’activité physique d’au moins dix minutes, en passant moins de temps assis, ainsi qu’en favorisant les réunions debout avec étirements et marche, de manière à atteindre les 150 minutes par semaine d’activité physique recommandées pour les adultes.

« La réduction du temps de sédentarité des travailleurs, qui représente presque 10 heures par jour, permettrait de diminuer le risque de diabète, de maladie cardiaque, d’hypertension, de cholestérol, de maux de dos et de maux de tête », soutient l’organisme, en plus de favoriser clarté des idées, productivité, performance, créativité et satisfaction des employés.

Lire aussi:

Scepticisme médical sur les données de bracelets numériques

Audiences sur des liens possibles entre sans fil et problèmes de santé

Intelligence artificielle et santé au travail réunies avec Epsylio


Pages Jaunes : plus de revenus numériques mais moins de revenus totaux

Pages Jaunes rapporte des revenus de 204 millions de dollars pour le premier trimestre de son année financière 2016.Logo de Groupe Pages Jaunes

Pages Jaunes, une entreprise de Montréal qui se spécialise en solutions de marketing, de publicité et de médias numériques, fait état de revenus trimestriels qui sont inférieurs de 1,1 % aux revenus de 206 millions de dollars qui avaient été rapportés pour le premier trimestre de son année financière précédente.

Par contre, parmi ses revenus totaux pour la période de trois mois terminée le 31 mars 2016, Pages Jaunes mentionne que ses revenus qui sont tirés des « médias et solutions numériques » auraient augmentés de 16,6 % d’un exercice financier à l’autre pour atteindre désormais 131,6 millions de dollars et 64,6 % du total de ses revenus.

De plus, Pages Jaunes rapporte un bénéfice net trimestriel de 13,2 millions de dollars qui est inférieur au bénéfice net de 25,5 millions de dollars qui avait été enregistré pour le trimestre correspondant de l’année financière précédente.

Pages Jaunes laisse entendre qu’il s’agit d’un cheminement normal dans le cadre de « la mise en oeuvre de son plan de retour à la croissance et de sa transformation vers la publicité numérique ».

Lire aussi:

Pages Jaunes acquiert Juice Mobile

Augmentation des revenus numériques chez Pages Jaunes

Pages Jaunes reçoit 4,3 M$ de Québec


Portail de « données ouvertes » lancé par Québec et des Villes

Le gouvernement du Québec affirme lancer un portail de « données ouvertes » pour notamment « favoriser la diffusion d’information ».Illustration du concept de ville intelligente

En partenariat avec les Villes de Québec, Laval, Sherbrooke, Gatineau et Montréal, le gouvernement du Québec soutient avoir dévoilé un portail qui doit « permettre un meilleur accès aux données ouvertes des administrations publiques du Québec ».

Des données de l’État du Québec et des municipalités seraient donc regroupées sous un même site internet pour être accessibles, au nom de la « transparence » des institutions, aux citoyens et aux développeurs de projets, applications et services numériques.

Le gouvernement du Québec ne précise cependant pas avec quels types de données il prévoit contribuer à ce portail, ni quels types de données ne seront pas ajoutés à ce portail.

De son côté, la Ville de Laval mentionne notamment fournir des données sur les coordonnées des élus de Laval, la présence des élus de Laval aux séances du conseil municipal, la rémunération des élus de Laval, les résultats de divers sondages, les chantiers routiers, la géolocalisation des adresses, les accidents de la route et le plan de zonage.

Lire aussi:

Portail de données ouvertes: catalyseur ou cimetière de données?

La Ville de Montréal rend publiques des données

Contrats publics : Montréal lance un appel aux entreprises technologiques


Le BlackBerry Priv déçoit

Fanny Bourel Fanny Bourel06/06/2016

Le BlackBerry Priv, le premier téléphone intelligent Android conçu par Blackberry, ne remporterait pas le succès escompté, selon le média américain CNET.Logo de BlackBerry

Un cadre du fournisseur américain de télécommunications AT&T, qui a été le premier opérateur américain à proposer le BlackBerry Priv, a confié à CNET que les acheteurs seraient nombreux à retourner leur téléphone intelligent.

Alors que le choix de miser sur un téléphone Android offrant un vrai clavier à touches devrait permettre d’attirer de nouveaux consommateurs, les acheteurs du BlackBerry Priv seraient surtout des fidèles de BlackBerry, qui seraient complètement déroutés par la transition du système de Blackberry au système Android.

Verizon et T-Mobile, qui commercialisent aussi le BlackBerry Priv, n’ont formulé aucun commentaire mais ces informations augurent mal de l’avenir de BlackBerry sur le marché des téléphones intelligents. En octobre dernier, un mois avant le lancement du BlackBerry Priv, John Chen, le PDG de BlackBerry, avait annoncé que l’activité de téléphonie mobile de la compagnie serait sur la sellette si elle ne générait pas de profits en 2016.

Or, en avril, BlackBerry a annoncé avoir vendu 600 000 téléphones lors du quatrième trimestre de son année fiscale se terminant le 29 février, soit 100 000 exemplaires de moins qu’au trimestre précédent. Pourtant, l’entreprise canadienne comptait clôturer son année en écoulant 850 000 appareils.

Lire aussi :
Chiffrement : BlackBerry assume avoir aidé la GRC

BlackBerry cible à la fois collaboration mobile et contrôle

BlackBerry exclue du Pakistan


LesPAC Immo : une plateforme immobilière multi-supports

Fanny Bourel Fanny Bourel14/04/2016

Le site d’annonces classées LesPAC lance LesPAC Immo, une plateforme multi-écrans à destination des particuliers et des professionnels de l’immobilier. Photo : Capture d'écran

Accessible par internet et par application sous iOS et Android, LesPAC Immo permettrait de trouver un logement à louer ou à acheter ou encore un terrain à bâtir, grâce à une interface se voulant simple et facile à utiliser.

Des fonctionnalités de recherche sur cartes personnalisables seraient offertes, selon des filtres comme le prix, le nombre de pièces, la présence de foyer ou d’un garage ou encore la climatisation.

Une fonction d’alerte permettrait également aux utilisateurs de rester informés, sur l’ensemble des supports, de la mise en marché d’une propriété répondant à leurs critères de recherche.

« L’objectif de LesPAC Immo est simple : offrir une vitrine web optimisée aux vendeurs de propriétés et professionnels de l’immobilier et des outils de recherche adaptés aux besoins du marché immobilier », a expliqué, dans un communiqué, Suzanne Moquin, présidente de LesPAC.

Créé en 1996, LesPAC est détenu par l’entreprise longueuilloise Technologies Interactives Mediagrif, qui se spécialise en solutions de commerce électronique.

Lire aussi :

Mandat de Mediative auprès de LesPAC

Immobilier : Via Capitale lance un moteur de recherche à base d’images

MurÀMur Média devient Pages Jaunes Immobilier


Un robot bipède dévoilé par une filiale de Google

Fanny Bourel Fanny Bourel11/04/2016

L’entreprise de robotique Schaft a montré au public son nouveau robot bipède lors du New Economic Summit, qui s’est tenu à Tokyo la semaine dernière. Google2

Cette compagnie japonaise, achetée par Google il y a trois ans et intégrée au laboratoire Google X en décembre dernier, était restée discrète depuis son acquisition par la firme californienne.

Ce nouveau robot serait capable de monter et de descendre des escaliers, de porter des charges de 60 kilos, de marcher sur un tuyau tout en gardant son équilibre, de se déplacer sur des terrains accidentés, sur une plage de galets ou encore sur une surface enneigée. Il pourrait aussi nettoyer le sol d’un escalier.

Selon le journaliste indépendant canadien Tim Hornyak qui a assisté à l’événement, ce robot aurait été conçu pour être « un dispositif compact, à bas coût et peu énergivore afin d’aider la société ».

Cette présentation intervient alors que Bloomberg a révélé le mois dernier qu’Alphabet, la maison mère de Google, aurait décidé de vendre Boston Dynamics, elle aussi spécialisée en robotique. Une vidéo montrant ses robots quadripèdes avait largement circulé en février dernier, atteignant près de 13 millions de vues. Cependant, Alphabet jugerait Boston Dynamics trop peu rentable.

Lire aussi:

Google se lancerait dans la robotique?

Un robot sur un conseil d’administration à Hong Kong


Une plateforme pour mettre en relation les consultants en TI et les entreprises

Fanny Bourel Fanny Bourel01/06/2016

Promandat, une petite entreprise de Québec, lance une plateforme de partage et de recherche de ressources en TI. L’objectif est de réduire les coûts associés à l’offre et l’achat de services de consultation en TI et d’en accélérer le processus. Promandat

Elle permettrait de trouver une ressource en entrant un mot-clé ou un critère spécifique, comme le taux horaire, les certifications possédées ou encore le nombre d’années d’expérience, puis de contacter la personne en question.

La plateforme s’adresse aux pigistes en TI, qui peuvent ainsi se faire connaître des donneurs d’ordre et obtenir des mandats, ainsi qu’aux organisations publiques et privées devant recruter un ou des consultants en TI.

Elle vise également les firmes de services, qui peuvent s’en servir autant pour placer leurs propres ressources et ainsi décrocher de nouveaux mandats que pour dénicher des consultants afin de répondre aux besoins de leurs clients.

Si des plateformes de mise en contact entre des entreprises et des pigistes existent déjà, les fondateurs de Promandat souhaitaient proposer un outil basé sur des critères spécifiques à l’industrie des TI.

Promandat a notamment été créée par Pierre James Gosselin, qui était auparavant directeur au développeent des affaires de Victrix, une firme montréalaise de services-conseils en TI.

Lire aussi :

L’AQIII propose une boîte à outils aux indépendants en TIC

Victrix commercialise une solution de télédiffusion sous Sharepoint


Merci de suivre Direction informatique

Table des matières