Un laboratoire de neurosciences éducationnelles à l’UQÀM

L’UQÀM lance le Neurolab, un laboratoire qui est consacré à l’étude des interactions sociales dans les apprentissages.UQAM

La particularité de ce laboratoire résiderait dans la possibilité de collecter des données sur plusieurs personnes à la fois qui interagissent entre elles.

« Pourquoi se contenter d’étudier le cerveau d’une personne seule, alors que la plupart de nos activités quotidiennes se déroulent en groupe?, a indiqué, par communiqué, le professeur Julien Mercier, qui dirige le Neurolab. Les choses les plus édifiantes que l’on fait comme êtres humains se font à plusieurs, comme chanter dans une chorale, apprendre une deuxième langue, apprendre à lire ou enseigner. »

Le NeuroLab est équipé d’outils de mesure et d’analyse du comportement, tels que l’enregistrement audiovidéo, le suivi du regard et la reconnaissance des expressions faciales, et de la psychophysiologie, comme l’encéphalographie, la pupillométrie, le suivi de la respiration, du rythme cardiaque et de la conductance électrodermale. La synchronisation de tous ces équipements de collecte de données représenterait un « défi », selon le professeur Mercier.

Ainsi, ce laboratoire devrait permettre l’étude des apprentissages par deux ou en petits groupes. L’objectif serait de mieux comprendre, par exemple, quand l’élève a besoin d’aide au cours d’une activité, à quel point l’enseignant s’en rend compte ou quel est l’effet de l’aide donnée sur l’apprentissage de l’élève.

« Lorsqu’on constate que, sur une certaine période les apprenants ont progressé, on veut savoir ce qui s’est passé dans le temps tout au long du processus d’acquisition de connaissances », a ajouté le professeur Mercier.

L’équipement du NeuroLab aurait été financé grâce à l’octroi d’une subvention de 850 000 dollars par le Fonds des leaders John-R-Evans de la Fondation canadienne pour l’innovation.

Articles connexes

Les bénéfices au 4è trimestre des géants de la technologie laissent présager de gros problèmes, selon un analyste

Selon Scott Bickley, analyste des technologies de l’information, la nouvelle selon laquelle les géants de la technologie ont annoncé des bénéfices plus faibles que prévu la semaine dernière n'est qu'un des nombreux signaux indiquant qu'il ne s'agit pas simplement d'un coup dur, mais d'un signe de ce qui pourrait devenir une grave crise économique mondiale.

TikTok serait « l’application la plus gourmande en données »

Des experts en cybersécurité de VPNOverview.com, dont le siège est aux Pays-Bas, ont récemment entrepris une recherche unique : Étant donné que beaucoup d'entre nous téléchargeons des applications qui transforment le visage, à quel point les données d'une personne sont-elles en sécurité entre les « mains » de ces applications ?

Les réseaux sociaux comme principale source d’information

Une enquête NETendances dont les résultats ont été dévoilés cette semaine par l'Académie de la transformation numérique (ATN) de l'Université Laval révèle que le tiers des adultes québécois utilisent les réseaux sociaux comme principale source pour s'informer sur l'actualité.

Déficits de connaissances sur comment bien protéger ses renseignements personnels

Près de huit personnes sur dix au Canada disent ne pas être assez informées sur la façon de bien protéger leurs données personnelles en ligne, selon un sondage produit par Hill+Knowlton pour Interac.