Une compétition d’innovation technologique contre la traite humaine

L’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime, IBM, la Fundación Pasos Libres et le Centre international pour la prévention de la criminalité (CIPC), établi à Montréal, lancent le DataJam contre l’exploitation, un concours d’innovation technologique pour identifier et combattre la traite de personnes au Canada.

Ce concours vise à faire la lumière sur l’exploitation des communautés les plus vulnérables du Canada, à trouver des solutions pour protéger les victimes et à faciliter l’identification et la poursuite de ce crime.

« Cette initiative inspirée et axée sur la collaboration réunira des participants à titre virtuel afin d’explorer des solutions technologiques possibles pour aider à sensibiliser les gens à la traite des personnes au Canada », précise Bill Blair, ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile.

L’événement virtuel se tiendra en français et en anglais du 7 au 17 mai, et est ouvert à toute personne de 18 ans et plus résidant au Canada. L’appel de candidatures vise les étudiants et/ou les professionnels ayant des connaissances notamment dans le développement de solutions technologiques, l’analyse des données et la conception, et qui sont intéressés à proposer et à développer des solutions qui peuvent être rapidement déployées.

Les participants du DataJam travailleront en équipes et utiliseront les données publiques et la formation d’experts pour concevoir des solutions technologiques qui contribueront à résoudre des dynamiques spécifiques de la traite de personnes au Canada. Les bénévoles d’IBM aideront à encadrer les participants sur l’utilisation de la technologie et à donner vie à leurs idées.

« Les trafiquants ont intégré la technologie dans leur modèle d’affaires, à toutes les étapes du processus, du recrutement à l’exploitation des victimes, déclare Martin Hemmi, officier associé de justice pénale à l’UNODC. Mais la technologie peut également avoir une utilité positive pour aider à lutter contre la traite, par exemple en aidant les enquêtes, en améliorant les poursuites, en sensibilisant et en fournissant des services aux victimes. »

Articles connexes

Le coût moyen d’une violation de données atteint 7 millions de dollars

Les 25 entreprises canadiennes qui ont subi une violation de données au cours de la période de 12 mois se terminant en mars ont payé en moyenne 7 millions de dollars en frais de rétablissement par incident. En comparaison, la moyenne des 550 entreprises étudiées dans le monde était de 5,5 millions de dollars (les montants sont en dollars canadiens).

TCS lance le centre de recherche et d’innovation Pace Port Toronto

Tata Consultancy Services (TCS) a annoncé cette semaine l'ouverture de son cinquième et plus grand centre mondial de recherche et d’innovation à Toronto, qui, selon la société, est conçu pour aider les entreprises canadiennes à « donner vie plus rapidement aux innovations numériques ».

L’usine IBM de Bromont a 50 ans

La journée d’hier marquait le cinquantième anniversaire de l'ouverture...

Le gouvernement annonce de nouvelles directives au CRTC

Le ministère de l’Innovation, des Sciences et du Développement économique du Canada annonce une nouvelle directive stratégique destinée au Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC), visant à améliorer la concurrence et à améliorer l'accès.

Lancement du Concours canadien d’innovation technologique de KPMG

Cette année encore, KPMG se lance à la recherche du meilleur entrepreneur canadien en technologie et invite les entreprises en démarrage à se disputer le titre d'innovateur technologique de l'année au pays et avoir l'occasion de compétitionner contre leurs pairs à l'échelle mondiale.