L’édition été 2015 du magazine Direction informatique en format Pagebook propose les dix textes les plus lus sur le site de Direction informatique pendant l’été 2015.


L’été technologique 2015 de Direction informatique

Windows 10, le logiciel libre au sein de l’État du Québec, la sécurité des données et les TIC à l’école ont marqué l’actualité des technologies de l’information, en plus d’être les principaux intérêts des lecteurs de Direction informatique durant l’été 2015.


Vulnérabilité identifiée sur Windows 10

Dominique Lemoine Dominique Lemoine 10/08/2015

Le système d’exploitation Windows 10 aurait révélé une première vulnérabilité.Logo de Microsoft

IT World Canada rapporte que des chercheurs présents à la Conférence Black Hat sur la sécurité auraient identifié une vulnérabilité qui affecterait chaque version de ce système d’exploitation de Microsoft et ses navigateurs.

Cette vulnérabilité ferait en sorte que les ordinateurs qui utilisent le service d’annuaire Active Directory de Microsoft pourraient laisser couler des accréditations d’utilisateurs à des personnes malveillantes.

Le problème permettrait des attaques appelées « relais de protocole SMB » (ou SMB relay en anglais), qui feraient en sorte qu’un ordinateur Windows qui utilise un domaine Active Directory puisse révéler des accréditations d’utilisateurs à un pirate informatique lors de la visite d’un site Internet, de la lecture d’un courriel ou de l’ouverture d’une vidéo dans le lecteur média de Windows.

Les braqueurs informatiques pourraient ensuite « relayer » ces accréditations au serveur pour s’identifier en tant qu’utilisateurs.

Pour connaître des recommandations conséquentes pour les entreprises, lire l’article au complet sur le site Internet d’IT World Canada, une publication sœur de Direction informatique (en anglais)

Lire aussi :

Windows 10 : quatre considérations pour les entreprises

Microsoft dévoile des aspects de Windows 10

Une faille de sécurité dans le fureteur Internet Explorer de Microsoft


Windows 10 : quatre considérations pour les entreprises

Dominique Lemoine Dominique Lemoine 29/07/2015

Les entreprises qui pèsent le pour et le contre de passer à Windows 10 avec la mise à jour gratuite devraient considérer quatre facteurs avant de décider.Aperçu de Windows 10

Computer Dealer News rapporte les recommandations d’un vice-président au Canada de Citrix Systems, Michael Murphy, pour les fournisseurs de technologies de l’information (TI) et les entreprises.

D’abord, laisser les individus devancer les entreprises en matière de mises à jour de systèmes d’exploitation serait à son avis une bonne chose, car cela leur permet de se familiariser et d’essayer le produit à leur rythme, plutôt que d’être ébranlés par son imposition soudaine dans leur milieu de travail.

De plus, les entreprises devraient s’attendre à ce que leurs applications, dont certaines sont essentielles à leur mission, ne soient pas toutes compatibles avec cette version du système d’exploitation, ce qui pourrait être contourné avec des environnements intermédiaires pour les applications patrimoniales.

Ensuite, les entreprises devraient migrer vers Windows 10 tôt ou tard, en raison de la fin des soutiens pour Windows XP en 2014, pour Windows Vista en 2017 et pour Windows 7 vers 2020, ainsi que de la déception de Windows 8.

Enfin, Murphy ne serait pas de ceux qui croient que la mise à jour gratuite soit une façon de pousser les entreprises vers un successeur de Windows 10 qui serait lui payant par abonnements. Il croît plutôt que la gratuité servirait à Microsoft de tremplin pour offrir ses logiciels et autres applications d’affaires.

Lire l’article au complet sur le site de Computer Dealer News, une publication soeur de Direction informatique

Lire aussi :

Déclin des livraisons d’ordinateurs lié au dollar et à Windows 10

Microsoft dévoile des aspects de Windows 10

Fin du soutien de versions d’Internet Explorer : les impacts dans les organisations


Déclin des livraisons d’ordinateurs lié au dollar et à Windows 10

Dominique Lemoine Dominique Lemoine 20/07/2015

Les livraisons mondiales d’ordinateurs personnels auraient baissé de 9,5 % au deuxième trimestre de 2015, selon Gartner.

Illustration du concept d'ordinateur personnel

(Photo : Thinkstock)

La firme américaine de recherche et d’analyse Gartner affirme que l’industrie de l’ordinateur personnel aurait été confrontée à un ralentissement en raison d’une hausse des prix des ordinateurs personnels dans certaines régions liée à la hausse de la valeur du dollar américain par rapport à d’autres devises, et qu’elle compterait sur le lancement de Windows 10 au troisième trimestre pour se relancer.

Gartner soutient que le nombre de livraisons d’ordinateurs personnels dans le monde aurait totalisé 68,4 millions d’unités au deuxième trimestre de 2015, en baisse de 9,5 % par rapport au deuxième trimestre de 2014, ce qui correspondrait au déclin le plus abrupte depuis le troisième trimestre de 2013.

Selon Gartner, le fabricant chinois Lenovo se serait maintenu au premier rang mondial en matière de livraisons d’ordinateurs personnels, malgré un rare déclin de ses livraisons. Le déclin des livraisons du fabricant américain HP, qui arrive au deuxième rang, aurait été entre autres généré par un contrôle des stocks dans l’attente du lancement de Windows 10.

Dell, Asus et Acer ferment la marche dans le même ordre qu’au deuxième trimestre de 2014, sur la base des livraisons et des parts de marché. Les données incluent les ordinateurs de bureau, les ordinateurs portables et les ordinateurs ultraportatifs.

Lire aussi :

Gartner anticipe l’identification électronique des citoyens

Gartner révise à la baisse la croissance des dépenses en TIC pour 2015

Livraisons d’ordinateurs personnels en déclin depuis trois ans


Un logiciel libre lancé par l’État québécois sur GitHub

Dominique Lemoine Dominique Lemoine 17/08/2015

Le code source libre d’un logiciel en géomatique produit par l’administration publique du Québec est partagé sur le site d’hébergement GitHub.Logo du gouvernement du Québec

L’équipe du logiciel libre gratuit IGO (un acronyme pour désigner infrastructure géomatique ouverte) affirme que le dépôt du code source sur ce site vise à « faciliter les contributions externes » au logiciel libre IGO.

Le logiciel libre IGO doit permettre à ses utilisateurs, par exemple les citoyens, les centres d’urgence 9-11, de même que les organisations municipales et régionales de sécurité civile et d’incendie, de visualiser et de tirer avantage de plusieurs données géographiques à l’aide d’une interface cartographique qui doit être accessible à partir d’un navigateur Internet.

Des spécialistes en géomatique du ministère de la Sécurité publique auraient mis en œuvre les bases de cet outil, avant de collaborer par la suite avec des experts de l’Institut national de santé publique du Québec, ainsi que d’attirer l’attention et la participation d’autres ministères et organismes gouvernementaux dans son développement et évolution.

Lire aussi :

Logiciel libre : soyons clairs!

Le gouvernement devrait se tourner vers les logiciels libres selon l’IRIS

Le logiciel libre à la Gendarmerie française : (1) Alibi pour une indépendance technologique

Le logiciel libre à la Gendarmerie française : (2) Consolidation et collaboration


Logiciels de rançon bientôt sur un poignet près de vous

Dominique Lemoine Dominique Lemoine 11/08/2015

L’Internet des objets pourrait devenir le prochain hôte logique pour les logiciels de rançon, selon Symantec.

(Image : Thinkstock)

(Image : Thinkstock)

Computer Dealer News rapporte que la fournisseur de produits de sécurité informatique Symantec affirme dans un rapport qu’il n’y aurait pas un grand pas à franchir en matière de code pour que ces logiciels malveillants en prolifération puissent être utilisés pour détraquer des montres intelligentes qui sont aussi en prolifération.

« Les tendances technologiques commencent à présenter de nouvelles opportunités à des personnes mal intentionnées pour accroître la portée des logiciels de rançon », soutiendrait Symantec, sur la base d’expérimentations effectuées avec un téléphone Android, une montre intelligente Moto 360 et un logiciel de rançon existant conçu pour les téléphones intelligents.

Symantec aurait ajouté que le rétablissement des montres impliquerait une remise à leur état initial, ainsi que s’attendre à voir apparaître des logiciels de rançon spécifiquement conçus pour les montres intelligentes.

Lire l’article au complet sur le site Internet de Computer Dealer News, une publication sœur de Direction informatique (en anglais)

Lire aussi :

Les rançongiciels Android évoluent d’un autre niveau

Flou juridique autour des montres intelligentes au volant

Montres intelligentes et bracelets numériques : un marché en phase d’évolution


Qui veut des TIC à l’école à tout prix? Pas les jeunes

Dominique Lemoine Dominique Lemoine 24/08/2015

Des jeunes auraient envoyé le message qu’ils ne veulent pas servir de cobayes en matière de TIC à l’école sans preuves de leur valeur pédagogique.

TIC, classe, école, technologie

Image : Thinkstock

Dans le cadre d’une activité organisée par la Commission de l’éthique en science et en technologie (CEST-Jeunesse), quinze étudiants de niveau collégial délégués par leur groupe auraient produit un avis éthique dans lequel ils disent préférer une « approche nuancée axée sur la prudence et les preuves scientifiques », en matière de tableaux numériques interactifs, blogues et applications mobiles dans les salles de classe.

« La Commission constate que les jeunes se montrent en fait plutôt conservateurs. Cela contraste avec un préjugé selon lequel les jeunes sont de fervents utilisateurs et promoteurs de la technologie », affirme la présidente de cette commission, Édith Deleury.

De plus, selon cette commission, « les technologies et leurs usages peuvent avoir leur place, mais il faut se méfier des solutions uniques et des cadres rigides », tandis que la valeur pédagogique des technologies de l’information et des communications (TIC) devrait devenir un « prérequis essentiel à leur déploiement dans le réseau scolaire ».

D’autre part, la CEST-Jeunesse aurait soulevé des préoccupations par rapport à l’égalité des chances en matière d’accès au matériel technologique, ainsi que des valeurs d’esprit critique par rapport son utilisation.

Lire aussi :

HP met le paquet sur ses ordinateurs de bureau de la rentrée

EXO U et CGI favoriseront la mise en place de classes numériques

Classes numériques : EXO U obtient un partenariat en France


Bell agrandit son centre de données de Montréal

Dominique Lemoine Dominique Lemoine 04/08/2015

Bell Marchés Affaires affirme que le centre d’hébergement de données de Bell Canada à Montréal a été agrandi de 929 mètres carrés.Logo de Bell Canada

Bell Marchés Affaires, l’entité de Bell Canada qui est responsable d’offrir aux entreprises des solutions de technologies de communication et de connectivité, dont l’hébergement de données et l’informatique en nuage, précise que la capacité de son centre de données a été augmentée de 5,6 à 6,8 mégawatts de « charge TI » dans des installations dont la superficie a été portée à 5 574 mètres carrés.

De plus, selon Bell Marchés Affaires, le réseau de centres d’hébergement de données de Bell à travers le Canada vise les besoins de clients d’affaires en matière de technologies d’hébergement de données, de même que d’informatique en nuage.

En tout, Bell Marchés Affaires, Bell Aliant et Q9 Networks offriraient l’accès à vingt-sept centres de données au Canada, dont trois au Québec, pour « une charge TI d’environ 39 MW ».

Lire aussi :

Bell achète la division d’hébergement de données d’Hypertec

Nuage virtuel privé offert par CloudOps et Cologix

Centre de données Urbacon/FTQ au centre-ville de Montréal

Une approche différente en refroidissement de centre de données chez ROOT

Vol de données de petites entreprises chez un fournisseur de Bell


Défaite de Vidéotron en Cour supérieure

Dominique Lemoine Dominique Lemoine 26/08/2015

Vidéotron a été vaincue devant la Cour supérieure du Québec dans le cadre d’un recours collectif au sujet d’une modification de services.Logo de Vidéotron

L’Union des consommateurs (UC) affirme que la juge Capriolo de la Cour supérieure du Québec lui a donné raison dans une décision datée du 21 août, ainsi qu’aux plaignants, par rapport à une « modification unilatérale de services Internet et à l’imposition de frais illégaux » qui seraient survenues en 2007.

L’Union des consommateurs soutient qu’en août 2007, Vidéotron aurait annoncé à 34 000 clients abonnés à son forfait Internet haute vitesse Extrême, que l’utilisation illimitée prévue au contrat serait dorénavant plafonnée à 100 Go par mois et que les utilisations excédentaires entraîneraient des frais.

Les actions reprochées auraient contrevenu à la Loi sur la protection du consommateur, selon la Cour supérieure et l’Union des consommateurs. Cette loi et son interprétation prévoiraient ainsi qu’un service doit être conforme à la description qui en est faite dans le contrat et interdirait d’imposer des frais non mentionnés au contrat de façon précise, peu importe l’évolution du marché ou la consommation entière du service.

Vidéotron pourrait donc, entre autres, devoir rembourser les frais supplémentaires pour le dépassement de son plafond de téléchargement de 100 Go par mois, les rabais multiservices perdus et les frais de résiliation, ainsi que verser des dédommagements de cinq à dix dollars par mois pour baisse de vitesse du service aux abonnés et à ceux qui ont résilié leur contrat. Elle devrait aussi verser des dommages punitifs de 500 dollars par client.

Les parties doivent de nouveau être convoquées au tribunal, après l’expiration du délai d’appel, pour déterminer le montant total du recouvrement collectif et le mode de distribution.

Lire aussi :

Début des audiences dans le cadre d’un recours collectif contre Vidéotron

Recours collectif envers Public Mobile : la réaction de TELUS

Recours collectif autorisé contre Rogers

Recours collectif autorisé contre Bell Mobilité


Québec : plus de pouvoir au dirigeant principal de l’information

Dominique Lemoine Dominique Lemoine 22/06/2015

Le gouvernement du Québec soutient que sa stratégie en TI doit permettre de revoir la gouvernance des TI et de gérer « plus efficacement » les talents.Logo du gouvernement du Québec

Le gouvernement du Québec a dévoilé le 19 juin dernier sa stratégie gouvernementale en technologies de l’information (TI), grâce à laquelle il affirme prévoir « rénover l’État ».

Plus de pouvoir au DPI
Dans le cadre de cette stratégie, « la capacité d’action du dirigeant principal de l’information (DPI), qui est chargé de mettre en œuvre les politiques et les directives, d’en surveiller l’application et d’en coordonner l’exécution, sera renforcée », dit Québec.

Québec ajoute qu’il y aura moins de dirigeants sectoriels de l’information et que ceux qui resteront siégeront au comité de gouvernance piloté par le DPI.

Rappelons qu’en octobre 2014, le DPI Jean-Guy Lemieux a démissionné en raison d’apparences de conflits d’intérêts. Son frère est vice-président de la firme québécoise de services-conseils Groupe CGI, qui exécute fréquemment des contrats en TI pour l’administration gouvernementale québécoise.

« Bons investissements »
Québec explique que « les technologies de l’information doivent être gérées dans le souci de prioriser les bons investissements ». Également, le gouvernement du Québec ajoute que « coordonner centralement les investissements et exercer un meilleur contrôle sur l’exécution des projets majeurs » font partie de ses objectifs de gouvernance des TI.

Recours moins systématique à l’externe
Québec affirme croire que l’État « doit trouver le bon équilibre entre le recours aux ressources externes et son expertise à l’interne », ainsi que « s’assurer de prendre des décisions éclairées en matière de recours à l’externe ».

De plus, le gouvernement du Québec soutient penser que l’encadrement de ressources externes « parfois trop coûteuses » implique le rehaussement de l’expertise interne.

Cependant, au-delà des mots, le Syndicat de professionnel(le)s du gouvernement du Québec (SPGQ) demeure méfiant et se questionne sur la réelle volonté de ce gouvernement libéral d’attirer et de retenir une expertise interne avec des conditions de rémunération conséquentes.

Lire aussi :

Deux visions sur qui devrait accomplir les contrats publics en TI

Contrats publics : début des « échanges » avec des « partenaires de l’État »

Démission du dirigeant principal de l’information au gouvernement du Québec


Des programmes malveillants en vacances

Dominique Lemoine Dominique Lemoine 20/07/2015

Le nombre d’infections actives au Canada qui sont liées à des programmes malveillants aurait diminué de 50 000 en juin 2015.Illustration du concept de sécurité et d'un écran tactile

IT Business Canada rapporte des données détectées par le fournisseur de logiciels de sécurité EnigmaSoftware, selon lesquelles un déclin de 16 % aurait été observé en juin 2015 dans la quantité de programmes malveillants actifs qui sont détectés au Canada.

Le nombre d’infections actives liées à des programmes malveillants aurait atteint 310 000 en juin, c’est-à-dire 50 000 infections de moins que le nombre qui avait été enregistré plus tôt au printemps 2015.

Pour en savoir davantage, IT Business Canada propose sur son site Internet une carte interactive qui présente la répartition géographique des programmes malveillants en fonction des villes du Canada.

Lire l’article au complet sur le site d’IT Business Canada, qui est une publication sœur de Direction informatique (en anglais)

Lire aussi :

Une carte des dix villes du Canada les plus infectées par des maliciels

L’industrie du logiciel associe maliciels et logiciels non autorisés

Logiciel espion de la NSA dans des micrologiciels de lecteurs de disque dur


Merci de suivre Direction informatique

Table des matières