TI au fédéral : le gouvernement Harper mise sur le secteur privé

Le gouvernement Harper fait appel au secteur privé afin de réaliser des économies au sein de ses infrastructures en TI.

Logo du gouvernement du CanadaLa ministre des Travaux publics et des Services gouvernementaux et ministre responsable de Services partagés Canada, Diane Finley, a annoncé la vision du gouvernement fédéral au sujet de l’infrastructure des technologies de l’information au sein de son administration.

En mettant l’accent sur les recherches d’économies, de sécurité et de services, le gouvernement Harper compte faire appel davantage au secteur privé.

« Si le secteur privé détient un produit commercial que nous pouvons acheter plutôt que bâtir, nous emploierons également cette option », a indiqué la ministre lors d’un discours-programme qui a été donné lors d’une exposition sur la technologie dans l’administration gouvernementale, à Ottawa.

La recherche d’économies était au cœur du mandat donné, il y a deux ans, par le premier ministre Harper à Services partagés Canada. Selon la ministre Finley, « Services partagés Canada a engendré des économies … [qui ont] contribué à réduire les coûts de 150 millions de dollars tel que stipulé dans le budget du Plan d’action économique de 2012. »

Pour la ministre, ces économies proviennent de la mobilisation du secteur privé afin de répondre aux besoins du gouvernement. En juin dernier, Bell Canada et son partenaire Groupe CGI ont remporté un contrat d’implantation d’un système unique de courriel au sein de l’administration gouvernementale fédérale. Ce système de courriel unique remplacera 63 plateformes de courriel présentement utilisées par l’administration. Cette transformation des services de courriel devrait permettre une économie de 50 millions de dollars par année.

La ministre Finley a aussi insisté sur la sécurité des données au sein de ses infrastructures des TI de son administration. « Nous ne voulons aucun équipement ou service non sécurisé au sein des réseaux du gouvernement du Canada », a-t-elle déclaré lors de son allocution.

Benjamin Jébrak
Benjamin Jébrak
Benjamin Jébrak est journaliste pour le magazine Direction Informatique.

Articles connexes

Les États-Unis au quatrième rang, le Canada au cinquième sur l’échelle de la cybersécurité

Le Canada se classe au cinquième rang parmi 20 pays pour sa préparation et sa réponse aux menaces de cybersécurité, selon une norme créée par une revue universitaire et un fournisseur de sécurité.

Une enquête de Gartner révèle des lacunes dans le processus d’achat de technologie du gouvernement

Selon une récente enquête de Gartner, le secteur public a le cycle d'achat le plus long pour les achats de technologie : 22 mois en moyenne.

Le Canada signe des accords avec Volkswagen et Mercedes-Benz pour la fabrication des batteries de véhicules électriques

Le Canada a signé un protocole d'entente avec les constructeurs automobiles allemands Volkswagen et Mercedes-Benz pour leur fournir des matériaux de batterie pour véhicules électriques (VÉ).

CORRECTION : L’application canadienne Alerte COVID retirée après deux ans

L'application canadienne pour les téléphones intelligents Alerte COVID, développée au plus fort de la pandémie de COVID-19 pour avertir les gens lorsqu'ils ont été en contact étroit avec une personne infectée par le virus, a officiellement pris sa retraite.

Le Canada demande au G7 un groupe de travail sur la cybersécurité

Face à ce qu'il appelle les « cyberactivités malveillantes » de la Russie dans sa guerre contre l'Ukraine, le Canada exhorte les pays du G7 à créer un groupe de travail pour partager les meilleures pratiques en matière de cybersécurité afin de protéger leurs infrastructures essentielles de TI et de télécommunications.