Vidéo : la publicité en ligne progresse rapidement au Canada

La publicité sur les vidéos en ligne progresse rapidement au Canada, mais demeure loin d’avoir atteint son plein potentiel, selon le cabinet d’études eMarketer.

eMarketer prévoit que les publicitaires investiront 181,3 millions de dollars dans les vidéos en ligne en 2013 au Canada, ce qui constituerait une augmentation de 41,9 % par rapport aux 127,8 millions de dollars obtenus en 2012.

Les montants investis en publicité et touchant la vidéo en ligne vont progresser rapidement pour atteindre 360,5 millions de dollars en 2016 au Canada. (Photo: ThinkStock)

Par la suite, le cabinet d’études anticipe des revenus publicitaires de 239,2 millions de dollars en 2014, de 299,5 millions de dollars en 2015 et de 360,5 millions de dollars en 2016.

Selon eMarketer, les annonceurs prennent ainsi note des habitudes de navigation des internautes canadiens. Le cabinet soutient, en se basant sur des chiffres de ComScore, que le visionnement de vidéos en ligne est quasi universel au Canada, puisque 91,9 % des internautes de 15 ans et plus s’y adonnent, ce qui place le pays au deuxième rang mondial derrière l’Argentine à 95,6 %.

Les publicitaires seraient également plus enclins à lancer des campagnes publicitaires multiplateformes visant la vidéo au Canada que dans d’autres pays comme les États-Unis ou la Grande-Bretagne, en y incluant l’Internet, la mobilité et les téléviseurs branchés au Web.

eMarketer ajoute que c’est la publicité touchant la vidéo en ligne qui enregistrera la plus forte croissance cette année par rapport à 2012, puisque la hausse des revenus provenant de la recherche Internet, des bannières , des courriels et des petites annonces devrait atteindre respectivement 10,5 %, 8,5 %, 7,2 % et 1,3 %.

Il faut dire que la recherche Internet (1,2 milliard de dollars) et les bandeaux publicitaires (954 millions de dollars) ont attiré beaucoup plus d’investissements publicitaires que la vidéo en ligne en 2012 au Canada, ce qui explique que leur croissance prévue soit un peu moins rapide pour 2013.

Denis Lalonde
Denis Lalondehttp://www.directioninformatique.com
Denis Lalonde est rédacteur en chef chez Direction informatique, développant des contenus et services uniques pour les spécialistes des technologies de l’information en entreprise à travers la province de Québec, tant à l’imprimé que sur le Web. Il s’est joint à IT World Canada, l’éditeur de Direction informatique, après avoir travaillé plus de cinq ans chez Médias Transcontinental pour les publications LesAffaires.com et le Journal Les Affaires. Journaliste accompli à l’aise sur toutes les plateformes médiatiques, Denis a également travaillé au Journal de Montréal, au portail Internet Canoë et au Réseau de l’information (RDI). Twitter: DenisLalonde

Articles connexes

La performance des réseaux canadiens pratiquement inchangée

La société de recherche sur les réseaux Ookla a récemment publié son analyse trimestrielle de l'Internet mobile et fixe pour le Canada. Avec la prolifération des environnements de travail hybrides, les performances des réseaux deviennent de plus en plus importantes. À cet égard, le rapport démontre que les vitesses mobiles du Canada seraient suffisantes pour prendre en charge la plupart des fonctions de travail à distance comme les réunions Zoom et les applications de bureau à distance.

Inquiets de la résilience Internet et des télécoms de votre entreprise ? Posez ces questions

Les pannes pancanadiennes d'Internet et de réseau cellulaire causées par l'incident de la semaine dernière chez Rogers Communications devraient inciter les décideurs des entreprises de télécommunications et de TI à réfléchir attentivement à la résilience des télécommunications dans les services qu'ils achètent.

Le PDG de Rogers admet que la panne aurait été causée par une opération d’entretien

À la suite de la panne majeure de ses services cellulaires, de câbĺodistribution et d'Internet qui a commencé tôt vendredi matin et qui perdure, le président et chef de la direction de Rogers Communications, Tony Staffieri, a publié un nouveau message expliquant ce que l'entreprise croit en être la cause : « une panne du réseau suite à une mise à jour de maintenance de notre réseau central, qui a provoqué un dysfonctionnement de certains de nos routeurs tôt vendredi matin ».

Rogers présente des excuses après une panne majeure

Rogers Communications s’est excusée publiquement après qu’une panne majeure de son réseau ait laissé des millions d’utilisateurs et d'entreprises canadiens sans services Internet et mobiles le 8 juillet.

Près de 1 M$ du fédéral pour une meilleure connectivité mobile à des foyers ruraux du Québec

Le ministère du Développement économique rural annonce un financement fédéral pouvant aller jusqu'à 939 035 $ à Bell pour qu’elle améliore la connectivité mobile dans la communauté des Premières Nations Les Atikamekw de Manawan.