Téléphonie et Internet mobiles du Fjord à la Côte


Jean-François Ferland - 27/04/2010

Le déploiement d’ici 2012 d’une infrastructure de réseau sans fil pour l’organisme AIDE-TIC procurera la téléphonie mobile et l’Internet haute vitesse dans les MRC de Fjord-du-Saguenay et de Haute-Côte-Nord. Pour des milliers de personnes, cette annonce concrétise un souhait vieux de 13 ans.

Au cours des deux prochaines années, l’Agence interrégionale de développement des technologies de l’information et des communications (AIDE-TIC), un organisme instauré par les Sociétés d’aide au développement de la collectivité (SADC) du Fjord et de la Haute-Côte-Nord, fera déployer treize tours de transmission et trois répétiteurs pour un réseau mobile qui sera fondé sur le protocole HSPA (High Speed Packet Access), afin d’offrir pour la première fois la téléphonie mobile et l’accès à large bande à Internet. Cette infrastructure, qui appartiendra à l’organisme, sera installée et liée au réseau mobile du fournisseur de services de télécommunications Bell Canada.

Les municipalités de Bégin, Saint-Honoré, Ferland-et-Boileau, Sainte-Rose-du-Nord, Baie-Éternité, Rivière-Éternité, L’Anse-Saint-Jean, Mont-Édouard, Petit-Saguenay, Sacré-Coeur, Les Bergeronnes, Les Escoumins et Longue-Rive auront progressivement accès au réseau mobile de la fin de 2010 à la fin de 2012. Les travaux seront entamés simultanément dans quatorze sites, avec des raccordements progressifs, en fonction des priorités qui seront établies par AIDE-TIC.

Le projet de 5,1 M$ sera financé à raison de 1,5 M$ du programme Communautés rurales branchées du ministère des Affaires municipales, des Régions et de l’Occupation du territoire du gouvernement du Québec, 1,066 M$ du programme Diversification des collectivités de Développement économique Canada, 2,1 M$ de Bell Canada et 400 000 $ de l’Aide-TIC.

Attendu depuis le Déluge

André Nepton, le directeur général de la SADC du Fjord et coordonnateur de l’organisme l’AIDE-TIC, explique que ce projet émane d’un besoin d’instauration d’un réseau de télécommunications alternatif en cas d’urgence, à la suite du déluge qui est survenu au Saguenay en juillet 1996. Dès l’année suivante, des acteurs institutionnels de la région avaient envisagé l’installation d’un réseau qui combinerait la téléphonie mobile et l’accès à Internet haute vitesse.

Il a fallu attendre à 2003 avant que de premières discussions aient lieu avec Bell Mobilité pour établir un réseau mobile dans le Bas-Saguenay Sud, de Saint-Félix d’Otis à Sagard, mais le coût estimé de 9 M$ pour établir une infrastructure fondée sur le protocole CDMA (en français AMRC, pour Accès multiple par répartition en code) dans ce seul secteur ont résulté en l’échec du projet. Le territoire à faible densité de population est parsemé de montagnes, de lacs et de forêts, ce qui compliquait l’instauration d’infrastructures.

Après qu’une participation à des concours gouvernementaux de classification du territoire pour l’implantation d’infrastructures de réseautique eut permis d’envisager une solution combinant la fibre optique et la transmission par micro-ondes, c’est un exercice de veille technologique, il y a environ trois ans, qui a incité les acteurs du projet à relancer Bell Mobilité. Selon M. Nepton, c’est le protocole HSPA, dont les atouts technologiques permettraient d’implanter une infrastructure sur un plus grand territoire et à moindre coût, qui a ravivé l’espoir. Bell a donné le coup d’envoi à l’automne 2009 au déploiement à l’échelle canadienne de son réseau mobile de nouvelle génération qui est fondé sur ce protocole.

Ian Benoît, le directeur de l’ingénierie radio et de l’optimisation pour le Québec et l’Est de l’Ontario chez Bell Mobilité, confirme que le protocole HSPA permet d’instaurer une plateforme commune à la majorité des pourvoyeurs de services de téléphonie mobile dans le monde et d’économiser des dizaines de milliers de dollars en coûts par station cellulaire. Le nouveau réseau offrira aussi une bande passante théorique maximale de 21 Mb/s (contre 3 Mb/s avec le protocole EVDO) aux internautes, qui utiliseront une clé USB ou un modem mobile pour brancher leurs ordinateurs à la Toile.

Plusieurs besoins comblés

Selon M. Nepton, l’implantation de ce réseau mobile profitera à plusieurs. La priorité sera accordée aux résidants. Pas moins de 97 % des résidences auront accès à un réseau à haute vitesse à la fin du processus d’implantation. « Dans un deuxième temps, les entreprises y auront accès, puis dans un troisième temps, les utilisateurs en itinérance et la clientèle sur route qui est surtout à caractère récréotouristique. Le Fjord du Saguenay et la MRC de la Haute-Côte-Nord offrent le plus grand terrain de jeu en écotourisme au monde », explique-t-il.

« Cet élément stratégique va permettre aux entreprises et aux individus d’accéder à une technologie de pointe, d’avoir une meilleure ouverture sur le monde et surtout d’offrir un accès continu à la réseautique, ce qui était réclamé autant par les entreprises pouvant s’implanter dans la région que par leurs clientèles. »

Jean-François Ferland est rédacteur en chef adjoint au magazine Direction informatique.




À propos de Jean-François Ferland

Jean-François Ferland a occupé les fonctions de journaliste, d’adjoint au rédacteur en chef et de rédacteur en chef au magazine Direction informatique.


Google+