Télécoms : hors du sans fil, peu de croissance


Jean-François Ferland - 12/12/2008

Un aperçu de l’industrie des télécoms par le Conference Board fait état d’un ralentissement de la progression de la demande et des profits d’ici à 2013. Le sans fil et les services auxiliaires s’en tireront à bon compte, alors que la téléphonie par câble joue les trouble-fête.

Dans son aperçu produit à l’automne, le Conference Board du Canada estime que l’industrie canadienne des télécommunications générera des revenus de 54 milliards $ en 2008, en croissance de 5,2 % d’année en année. Ces revenus pourraient croître de 3,0 % à 3,7 % par année d’ici à 2013, alors que les revenus de l’industrie pourraient atteindre 64 milliards $.

Alors que les coûts, évalués à 47,1 milliards $ pour 2008, en hausse de 4,9 % d’année en année, pourraient atteindre 56,3 milliards $ en 2013, les profits des entreprises de l’industrie pourraient totaliser 6,9 milliards $ en 2008, en hausse de 7,1 % par rapport à l’année précédente. Toutefois, le Conference Board s’attend à ce que la croissance des profits ne soit que de 2,4 % en 2009, pour atteindre 7,1 milliards $, et même qu’elle soit négative de 1,9 % en 2010. En 2013, les profits de l’industrie pourraient être de 7,6 milliards $.

Même si le Conference Board dénote que l’industrie des télécoms demeure en bonne santé dans le contexte d’une économie en dérapage, que les marges de profit demeureront élevées – entre 12 % et 12,9 % au cours des cinq prochaines années – et que les ventes continueront d’augmenter à un rythme supérieur à la croissance générale de l’économie, malgré une décélération, l’organisme souligne que l’industrie canadienne fera l’objet en 2008 et 2009 de son plus lent rythme de croissance en plus de dix années.

Croissance sans fil

Le moteur de la croissance émanera des services sans fil, où l’ajout d’abonnés sera supérieur à 8 %. Dans le contexte de la mise à l’encan au printemps dernier de portions de spectre d’ondes qui permettront l’arrivée sur le marché de nouveaux joueurs régionaux et nationaux, le Conference Board s’attend au maintien d’une forte croissance du nombre d’abonnés jusqu’en 2013.

Toutefois, l’organisme estime que la période sera caractérisée par une faible progression des prix, par un dollar canadien faible et par une hausse des salaires qui limiteront la croissance des profits des entreprises.

En contrepartie, l’engouement des abonnés pour les téléphones évolués, qui permettent l’accès à Internet et la consultation des courriels, se traduit par une croissance des abonnements aux services de données, pour lesquels les fournisseurs de services adaptent leurs offres et en obtiennent une part croissante de leurs revenus. Par contre, le coût élevé des téléphones évolués et la faible croissance des revenus des abonnés limiteront l’adoption de ce type d’appareil à court terme.

Enfin, l’arrivée de nouveaux joueurs dans le secteur de la téléphonie, principalement des câblodistributeurs qui ont acquis récemment des portions de spectre d’ondes, contribuera à l’offre de bouquets de services au cours des prochaines années.

Clientèle en mouvance

D’ailleurs, le Conference Board souligne que la téléphonie par câble connaît un engouement sans précédent, alors que 2 millions d’abonnés, soit 15 % des foyers, ont recours à cette technologie au Canada. C’est le Québec qui serait le champion en la matière, avec 19,5 % des foyers qui auraient tourné le dos au service téléphonique traditionnel.

Toutefois, l’organisme souligne que cette technologie n’a pas contribué à la croissance de l’industrie, mais surtout qu’elle a été le principal catalyseur de la compétition dans le secteur du service de téléphonie locale. D’ailleurs, plus d’abonnés opteraient pour la téléphonie par câble que le nombre d’abonnés qui délaissent les technologies filaires au profit du téléphone mobile. D’autre part, le Conference Board souligne que l’émergence de la téléphonie par câble a eu un impact prononcé sur la réduction des prix dans l’industrie des télécommunications.

Services auxiliaires relativement payants

Enfin, le Conference Board note que ce sont les services auxiliaires qui pourraient connaître la croissance des revenus la plus importante au cours des prochaines années, en comparaison à ceux des services filaires et des services sans fil. Ces services sont la revente de services de télécommunications, la distribution de programmes de télévision et les communications par satellite.

L’organisme formule cette affirmation en raison d’une évaluation de la chute des prix des services sans fil au cours de la période observée.

Jean-François Ferland est journaliste au magazine Direction informatique.


À lire aussi: L’actualité des TI en bref Téléphonie intelligente: qui Android mettra-t-il au rancart?




Tags: , , , , , , , ,

À propos de Jean-François Ferland

Jean-François Ferland a occupé les fonctions de journaliste, d’adjoint au rédacteur en chef et de rédacteur en chef au magazine Direction informatique.


Google+