Un groupe de 61 pays s’engagent à travailler pour un Internet ouvert

Le Canada, les États-Unis et 59 autres pays ont signé une déclaration (LIEN) s’engageant à œuvrer pour un Internet ouvert, libre, mondial, interopérable, fiable et sécurisé.

Il n’est pas clair si cette Déclaration sur l’avenir de l’Internet fera partie des négociations sur un traité sur la cybercriminalité présentement en cours devant les Nations Unies. La deuxième ronde de pourparlers commence le 30 mai prochain à Vienne.Représentation du concept d'Internet des objets

La déclaration indique que les signataires contribueront aux processus existants au sein de l’ONU, des groupes du G7 et du G20, de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), de l’Organisation mondiale du commerce, de l’Internet Corporation for Assigned Names and Numbers (ICANN), du Forum sur la gouvernance de l’Internet et la Coalition Liberté en ligne.

Elle indique par ailleurs que les signataires encouragent le partage d’informations concernant les menaces à la sécurité par le biais des forums internationaux pertinents et réaffirment leur engagement envers un comportement responsable des États dans le cyberespace.

Ils promettent également de travailler ensemble pour lutter contre la cybercriminalité et décourager les cyber-activités malveillantes.

Dans un communiqué, le gouvernement fédéral a déclaré que le Canada discuterait avec les pays, les organismes non gouvernementaux et avec d’autres sur la façon d’appliquer pleinement les principes de la déclaration.

La déclaration indique que les partenaires signataires « ont l’intention de travailler à un environnement qui renforce nos systèmes démocratiques et promeut la participation active de chaque citoyen aux processus démocratiques, sécurise et protège la vie privée des individus, maintient une connectivité sécurisée et fiable, résiste aux efforts visant à diviser l’Internet mondial, et promeut une économie mondiale libre et compétitive ».

L’ancien cyber-diplomate américain Christopher Painter a déclaré à IT World Canada (une publication sœur de Direction informatique) que ce qu’il y a de plus important à propos de cette déclaration est le nombre de pays qui l’ont approuvée et l’expectative qu’ils travailleront ensemble pour défendre et faire progresser ses principes.

L’annonce de la déclaration intervient à un moment où la Russie est de plus en plus isolée des autres pays en raison de son invasion de l’Ukraine. Selon un reportage, Moscou, en réponse aux critiques mondiales, aurait bloqué Twitter, Facebook et Instagram et menacé leurs dirigeants de prison pour avoir diffusé de « fausses nouvelles », conduisant à la spéculation que la Russie pourrait couper les liens vers l’Internet mondial.

Lire l’article au complet (en anglais) sur le site d’IT World Canada, une publication sœur de Direction informatique.

Lire aussi :

5 M$ du fédéral pour l’Internet haute vitesse en Alberta

Internet haute vitesse moins cher pour familles à faible revenu

Pressions pour moins de réglementation pour les fournisseurs de télécoms

Traduction et adaptation française par Renaud Larue-Langlois

Howard Solomon
Howard Solomon
Actuellement rédacteur pigiste, Howard est l'ancien rédacteur en chef de ITWorldCanada.com et de Computing Canada. Journaliste informatique depuis 1997, il a écrit pour plusieurs publications sœurs d'ITWC, notamment ITBusiness.ca et Computer Dealer News. Avant cela, il était journaliste au Calgary Herald et au Brampton Daily Times en Ontario. Il peut être contacté à hsolomon@soloreporter.com.

Articles connexes

BRP victime d’une cyberattaque

On apprend ce matin que le fabricant de produits récréatifs BRP de Valcourt est actuellement la cible d’une « activité malveillante en matière de sécurité », tel que décrit par la société dans un communiqué.

La performance des réseaux canadiens pratiquement inchangée

La société de recherche sur les réseaux Ookla a récemment publié son analyse trimestrielle de l'Internet mobile et fixe pour le Canada. Avec la prolifération des environnements de travail hybrides, les performances des réseaux deviennent de plus en plus importantes. À cet égard, le rapport démontre que les vitesses mobiles du Canada seraient suffisantes pour prendre en charge la plupart des fonctions de travail à distance comme les réunions Zoom et les applications de bureau à distance.

Inquiets de la résilience Internet et des télécoms de votre entreprise ? Posez ces questions

Les pannes pancanadiennes d'Internet et de réseau cellulaire causées par l'incident de la semaine dernière chez Rogers Communications devraient inciter les décideurs des entreprises de télécommunications et de TI à réfléchir attentivement à la résilience des télécommunications dans les services qu'ils achètent.

La semaine dernière dans le monde du rançongiciel – lundi 11 juillet 2022

Une diminution des attaques, ou le « calme plat avant la tempête » ? Publication du rapport du second trimestre de Cyberint sur les rançongiciels.

Le PDG de Rogers admet que la panne aurait été causée par une opération d’entretien

À la suite de la panne majeure de ses services cellulaires, de câbĺodistribution et d'Internet qui a commencé tôt vendredi matin et qui perdure, le président et chef de la direction de Rogers Communications, Tony Staffieri, a publié un nouveau message expliquant ce que l'entreprise croit en être la cause : « une panne du réseau suite à une mise à jour de maintenance de notre réseau central, qui a provoqué un dysfonctionnement de certains de nos routeurs tôt vendredi matin ».