Une collaboration qui rapporte

Ford Canada est le lauréat du Mérite du français 2008 dans la catégorie Application logicielle – Grande organisation.

La sécurité au volant est dans l’air, et la nouvelle technologie SYNC développée par Ford et Microsoft arrive juste à point. SYNC permet au conducteur d’un véhicule de commander par la voix, en mains libres – et en français! – un lecteur de musique multimédia ou un téléphone cellulaire Bluetooth. Vous êtes coincé dans un embouteillage? Dites simplement « Téléphoner à la maison » et vous serez immédiatement en contact avec vos proches. Vous voulez écouter une chanson? Demandez-la. Et si, entre-temps, votre ado vous envoie un message texte, le système SYNC vous le lira à haute voix.

Ce système de communication et de divertissement équipe dorénavant, en série ou en option, certains modèles de véhicules Ford, Lincoln et Mercury des années 2008 et 2009, en Amérique du Nord. Un système de navigation à reconnaissance vocale est aussi offert en option. Dès son lancement, Ford a offert aux consommateurs ce produit novateur en trois langues : anglais, français et espagnol. Afin de présenter un produit totalement adapté à l’acheteur québécois, les ingénieurs chargés du développement technologique aux États-Unis ont dès le début joint leurs forces aux services de traduction de Ford Canada. Les deux équipes ont notamment participé de façon conjointe aux phases de programmation des guides vocaux et des écrans français du système.

Les défis liés au développement de cette technologie en français ont été de taille pour les traducteurs. On n’a qu’à penser aux écrans d’affichage dont l’espace est limité. « De plus, toute la programmation de base de la reconnaissance vocale était basée sur les phonèmes anglais. Le débit était beaucoup trop rapide, la prononciation déficiente et il manquait les intonations liées par exemple aux points d’exclamation ou d’interrogation », déclare Sonia Leblanc, terminologue et réviseure principale chez Ford Canada. 

Pour retravailler les invites et les réponses en français créées par les ingénieurs de Microsoft, les traducteurs de Ford Canada ont utilisé un logiciel de synthèse de la parole appelé Prompt-Sculptor afin de régler le débit de la voix et la tonalité. Malgré l’aide du logiciel, la programmation du simple mot « Aide » a exigé à elle seule des centaines d’essais de programmation afin de lui donner une prononciation française adéquate. À la fin de chaque journée de travail, les traducteurs écoutaient en groupe les enregistrements des différentes commandes vocales afin de déterminer lesquelles avaient la sonorité la plus naturelle. Les bandes retenues étaient expédiées aux ingénieurs américains pour la production du système SYNC.

À la traduction des textes, des écrans d’affichage et des commandes vocales se sont ajoutés tous les autres travaux de traduction liés à la sortie d’un nouveau produit : documentation technique et publicitaire, cours de formation, site Web, etc. « Les difficultés de traduction étaient grandes du fait qu’il s’agissait d’une nouvelle technologie pour laquelle aucun document n’existait. Il fallait donc être créatif, décider de la terminologie à utiliser et en assurer l’uniformité. Il s’agissait presque de néologie », précise Mme Leblanc.

À temps et excellent

Malgré tous ces défis, l’équipe de traduction de Ford Canada a réussi à temps le déploiement du système SYNC et de toutes les communications qui s’y rattachent et cela, dans un excellent français.

Mais le travail n’est pas terminé pour autant, car de nouvelles fonctions s’ajoutent constamment à la technologie et elles doivent aussi être traduites. On pense notamment au service 911 par commande vocale dont on prévoit la sortie pour l’automne 2008. La traduction rapide de ces innovations n’empêche pas la petite équipe de travailler d’arrache-pied à celle du site Web syncmaroute.ca dont une partie est toujours en chantier.

Mme Manon Pineault, directrice du Service de linguistique et de traduction de Ford Canada, conclut « qu’il est rare qu’un service de traduction puisse jouer un rôle aussi important avant même la conception d’un produit. C’est valorisant pour nous et surtout très motivant. ». Elle ajoute que « l’avenir de la traduction se tourne vers des rôles de participation à l’innovation et de supervision ». À la lumière de cette expérience concluante, on ne peut qu’acquiescer.

Grâce à ce travail impressionnant de traduction et de terminologie où les langagiers se sont associés aux ingénieurs, Ford Canada prouve que la technologie de pointe peut vraiment parler français…

Hélène Bélanger est conseillère en communication à l’Office québécois de la langue française

Articles connexes

Le projet de loi C-26 nuirait à la cybersécurité selon l’Institut économique de Montréal

L’institut économique de Montréal, un groupe de réflexion indépendant sur les politiques publiques, affirme, dans une étude publiée aujourd’hui, que « l'ajout d'exigences administratives fédérales en sécurité numérique – tel que le prévoit le projet de loi C-26 – accroîtrait les délais d'action des entreprises pour le colmatage de brèches ».

Une étude d’Aptum explore la meilleure façon de lutter contre les coûts imprévus de l’infonuagique

Le fournisseur de services gérés hybrides multi-nuage Aptum publiait la semaine dernière la troisième partie de son étude annuelle sur l'impact de l’infonuagique 2022, le principal point à retenir étant que l’infonuagique a entraîné des coûts plus élevés que prévu pour 73 % des décideurs informatiques interrogés.

La gestion des données, la durabilité et le calcul haute performance au premier plan d’AWS re:Invent 2022

Adam Selipsky, PDG d'Amazon Web Services (AWS), a lancé la deuxième journée de l’événement AWS re:Invent 2022 avec un discours liminaire qui a dévoilé une pléthore d'intégrations et d'innovations dans les vastes offres infonuagiques d'AWS.

Les attaques de la chaîne d’approvisionnement logicielle augmenteront en 2023, selon un rapport

Les attaques contre les logiciels open source et commerciaux continueront d'augmenter en 2023, selon un nouveau rapport sur la chaîne d'approvisionnement des logiciels publié par un fournisseur de sécurité.

Le nombre d’abonnés à la 5G devrait atteindre 5 milliards d’ici la fin de 2028

Le géant des équipements de télécommunications suédois Ericsson vient de publier son « Mobility Report » intitulé « La croissance mondiale de la 5G dans un contexte de défis macroéconomiques ». On y apprend que la 5G continue de se développer plus rapidement que n’importe quelle autre génération mobile précédente et que les abonnements mobiles 5G devraient atteindre cinq milliards d'ici à la fin de l'année 2028.