Tech Shuk récompense les innovateurs en matière de changement climatique


IT World Canada - 11/05/2022

Les 500 personnes assistant au Tech Shuk à Montréal pourraient très bien avoir été les premières à voir publiquement la prochaine grande innovation qui pourrait changer la planète pour le mieux.

Une idée originale du Fonds national juif (FNJ), l’événement annuel est une compétition en direct de style « Dans l’oeil du dragon », avec des entrepsies en démarrage présentant leurs produits à un panel d’investisseurs renommés appelés « Lions » qui ont passé en revue les présentations de Medialpha, Capsolar, Carbon Neutral Club, Altiro Energy, Decap et Bello Water, chacun reflétant à sa manière le thème de l’événement sur l’utilisation de la technologie pour lutter contre le changement climatique.

Source : da-kuk / Getty

Organisé fin avril, l’événement a permis d’amasser des fonds pour le Climate Solutions Prize qui, selon les organisateurs, soutient la recherche et le développement de solutions révolutionnaires au changement climatique. Jusqu’à quatre chercheurs se partageront le prix de 1 million de dollars américains décerné chaque année en Israël, parallèlement à un prix annuel de 100 000 dollars canadiens aux innovateurs québécois. Des juges de haut niveau évalueront les présentations et les gagnants seront annoncés lors d’un concours en direct en Israël.

Cette année était la troisième édition de Tech Shuk, la première après une absence de deux ans en raison de la pandémie.

Altiro Energy a été la favorite des juges. Elle utilise des composés chimiques au lieu du gaz, du charbon ou des combustibles nucléaires habituels pour créer de l’électricité. Son objectif est de rendre les bâtiments résidentiels et commerciaux moins dépendants des combustibles fossiles conventionnels et de générer moins de production négative.

Carbon Neutral Club a remporté le « People’s Choice Award » à la suite d’un vote des membres du public. Son concept s’articule autour d’un service d’abonnement qui évalue l’empreinte carbone des clients et envoie de l’argent à certaines initiatives de lutte contre le changement climatique. Les projets soutenus financièrement comprennent Chinchiná Reforestation, Crow Lake Wind Power et Siam Solar Power, chacun vérifié par des spécialistes du climat tiers et chacun détenant les certifications Gold Standard ou Verified Carbon Standard.

Parmi les entreprises en démarrage présentées, deux ont démontré des prototypes que les juges ont pu examiner. Des représentants de Decap ont présenté un réceptacle qui tient dans la main d’une personne qu’on utilise pour se débarrasser en toute sécurité des aiguilles de seringue après une injection. Selon Jamie Magrill, PDG de Decap, c’est révolutionnaire car aucun article de ce type n’existait auparavant sur le marché qui élimine complètement le risque qu’un médecin ou une infirmière se pique accidentellement.

Bello Water a présenté un appareil de comptoir qui, selon son PDG, Marc Schaal, filtre l’eau du robinet dix-huit fois mieux que les filtres disponibles dans le commerce et qui, au prix de 200 $ canadiens, est nettement plus économique – et moins intrusif – que les filtres installés sous l’évier. Le système permet également d’insérer des dosettes de saveur exclusives dans l’eau après filtration.

Pour plus de détails, l’article original (en anglais) est disponible sur le site d’IT World Canada, une publication sœur de Direction informatique.

Lire aussi :

Les dessous des déchets électroniques

Konftel décroche une certification écologique pour une troisième année

Réduire le changement climatique grâce à des technologies numériques comporte des risques

Traduction et adaptation française par Renaud Larue-Langlois




Tags: , , ,