Un palmarès canadien des escroqueries en ligne

Une récente étude de Social Catfish révèle que le Canada a connu une augmentation sans précédent des escroqueries en ligne en 2021. Au total, les victimes de ces escroqueries se sont fait voler 380 M$ en 2021, plus du double des 165 M$ volés en 2020 dans le cadre d’événements similaires.

Image : Getty

Selon Social Catfish, la tendance serait un sous-produit de la pandémie de COVID-19, de la technologie et de la mondialisation. En effet, les gens travaillent, effectuent des opérations bancaires, se rencontrent et achètent de plus en plus en ligne. Par ailleurs, l’augmentation est en ligne avec les tendances mondiales, les gouvernements américain, britannique et australien signalant des augmentations similaires.

Principales conclusions :

C’est l’Ontario qui se classe au premier rang, les victimes perdant en moyenne 3 010 $ par escroquerie. Le groupe d’âge qui est le plus victime d’arnaques est celui des 60 à 69 ans, perdant 81 384 $. Les 40 à 49 ans sont en deuxième place et perdent 78 954 $. Les trois principaux types d’escroquerie sont l’escroquerie à l’investissement (165 M$ perdus), l’escroquerie amoureuse (134 M$) et l’extorsion (54 M$).

En termes de perte moyenne par victime, c’est l’Ontario qui arrive en tête avec des pertes de 3 010 $. Elle est suivie de l’Alberta (2 970 $) et de la Colombie-Britannique (2 916 $). En queue de peloton, se trouve l’Île du Prince Édouard où les pertes par victime ne sont que de 554 $

Si on considère plutôt le nombre de victimes par 100 000 habitants, c’est le Manitoba qui mène le bal avec 334,6, suivi de l’Ontario (298,3) et du Yukon (262,2). C’est Terre-Neuve et Labrador qui clos la liste avec seulement 162,3 victimes par 100 000 habitants.

Comment éviter les principaux types d’escroquerie ?

Dans les escroqueries à l’investissement, les cybercriminels offrent des opportunités d’investissement uniques par courriel ou sur les réseaux sociaux qui promettent des taux de rendement élevés avec peu ou pas de risque. Si vous vous laissez prendre, attendez-vous à ne plus revoir votre argent. Les escroqueries à la crypto-monnaie sont particulièrement populaires. Pour les éviter,faites des recherches sur la personne et l’entreprise qui vous contacte et consultez un expert financier indépendant.

Dans les escroqueries amoureuses, les escrocs ciblent les célibataires en ligne sur les applications de rencontres et les réseaux sociaux et les comblent d’amour et d’affection pour gagner leur confiance. Ensuite, ils commencent à demander de l’argent pour les urgences et les victimes se retrouvent le cœur brisé et sans le sou. On peut les éviter en demeurant toujours sur ses gardes et en se souvenant de ne jamais donner d’argent à qui que ce soit qu’on a jamais pu rencontrer en personne.

Les escroqueries d’extorsion prennent souvent la forme de faux courriels de la GRC ou d’autres organisations de maintien de l’ordre. Ils avisent les victimes de prétendues accusations criminelles graves, leur demandant de communiquer à une fausse adresse de courriel ou en demandant un paiement et d’autres informations personnelles pour éviter d’aller en prison. On peut aisément se prémunir contre ces escroqueries en se souvenant que les forces de l’ordre n’exigent jamais de paiement ni ne menacent d’arrestation par courriel ou par téléphone.

Lire aussi :

Des entreprises canadiennes devront signaler les cyberattaques en vertu de la loi proposée

Conseil à un nouveau RSI : Tais-toi et écoute

Il faut aider les petites entreprises et les organismes à but non lucratif

Renaud Larue Langlois
Renaud Larue Langlois
Un peu journaliste, un peu gestionnaire TI, totalement passionné de technologie. Après plus de 25 ans dans le domaine des TI, devenir rédacteur était tout naturel pour Renaud. C'est réellement une affaire de famille. Ses champs d'intérêt sont… tout, en autant que ça concerne la technologie. On peut le joindre à [email protected]

Articles connexes

Une étude de Deloitte Canada révèle des lacunes dans l’accès à la technologie et aux compétences numériques

Un nouveau rapport de Deloitte Canada révèle des lacunes croissantes dans l'accès des Canadiens à la technologie numérique et au développement des compétences, ainsi qu'une menace accrue pour leur vie privée et leur sécurité en ligne.

Quatre millions de Canadiens veulent passer à la 5G en 2023, selon une étude d’Ericsson

Ericsson, un important fournisseur de services de réseau 5G au Canada, publie aujourd’hui les résultats canadiens de sa plus grande étude menée à ce jour auprès des consommateurs. Elle démontre que quatre millions d'utilisateurs de téléphones intelligents comptent passer aux services 5G au cours des 12 à 15 prochains mois.

L’utilisation de l’authentification multifacteur augmente, selon des données de Cisco

Les organisations du monde entier, y compris du Canada, adoptent de plus en plus l'authentification multifacteur (AMF) pour accroître leur niveau de cybersécurité, selon un nouveau rapport de Cisco Systems.

Les RSSI doivent être proactifs dans leurs cyberstratégies, affirme un conférencier au MapleSEC

Les professionnels de la sécurité de l'information devraient être plus agressifs dans leurs stratégies de cybersécurité, a déclaré un expert lors de la conférence MapleSEC de cette semaine.

Pourquoi appeler la police après une cyberattaque ? Parce qu’ils attendent votre appel

Il existe de nombreuses raisons de signaler une cyberattaque réussie à votre service de police local. Le constable enquêteur Doug MacRae, de la section de la cybercriminalité de la Police régionale de York en Ontario a le meilleur : « Vos impôts paient notre salaire », a-t-il déclaré aux pros de la sécurité des TI lors d'une conférence le mois dernier, « alors utilisez-nous ».