Trois nouvelles chaires Scale AI de recherche appliquée en IA à Montréal

HEC Montréal, Polytechnique Montréal, l’Université McGill et l’Université de Toronto ont créé des chaires de recherche financées par Scale AI et liées à des applications des connaissances en intelligence artificielle (IA).

Logo: Scale.ai (CNW Group/Scale.ai)

Selon Scale AI, HEC Montréal accueille désormais une chaire de recherche en intelligence artificielle pour la mobilité et la logistique urbaines détenue par la professeure Carolina Osorio.

Polytechnique Montréal accueille désormais une chaire de recherche sur le rôle des données dans les chaînes d’approvisionnement, dont le titulaire est le professeur Thibault Vidal.

L’Université McGill accueille désormais une chaire de recherche en science des données pour le commerce de détail, dirigée par le professeur Maxime Cohen.

L’Université de Toronto accueille désormais une chaire de recherche sur les algorithmes axés sur les données pour les chaînes d’approvisionnement, dont le titulaire est le professeur Elias Khalil.

Selon Scale AI, ses investissements dans ces chaires permettront d’attirer et retenir des chercheurs du domaine de l’IA. « Grâce à un financement de 2 millions de dollars, fourni à parts égales par Scale AI et les quatre établissements universitaires, chacune de ces chaires concentrera ses recherches sur l’application de l’IA à différents aspects des chaînes d’approvisionnement », affirme Scale AI.

Scale AI se présente comme étant une « supergrappe » spécialisée en IA, basée à Montréal et financée par le gouvernement fédéral et le gouvernement du Québec, ainsi que comme étant un « pôle d’investissement et d’innovation pour accélérer l’adoption et l’intégration rapide de l’IA ».

L’organisation soutient développer des « programmes visant à soutenir des projets d’investissement d’entreprises qui implantent des applications en IA, l’émergence de futurs fleurons, ainsi que le développement d’une main-d’œuvre qualifiée ».

Lire aussi :

Des industries, des villes et des pays s’arrachent les ressources humaines en TI

Infrastructure infonuagique en chantier pour 23 pétaoctets de données de santé

Des chercheurs du MILA dans 55 entreprises du Québec depuis 2018

Articles connexes

Les détaillants canadiens disposent désormais d’une plate-forme unique pour accéder à des données à jour

Le Conseil canadien du commerce de détail (CCCD) lançait hier le Tableau de bord du secteur du détail, une initiative développée par KPMG Canada conçue pour permettre aux détaillants canadiens d'accéder à un assortiment d'informations sur plusieurs secteurs, régions et périodes de vente au détail, dans les deux langues officielles.

Leav déploie sa plateforme mobile de caisse en libre service chez La Vie en Rose

Leav, une jeune entreprise technologique montréalaise qui fournit aux détaillants une plateforme offrant un processus de paiement sans friction, signe un accord avec le détaillant de lingerie fine la Vie en Rose pour implanter sa solution dans les quatre magasins la Vie en Rose du centre-ville de Montréal et dans un magasin Bikini Village.

Une étude révèle que les données obscures nuisent aux stratégies de DataOps

Quest Software, un fournisseur de logiciels de gestion de systèmes, de protection des données et de sécurité, en collaboration avec l'Enterprise Strategy Group (ESG), a publié le rapport 2022 sur l'état de la gouvernance et de l'autonomisation des données, un rapport annuel mettant en évidence les principaux défis et innovations en matière de gouvernance des données, de gestion des données et de DataOps.

SAS Hackathon 2022 : Résoudre les problèmes du monde réel à l’aide de données

C’est cette semaine que SAS annonçait les gagnants de son Hackathon 2022. Parmi 70 équipes qualifiées du monde entier et 50 soumissions, SAS a retenu 13 équipes pour leur innovation utilisant l'intelligence artificielle infonuagique Viya de SAS, Microsoft Azure et d'autres technologies. 

Bris de la confidentialité de renseignements personnels de candidats à Québec

Des documents et des fichiers du gouvernement du Québec contenant des renseignements personnels au sujet de 31 540 personnes ont été trouvés sur des supports informatiques externes au domicile d’un employé de la fonction publique.