TekSavvy exhorte le ministre Champagne à bloquer la fusion Rogers-Shaw et à refuser l’offre de Vidéotron pour Freedom Mobile

Craignant qu’après la décision du Cabinet sur les tarifs de gros, l’approbation de la fusion de Rogers et Shaw par le gouvernement fédéral se traduise par de nouvelles mesures de fixation des tarifs et des hausses de prix par « l’oligopole canadien des télécommunications », le fournisseur de service Internet (FSI) indépendant TekSavvy de Chatham, en Ontario, a demandé aujourd’hui au ministre de l’Industrie, des Sciences et de la Technologie du Canada, François-Philippe Champagne, de bloquer la fusion de 26 milliards de dollars proposée en refusant le transfert des licences de spectre sans fil de Shaw ainsi que l’acquisition de Freedom Mobile par Vidéotron. 

« Après avoir réussi à convaincre le ministre d’imposer des tarifs réglementés ruineux à de plus petits concurrents, ces grandes sociétés veulent maintenant se répartir le marché et fixer les tarifs entre elles », précise le porte-parole de TekSavvy, Peter Nowak dans un communiqué. « Le ministre Champagne doit bloquer cet accord anticoncurrentiel, sinon elles vont bientôt évincer les FSI restants et hausser encore plus les prix à la consommation. »

TekSavvy, qui se présente comme la plus grande entreprise de télécommunication indépendante au Canada, affirme que l’approbation de la fusion par le gouvernement fédéral doit être conditionnelle à la mise en œuvre de la décision prise par le CRTC en 2019 de réduire ses tarifs réglementés. 

En mai 2022, le ministre Champagne a cependant refusé de mettre en œuvre cette décision du CRTC et a plutôt approuvé des tarifs réglementés beaucoup plus élevés, comme le demandaient Rogers et Bell. TekSavvy affirme que les propres données du gouvernement fédéral confirment que les prix d’Internet au Canada montent en flèche pendant une crise sans précédent du coût de la vie.

Le projet de fusion entre Rogers et Shaw a été approuvé par le Tribunal de la concurrence le 29 décembre mais le Bureau de la concurrence a interjeté appel de la décision du Tribunal auprès de la Cour d’appel fédérale. L’appel sera entendu le 24 janvier. En outre, la transaction proposée est assujettie à l’approbation finale du ministre Champagne.

Lors des audiences du Tribunal de la concurrence, les sociétés ont révélé que toute la transaction repose sur une entente parallèle selon laquelle Rogers louera son réseau à large bande à Vidéotron à des tarifs de gros spéciaux qui ne sont pas offerts aux fournisseurs de services Internet indépendants. 

Le CRTC fixe les tarifs de gros payés par les FSI indépendants qui louent l’accès des grands fournisseurs. Ces tarifs réglementés déterminent indirectement ce que les consommateurs canadiens paient pour les services Internet. Lorsque le Bureau de la concurrence a soutenu que les tarifs du CRTC étaient si élevés que Vidéotron ne pouvait pas les utiliser pour faire concurrence, Rogers a confirmé qu’elle accorderait à Vidéotron des tarifs préférentiels inférieurs aux tarifs réglementés établis par le CRTC.

Renaud Larue Langlois
Renaud Larue Langlois
Un peu journaliste, un peu gestionnaire TI, totalement passionné de technologie. Après plus de 25 ans dans le domaine des TI, devenir rédacteur était tout naturel pour Renaud. C'est réellement une affaire de famille. Ses champs d'intérêt sont… tout, en autant que ça concerne la technologie. On peut le joindre à [email protected]

Articles connexes

La date limite pour la fusion Rogers-Shaw reportée au 17 février

Rogers, Shaw et Québecor ont annoncé ce matin dans une déclaration conjointe que la date limite pour finaliser le projet de fusion Rogers - Shaw et la vente de Freedom Mobile à Québecor a été reportée au 17 février, en attendant l'approbation du ministre de l'Innovation, des Sciences et de l’Industrie, François-Philippe Champagne.

La Cour fédérale rejette l’appel du Bureau de la concurrence pour bloquer la fusion Rogers-Shaw

Le Bureau de la concurrence n'a pas réussi à convaincre la Cour d'appel fédérale que la décision du Tribunal de la concurrence en faveur de la fusion Rogers-Shaw était juridiquement erronée ou que cette dernière entraînerait une diminution de la concurrence.

Le gouvernement du Canada lance la Stratégie quantique nationale

Le ministre de l'Innovation, des Sciences et de l'Industrie, François-Philippe Champagne, annonçait aujourd’hui la Stratégie quantique nationale, qui façonnera l'avenir des technologies quantiques au pays et contribuera à la création de milliers d'emplois. Assortie d'un investissement de 360 millions de dollars annoncé dans le budget de 2021, la stratégie consolidera le leadership mondial du Canada en recherche quantique et favorisera la croissance des entreprises, le perfectionnement des technologies et le développement des talents au pays.

Le Bureau de la concurrence dépose un appel mis à jour et cite des erreurs de droit dans la décision du Tribunal de la...

Selon un reportage du Globe and Mail, le Bureau de la concurrence a déposé un appel mis à jour auprès de la Cour d'appel fédérale vendredi, alléguant deux autres erreurs de droit dans la décision du Tribunal de la concurrence d'approuver le rachat de Shaw par Rogers pour 26 milliards de dollars canadiens.

Fusion Shaw-Rogers : les derniers développements

Après de nombreux déboires dans la foulée de l’annonce de l’intention du géant des télécommunication Rogers d’acquérir pour 26 milliards de dollars son compétiteur Shaw en mars 2021, le dénouement tant attendu – un jugement du tribunal de la concurrence – est finalement arrivé le 29 décembre alors que ce dernier rejetait les arguments du bureau de la concurrence qui tentait de bloquer la fusion des deux géants.