Utilisation du courriel personnel au travail : règles de base

Un cadre supérieur a été estomaqué de découvrir, à la suite d’un test de vulnérabilité et de pénétration de système, la quantité insoupçonnée d’informations circulant non officiellement sur la Toile à propos de son organisation. Ces informations provenaient de forums de discussion auxquels avaient participé des employés, en utilisant une adresse de courriel de l’entreprise.

Non seulement les opinions ainsi émises échappent au contrôle de l’organisation, malgré qu’elles proviennent d’adresses portant son nom, mais elles peuvent même être contraires aux positions de la direction. On peut légitimement s’imaginer le tort que cela peut causer à la réputation de l’entreprise, et les conséquences sur les fluctuations de son titre, si elle est publique. Il faut savoir qu’il est tentant pour les employés d’utiliser l’infrastructure d’entreprise qui, habituellement, est plus performante que les systèmes de courrier électronique publics, particulièrement s’ils sont gratuits.

En principe, les adresses de courriel de l’organisation devraient servir strictement aux affaires de cette dernière. Tout commentaire émis par un employé à propos de son employeur, de ses produits, de fournisseurs ou de tout autres sujets constituant une opinion personnelle devrait être transmis à partir d’une adresse personnelle – appartenant à un fournisseur d’accès Internet, tel Sympatico et Vidéotron, ou fournie gratuitement par des organisations comme Google, Hotmail et Yahoo. Par ailleurs, il est de plus en plus fréquent d’enregistrer son nom comme domaine Internet – par exemple Dicaire.com ou Dicaire.ca. On peut alors utiliser une adresse permanente du type pré[email protected] (c.-à-d. [email protected]), idéale pour les communications personnelles.

En évitant d’avoir recours inutilement au système de courrier électronique de l’entreprise, on réduit les risques pesant sur l’image de l’organisation et les performances du système en question – un volume élevé de courriels personnels peut provoquer des ralentissements. Il est impératif que des directives en ce sens soient incluses dans la politique de sécurité de l’entreprise. Toute mesure technologique ou disciplinaire relative aux courriels personnels doit être précédée de règles claires. Après tout, on ne peut émettre de contravention pour cause de vitesse sur l’autoroute si les limites en ce sens n’ont pas été établies.

Il revient ensuite à chaque organisation de décider jusqu’à quel point les courriels de nature personnelle sont autorisés sur ses systèmes. La direction doit traiter le sujet de la même façon qu’elle le fait pour les appels téléphoniques et les envois par télécopie. La marge de manœuvre accordée, le cas échéant, dépend de la culture de chaque organisation.

Il importe de savoir, toutefois, que la lecture de courrier personnel via une interface Web branchée sur un système externe n’appartenant pas à l’organisation comporte le risque d’introduction d’un virus ou d’un logiciel espion sur le poste de travail de l’employé, et par ricochet, dans l’ensemble du réseau.

L’objectif poursuivi en autorisant un certain laxisme est de maintenir un niveau acceptable de productivité, sans indisposer les employés, ni miner leur moral. Solution de rechange intéressante, certaines entreprises ont choisi d’installer des kiosques – à la cafétéria par exemple – où des ordinateurs sont mis à la disposition des employés pour le traitement de leur courrier personnel.

Une chose est claire, cependant : nos outils de travail appartiennent à l’entreprise, tout comme le résultat de notre travail, incluant sa propriété intellectuelle. Nos actions doivent être arrimées avec les politiques de confidentialité et de non-divulgation. Bien entendu, les mêmes obligations doivent s’appliquer aux employés contractuels et aux partenaires travaillant dans les locaux de l’organisation.

Articles connexes

Attentes et comportement des consommateurs québécois sur la confidentialité des données

Les résultats d’un sondage publiés cette semaine par GetApp Canada explorent les pratiques des Québécois quant à la confidentialité de leurs données. Il s’agit du second volet d’une enquête auprès de 230 consommateurs québécois.

Loi 64 sur la protection des renseignements personnels : Votre entreprise est-elle prête ?

Certaines dispositions de la « Loi modernisant des dispositions législatives en matière de protection des renseignements personnels » (autrefois le projet de loi 64) entreront en vigueur dans un peu plus d’un mois, le 22 septembre. Votre entreprise sera-t-elle prête à s’y conformer ?

MISE À JOUR – Actions collectives contre Rogers suite à la panne de vendredi dernier

Le cabinet juridique montréalais LPC Avocat a déposé une demande d’autorisation d’action collective contre le géant des télécommunications Rogers Communications en raison de la panne de son réseau vendredi dernier qui a privé bon nombre de Canadiens de service durant au moins 15 heures.

Bell lance un service Internet 3 gigabits dans la ville de Québec

Bonne nouvelle pour les résidents de la ville de Québec : Bell lance aujourd’hui un service Internet pure fibre qui permet des vitesses de téléchargement de 3 Gbit/s. La vitesse de téléversement de ce service est également de 3 Gbit/s.

Telus investira 11 G$ et créera 7 000 nouveaux emplois au Québec

Telus annonce aujourd’hui des investissements de 11 milliards de dollars sur quatre ans dans son infrastructure réseau, dans ses activités opérationnelles et dans le spectre au Québec. Elle s’engage de plus à investir 70 milliards de dollars à l’échelle du Canada d’ici 2026.