Une session d’Info-Tech pour les responsables informatiques va « plus loin que le battage médiatique » autour de ChatGPT

Maintenant que le ChatGPT d’OpenAI est dans le domaine public, les réflexions et les discussions cours tournent autour de l’impact qu’il aura sur la société dans son ensemble et dans l’entreprise.

En ce qui concerne ce dernier point, Info-Tech Research Group, de London en Ontario, décrit la sortie comme un « moment décisif dans l’histoire de l’IA générative », car il peut tenir des conversations de type humain sur divers sujets, y compris l’écriture de poésie, le débogage code et même aider à résoudre les problèmes de logiciel et de matériel.

Plus tôt ce mois-ci, la société de recherche organisait un webinaire qui explorait les utilisations potentielles d’un tel robot conversationnel. Elle affirme que, contrairement à d’autres robots conversationnels ou assistants logiciels intelligents, il est beaucoup plus apte à dialoguer avec ses utilisateurs et peut même répondre aux commentaires, demander des clarifications et itérer sur ses réponses en fonction de la réponse d’un utilisateur.

La session d’information, animée par Jeremy Roberts, directeur de recherche chez Info-Tech, et Jack Hakimian, vice-président senior des ateliers et de la recherche consultative de l’organisation, a examiné trois domaines spécifiques dans lesquels l’IA générative pourrait être utilisée dans l’entreprise :

  • Assistance aux entreprises : ChatGPT ou un autre outil d’IA conversationnel pourrait servir de back-end à un concierge d’informations qui automatise l’assistance aux entreprises. Selon les recherches de la société, « les robots conversationnels existent déjà, mais ChatGPT pourrait changer la donne ».
  • Interaction avec le client : Le flux de travail automatisé des robots conversationnels actuels ou des fonctions de recherche de sites Web peut frustrer les utilisateurs lorsqu’ils renvoient une liste de résultats semi-liés. Dans cet esprit, la recherche a révélé que « l’IA générative peut répondre aux requêtes à moindre coût, diriger intelligemment les utilisateurs vers les produits et services appropriés et améliorer le parcours client de manière si substantielle qu’elle se différencie ».
  • Développement de produits : Les principales applications commerciales de l’IA générative incluent la génération de textes marketing, la synthèse de longs documents et la rédaction de communications, explique Info-Tech. « Toute personne qui crée du contenu peut voir son flux de travail complété par une solution intelligente comme ChatGPT. »

Jeremy Roberts suggère qu’il y a « quelques étapes que les services informatiques devraient suivre pour affiner leur cas d’utilisation de l’IA générative. Tout d’abord, (ils) doivent examiner leur cartographie des capacités pour les processus à haute valeur ajoutée, puis effectuer une analyse coûts-bénéfices de base pour la technologie, et enfin, explorer le paysage des fournisseurs pour trouver la solution qui répond à leurs exigences ».

Trois recommandations clés sont ressorties du séminaire en ligne que les responsables informatiques devraient prendre en compte :

  • Tout d’abord, ChatGPT et d’autres solutions d’IA génératives sont des outils – rien de plus – et en tant que tels, il y a « des choses pour lesquelles cette technologie est particulièrement bonne et d’autres pour lesquelles elle n’est pas particulièrement utile. La clé est de comprendre vos processus métier et de mettre en évidence les opportunités de réduction des irritants, d’amélioration de la qualité de l’expérience de service et d’amélioration de l’efficacité ».
  • Deuxièmement, bien qu’il puisse être intéressant de mettre en œuvre une stratégie d’IA agressive, les équipes informatiques devraient commencer par l’augmentation. L’IA générative, dit Info-Tech, « est une technologie incroyable, mais elle n’est toujours pas autosuffisante. Elle a encore besoin de conseils et de commentaires de la part de modérateurs humains. »
  • Troisièmement, parlez à un avocat et demandez des conseils juridiques avant de mettre en œuvre la technologie. Les robots conversationnels qui gèrent les flux de travail ne sont pas compliqués, dit la société, « mais un robot qui interagira avec les utilisateurs et les clients et produira du contenu pourrait vous exposer à un risque juridique ».

Dans une interview avec IT World Canada, Jeremy Roberts a déclaré qu’en termes de précautions de sécurité une fois que ChatGPT est commercialisé et peut être acheté, les pratiques standard qui existent actuellement au sein d’une organisation informatique devront être suivies.

En ce qui concerne les prochaines étapes, il a déclaré qu’OpenAI est en phase de recherche avec l’outil linguistique, et bien qu’il soit actuellement téléchargeable gratuitement et qu’il ait plus d’un million de téléchargements en circulation, il s’est demandé s’ils pouvaient « continuer à subventionner tout notre plaisir indéfiniment. »

Selon un récent rapport de Reuters, la société basée à San Francisco fondée par Elon Musk, qui n’est plus impliqué, et l’investisseur Sam Altman, et soutenue par un financement d’un milliard de dollars de Microsoft Corp., s’attend à ce que ses activités augmentent.

Le rapport poursuit en indiquant que trois sources informées de la récente présentation d’OpenAI aux investisseurs ont déclaré que l’organisation s’attend à 200 millions de dollars de revenus l’année prochaine et à 1 milliard de dollars d’ici 2024.

Microsoft, pour sa part, a déclaré Jeremy Roberts, « va probablement s’attendre à une sorte de retour sur investissement à un moment donné. Ce sont des gens sympas, mais ce ne sont pas des organismes de charité. Je soupçonne que nous verrons (la fonctionnalité ChatGPT) progressivement intégrée aux produits Microsoft, mais il sera fascinant de voir à quoi cela pourrait ressembler. Est-ce que ce sera une autre fonctionnalité qu’ils ne factureront pas en supplément pour ces licences OpenAI, ou est-ce que ce sera un tout nouveau produit – Clippy qui revient, mais qui est vraiment utile cette fois ? »

Ce qui est également susceptible de se produire, c’est qu’en raison des coûts de calcul du lancement de ChatGPT, que Sam Altman a décrit comme « à faire pleurer », OpenAI va plus que probablement « y appliquer une sorte de péage », a-t-il déclaré.

Le lancement de l’outil représente un bond en avant majeur dans le monde des robots, a-t-il déclaré, qui est bien plus avancé que le robot « vous écrivant de la poésie dans le style de John Milton sur le burrito que vous avez laissé trop longtemps au micro-ondes ».

« Le problème avec la technologie et les changements de société dans leur ensemble, c’est qu’ils ont tendance à se produire très lentement, puis tout d’un coup. OpenAI a été comme ça pour la technologie d’une manière que peu de choses ont été récemment.

L’impact que l’arrivée de ChatGPT aura sur Google et son impact sur le modèle de revenus global de l’organisation sont également intéressants.

« Le défi n’est pas technique pour eux », déclare Jeremy Roberts, ajoutant qu’ils pourraient probablement introduire un outil d’IA similaire sur Google.com « et faire sensation. Je ne pense tout simplement pas qu’ils aient compris quelle est le jeu au final ».

L’article original (en anglais) est disponible sur IT World Canada, une publication sœur de Direction informatique.

Adaptation et traduction française par Renaud Larue-Langlois.

Paul Barker
Paul Barker
Paul est le fondateur de PBC Communications, une firme de rédaction spécialisée dans le journalisme indépendant. Son travail est apparu dans un certain nombre de magazines technologiques et en ligne sur des sujets allant des problèmes de cybersécurité et du monde en évolution de l'informatique de pointe à la gestion de l'information et aux progrès de l'intelligence artificielle.

Articles connexes

Balado Hashtag Tendances, 2 février 2023 — Un détecteur d’IA, armée de programmeurs chez OpenAI, un robot qui change d’état et moins de téléphones

Cette semaine : Un outil pour détecter le texte généré par l’intelligence artificielle, OpenAI embauche une armée de programmeurs, un robot qui se liquéfie et les livraisons de téléphones intelligents diminuent.

Microsoft renforce son partenariat avec OpenAI

Microsoft a annoncé hier qu'elle entamait la troisième phase de son partenariat avec la société d'intelligence artificielle OpenAI, après des investissements en 2019 et 2021.

Balado Hashtag Tendances, 19 janvier 2023 — L’IA écrit des articles, une maison imprimée, le syndicat chez Amazon et une employée démasquée

Cette semaine : Des articles générés par l’intelligence artificielle, une maison imprimée en 3D, la syndicalisation d’un centre Amazon confirmée et une employée démasquée par un logiciel-espion.

Balado Hashtag Tendances, 12 janvier 2023 — Un concurrent de ChatGPT, Microsoft investit dans OpenAI, un robot avocat et des écoles contre les médias...

Cette semaine : De la concurrence pour ChatGPT, Microsoft investit dans OpenAI, un robot avocat basé sur l’intelligence artificielle et des écoles poursuivent les géants des médias sociaux.

Les cybercriminels profiteront de ChatGPT, selon un expert

Microsoft, les développeurs de logiciels, les forces de l'ordre, les banques, les étudiants qui rédigent des dissertations et presque tout le monde pense pouvoir tirer parti de ChatGPT. Il en va de même pour les cybercriminels.