Capital innovation quadruple de taille


Denis Lalonde - 18/04/2011

Pour sa quatrième édition, Capital innovation parrainera 50 entrepreneurs, soit quatre fois plus que pour les trois premières éditions du programme.

Capital innovation se veut un programme d’accompagnement de trois mois auprès des entrepreneurs afin de leur apprendre les rouages du monde de l’investissement. « Beaucoup d’entrepreneurs n’arrivent pas à trouver du financement même s’ils pilotent de très bons projets, pour la simple raison qu’ils ne connaissent pas le monde de l’investissement et qu’ils ne savent pas quoi présenter aux investisseurs potentiels », raconte Martin Duchaîne, président de Capital innovation.

La 4e édition est dotée d’une enveloppe budgétaire de 300 000 dollars, financée à parts égales entre le gouvernement du Québec, des partenaires régionaux incluant des centres locaux de développement (CLD) et des Corporations de développement économique communautaire (CDEC), le Fonds de développement Emploi Montréal et des partenaires privés.

Même si Capital innovation se veut un programme de formation, cela n’empêche pas les investisseurs d’y prendre part à titre de mentors. Pour chaque cohorte, il y a un comité aviseur qui analyse les dossiers, fait des recommandations aux entrepreneurs et peut investir dans certains projets à la fin du programme.

« Ils (les investisseurs) participent en grand nombre et s’assurent que nous ayons les meilleurs projets à la grandeur du Québec. Il s’agit d’un travail de diversification des dossiers », dit Martin Duchaîne.

Les investisseurs ont deux rencontres avec les entrepreneurs dans le cadre du programme. La première a lieu au moment de la présélection, alors que la seconde a lieu uniquement avec ceux qui sont sélectionnés pour la qualité et le potentiel de leurs projets. « Durant la 2e rencontre, il est question de ce que les entrepreneurs doivent améliorer pour rendre leur projet Investment ready », ajoute-t-il.

Puis, à la fin du programme, un événement est organisé et les entrepreneurs ont alors la chance de présenter leurs projets devant une salle composée d’anges investisseurs, de fonds de capital de risque et même d’investisseurs hors Québec.

Martin Duchaîne soutient que le taux de succès pour les entreprises en quête de capitaux est de 5 % en temps normal, mais grimpe jusqu’à 35 % pour celles qui ont bénéficié de la formation.

Majorité d’entreprises dans les TIC

Le programme est conçu pour toutes les entreprises qui veulent commercialiser une innovation, qu’elles oeuvrent dans l’industrie des TIC ou non.

Durant les trois premières éditions de Capital innovation, les entreprises des technologies de l’information et des communications (TIC) ont compté pour plus des deux tiers des entreprises qui participent au programme. « Cette année, nous visons davantage les technologies vertes et les équipements médicaux. Ces secteurs sont toutefois moins avancés et il faut encore s’attendre à ce que les entreprises des TIC soient majoritaires », reconnaît Martin Duchaîne.

La date limite pour soumettre sa candidature au programme est le 29 avril. Capital innovation s’attend à en recevoir une centaine cette année.




Tags:

À propos de Denis Lalonde

Denis Lalonde est rédacteur en chef chez Direction informatique, développant des contenus et services uniques pour les spécialistes des technologies de l’information en entreprise à travers la province de Québec, tant à l’imprimé que sur le Web. Il s’est joint à IT World Canada, l’éditeur de Direction informatique, après avoir travaillé plus de cinq ans chez Médias Transcontinental pour les publications LesAffaires.com et le Journal Les Affaires. Journaliste accompli à l’aise sur toutes les plateformes médiatiques, Denis a également travaillé au Journal de Montréal, au portail Internet Canoë et au Réseau de l’information (RDI). Twitter: DenisLalonde
Google+ WWW