Telus inaugure un centre d’appels à Montréal


Jean-François Ferland - 05/07/2006

L’entreprise de télécommunications exploitera un centre de soutien technique dédié aux PME situées à l’extérieur du Québec. Au moins 150 emplois seront créés grâce à un crédit d’impôt d’Investissement Québec.

L’entreprise de télécommunications Telus a procédé à l’inauguration d’un centre d’appels à Montréal pour le soutien des services IP aux petites et moyennes entreprises clientes situées à l’extérieur du Québec. La compagnie bénéficiera d’une nouvelle mesure fiscale du gouvernement du Québec à la condition qu’elle crée au moins 150 emplois d’ici à la fin de 2007.

La présidente de Telus Québec Karen Bradford, en présence du ministre québécois du Développement économique, de l’Innovation et de l’Exportation Raymond Bachand et de représentants d’Investissement Québec, a procédé à l’ouverture officielle du centre d’appels, pour lequel quatre-vingts employés ont déjà été embauchés. Ce centre d’appel sera dédié au soutien bilingue de la clientèle composée de PME hors Québec pour le dépannage relié aux services IP de Telus, qui comprennent les solutions de téléphonie IP hébergée IP-One, l’hébergement Web, le courriel, les noms de domaines, le réseautage, l’antivirus et la conférence audio et vidéo.

« Telus a toujours été préoccupée par le développement économique du Québec et des régions qu’elle dessert. L’environnement bilingue et la richesse de la communauté ont été des éléments favorables quant au choix de l’emplacement de notre centre d’appels. Ce centre voit le jour pour répondre aux besoins croissants des PME et leur offrir un service à la clientèle exceptionnel », a déclaré Mme Bradford.

La dirigeante a ajouté que Telus employait 3 700 personnes au Québec, dont 1 500 à Montréal, et que cela représentant pour l’entreprise une masse salariale annuelle de 170 millions de dollars. Elle a également fait référence à l’entente signée en 2003 avec le gouvernement du Québec qui a mené à des investissements de 500 millions et à la création éventuelle de 800 d’emplois en quatre ans. Cette entente, paraphée sous le précédent gouvernement péquiste, accordait à Telus un congé fiscal de dix ans ainsi qu’une aide de 16 millions de dollars liée à la création d’emplois.

« Nous pouvons nous réjouir que [Telus] contribue à la vitalité économique du Québec et de la grande région de Montréal par la création d’emplois de grande qualité. Que cette entreprise ait choisi d’y établir son centre d’appel, démontre que le Québec est un des lieux les plus compétitifs pour les entreprises soucieuses d’accroître leurs activités », a déclaré M. Bachand. Le ministre a souligné que Montréal se classait au quatrième rang au niveau du nombre d’emplois par habitant dans le secteur des TI, et a ajouté que le Québec disposait de l’infrastructure technologique nécessaire pour accueillir d’autres entreprises.

Mesure incitative

Ce centre constitue la première initiative à bénéficier d’une mesure fiscale d’Investissement Québec nommée Grands projets créateurs d’emplois, qui accorde un crédit d’impôt de 25 % du salaire annuel des nouveaux employés embauchés dans le développement des technologies de l’information à condition qu’au moins 150 emplois soient créés dans un délai prescrit. Le ministre Bachand a confirmé que la mesure était disponible à d’autres entreprises du secteur des TIC qui souhaiteraient en bénéficier pour réaliser de projets créateurs d’emplois.

Interrogée quant à l’importance de la mesure fiscale dans le choix d’établir le centre d’appels au Québec, Mme Bradford a indiqué que le centre aurait autrement été établi ailleurs au Canada, probablement dans l’Ouest. « Aurions-nous pu [ouvrir le centre d’appels au Québec sans l’aide du gouvernement]? Oui. L’aurions-nous fait? Non », a-t-elle déclaré.




À propos de Jean-François Ferland

Jean-François Ferland a occupé les fonctions de journaliste, d’adjoint au rédacteur en chef et de rédacteur en chef au magazine Direction informatique.


Google+