Trimestre financier record pour Wanted Technologies

Wanted Technologies rapporte un premier trimestre financier record de son exercice 2014 avec un bénéfice net de 460 000 dollars.

Logo de Wanted TechnologiesWanted Technologies, une entreprise de Québec qui fournit des solutions de données, de veille et d’analyse en ligne qui sont axées sur le marché de l’emploi, rapporte des résultats positifs pour son premier trimestre financier de son exercice financier 2014. Avec des revenus de 1,9 million de dollars lors de son premier trimestre, terminé le 30 septembre dernier, Wanted Technologies a rapporté une croissance de 26 % par rapport au trimestre équivalent de l’année dernière.

Ce sont les revenus tirés des secteurs Corporatif et Recrutement qui ont connu la meilleure croissance pour l’entreprise. Ils ont augmenté de 65 % en comparaison au trimestre équivalent de son exercice financier 2013, passant de 28 % des revenus totaux à 37 % actuellement. Wanted Technologies a aussi maintenu ses frais d’exploitation. Avec une légère augmentation de 8 %, les frais d’exploitation de l’entreprise sont passés de 1,3 million de dollars lors de son premier trimestre de son exercice financier 2013, à 1,4 million de dollars pour son trimestre financier venant de se terminer. Selon l’entreprise, ces frais d’exploitation sont attribuables à une augmentation des effectifs consacrés au développement des produits.

Wanted Technologie attribue ses résultats positifs à son modèle d’affaires. « Notre modèle d’affaires d’abonnements à une solution de veille stratégique centralisée et accessible via cloud computing est une approche très efficace, a déclaré Bruce Murray, président et chef de la direction chez Wanted Technologies. Nous pouvons rendre nos services accessibles aux nouveaux clients à des coûts de livraison minimes ». La situation économique globale allant en s’améliorant serait aussi responsable de la hausse des revenus de l’entreprise. Les employeurs auraient besoin de plus de travailleurs et ils remplaceraient les postes laissés vacants. « Nos produits sont conçus pour aider les employeurs à combler les postes plus rapidement et à moindre coût. Cela signifie moins de temps investi sur les postes vacants et une réduction au niveau des frais de recrutement », a expliqué Bruce Murray.

Benjamin Jébrak
Benjamin Jébrak
Benjamin Jébrak est journaliste pour le magazine Direction Informatique.

Articles connexes

Des entreprises s’attendent à de l’aide de l’État pour investir dans des technologies propres

Neuf dirigeants sur dix de moyennes entreprises du Canada ayant répondu à un sondage produit par KPMG se disent préoccupés par les répercussions du conflit en Europe sur l’économie, l’industrie et les entreprises.

Financement fédéral pour les semi-conducteurs et la photonique d’ici

Les industries locales de semi-conducteurs et de photonique au Canada auront accès à de nouvelles sources de financement fédéral.

La Caisse de dépôt mise sur la numérisation de l’économie

Les stratégies de la Caisse de dépôt et placement du Québec tiennent compte de la numérisation de l’économie et de la transition climatique.

Des restaurateurs s’équipent de leur propre plateforme de livraison de commandes

L’entreprise RestoLoco a été créée en 2020 pour « briser le cercle vicieux de l’utilisation des plateformes de livraison étrangères comme Uber Eats » et pour « déployer une plateforme qui appartient et profite » aux restaurateurs.

Cryptomonnaies : du sable dans l’engrenage de chaînes de blocs

Des pannes et des retards sur des plateformes de transactions de cryptoactifs reposant sur la technologie de la chaîne de blocs ont entraîné la semaine dernière des chutes des cours de cryptomonnaies.