Une navette électrique sans conducteur subira l’hiver québécois

Une navette électrique de transport public avec un opérateur plutôt qu’un conducteur sera testée sur la voie publique à Candiac pendant un an.

navette électrique
Image : Ville de Candiac

Keolis, une entreprise qui développe et commercialise des offres de transport de personnes, affirme que son projet de démonstration avec le constructeur Navya et la Ville de Candiac durera douze mois à partir de l’été 2018 et que la navette pourra être utilisée par les citoyens pendant huit mois sur douze.

« Pendant la période hivernale, un projet de recherche et développement sur la capacité de la navette à s’adapter aux hivers québécois aura lieu sans passagers à bord », explique Keolis.

Le projet pilote concerne notamment la cohabitation entre une navette construite par Navya, qui peut accueillir quinze passagers, et la circulation habituelle à Candiac, sur un parcours de deux kilomètres incluant divers arrêts, notamment à l’hôtel de ville, devant une résidence pour retraités et près d’entreprises locales. Il est prévu que la vitesse d’exploitation de la navette soit de 25 km/h.

Cette navette de Navya, un constructeur basé en France dont Keolis est actionnaire, a déjà été testée à Paris, Lyon, Las Vegas et Adélaïde en Australie. La Caisse de dépôt et placement du Québec détient 30 % du Groupe Keolis, dont le siège social est à Paris. Le 70 % restant serait détenu par la Société nationale des chemins de fer français (SNCF).

Le projet implique la participation de la grappe des transports électriques et intelligents Propulsion Québec, du technopôle Ivéo, de CAA-Québec et du gouvernement du Québec. Un mandat de Propulsion Québec est de contribuer à l’adoption « de politiques publiques qui vont favoriser le développement, l’expérimentation et la commercialisation de véhicules électriques et intelligents ».

Lire aussi :

Des navettes automatisées à l’essai à Montréal

Une navette autonome et électrique sera testée à Montréal

Navette électrique terrestre : un projet collaboratif lancé au Québec

Articles connexes

CGI prévoit racheter près d’un million d’actions détenues par la CDPQ

CGI annonce en ce début de semaine son intention de conclure une entente privée avec la Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ) en vue du rachat aux fins d'annulation de 938 914 de ses actions subalternes avec droit de vote classe A détenues par la CDPQ, au prix de 106,51 $ par action. Cela représente un escompte par rapport au cours de clôture du 29 juillet 2022 des actions classe A en vigueur à la Bourse de Toronto (TSX).

La Caisse de dépôt mise sur la numérisation de l’économie

Les stratégies de la Caisse de dépôt et placement du Québec tiennent compte de la numérisation de l’économie et de la transition climatique.

Financement de la Caisse de dépôt pour eSentire

La Caisse de dépôt et placement du Québec a contribué à un financement de 325 millions de dollars américains qui a été accordé à l’entreprise de cybersécurité eSentire, basée à Waterloo en Ontario.

Le détaillant numérique Goodee financé par BKR

BKR Capital est un fonds de capital de risque qui finance des entreprises technologiques qui appartiennent à des personnes des communautés noires.

La Caisse de dépôt et placement mise sur AppDirect

AppDirect obtient un financement de 100 millions de dollars canadiens de la part de la Caisse de dépôt et placement du Québec.