Vers une société d’État de télécommunications?

S’incluant dans la levée de boucliers pour empêcher Verizon de profiter d’avantages concurrentiels qui pourraient déséquilibrer le marché, un syndicat propose la création d’une société d’État de télécommunications.

Logo du SCEPLe Syndicat canadien des communications, de l’énergie et du papier (SCEP), représentant 110 000 membres, s’était déjà opposé à la venue de Verizon, une des plus grandes compagnies de communication au monde. Il propose maintenant au gouvernement Harper d’agir comme quatrième principal fournisseur en acquérant une des petites entreprises de télécommunication canadienne et en la rendant publique.

« Si le gouvernement a l’intention d’offrir aux consommateurs un quatrième fournisseur important dans chaque marché, il devrait acquérir l’une des petites entreprises de télécommunications en difficulté, réserver certaines ondes disponibles du spectre de 700 MHz pour usage public et créer Sans fil Canada, une société d’État », a affirmé Dave Coles, président du SCEP.

Le spectre de 700 MHz, devant être mis aux enchères des ondes en septembre prochain, est considéré comme le meilleur spectre disponible pour les communications sans fil voix et données.

Verizon a manifesté son intention de s’implanter au Québec et en Ontario via le rachat d’une petite entreprise. Cette annonce avait suscité de vives réactions de la part des principaux fournisseurs, qui y voient une possible concurrence déloyale. En effet, Verizon pourra s’implanter rapidement, étant déjà un joueur majeur aux États-Unis.

Pour le SCEP, ce sont les emplois des Canadiens qui sont en jeu. « Plutôt que de donner une panoplie d’avantages à une gigantesque entreprise basée aux États-Unis qui va soutirer des emplois, de l’expertise et des bénéfices à l’extérieur du pays, pourquoi ne pas créer une société publique de télécommunications qui embaucherait des Canadiens, en s’appuyant sur l’histoire impressionnante du pays dans le secteur, et remettrait les excédents au public? », a demandé Dave Coles.

Benjamin Jébrak
Benjamin Jébrak
Benjamin Jébrak est journaliste pour le magazine Direction Informatique.

Articles connexes

Une enquête de Gartner révèle des lacunes dans le processus d’achat de technologie du gouvernement

Selon une récente enquête de Gartner, le secteur public a le cycle d'achat le plus long pour les achats de technologie : 22 mois en moyenne.

Les grandes entreprises de télécommunications canadiennes conviennent d’un accord en cas d’urgence

Les grandes entreprises de télécommunications ont convenu d'un accord de mesures d'urgence en cas de panne à la suite de la panne de Roger en juillet, a révélé l'honorable François-Philippe Champagne, ministre de l'Innovation, des Sciences et de l'Industrie, dans un communiqué hier. 

Inquiets de la résilience Internet et des télécoms de votre entreprise ? Posez ces questions

Les pannes pancanadiennes d'Internet et de réseau cellulaire causées par l'incident de la semaine dernière chez Rogers Communications devraient inciter les décideurs des entreprises de télécommunications et de TI à réfléchir attentivement à la résilience des télécommunications dans les services qu'ils achètent.

Le coût des services mobiles au Canada diminue, indique le CRTC

L'utilisation des données mobiles au Canada augmente alors que les prix continuent de baisser, a indiqué le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) dans un nouveau rapport compilé à l'aide de données recueillies dans le cadre de l'enquête trimestrielle CRTC-Statistique Canada, de l'enquête annuelle du CRTC sur les installations et de l'enquête annuelle du CRTC sur la tarification.

Partenariat EXFO – SUSE pour le monitoring des réseaux en nuage

EXFO, une entreprise du secteur des communications ayant son siège social à Québec et se spécialisant dans les tests, le monitoring et l’analyse annonce que sa solution Active u-Verifier a été testée et validée sur la plateforme de gestion de conteneurs SUSE Rancher, un système d'orchestration de conteneurs Kubernetes en source libre pour entreprises.