Système de paye Phénix : blâmes du Bureau du vérificateur général

Le Bureau du vérificateur général du Canada blâme Services publics et Approvisionnement Canada dans des conclusions sur les problèmes liés au système de paye Phénix.vérificateur général du Canada

Dans le rapport automne 2017 dévoilé le 21 novembre par le Bureau du vérificateur général du Canada, ce dernier affirme que Services publics et Approvisionnement Canada n’a pas « su cerner ni régler les problèmes de paye de manière durable pour garantir que les fonctionnaires fédéraux reçoivent systématiquement le montant exact de leur paye en temps opportun ».

Le rôle de Services publics et Approvisionnement Canada est notamment de « servir les ministères et organismes fédéraux en tant qu’acheteur central, gestionnaire de biens immobiliers, trésorier, comptable, administrateur de la paye et des pensions et conseiller en matière d’intégrité ».

Le Bureau du vérificateur soutient que « les ministères et les organismes ont contribué aux problèmes », mais que Services publics et Approvisionnement Canada « ne leur a cependant pas transmis toutes les informations ni donné toute l’aide dont ils avaient besoin pour régler les problèmes de paye ».

Le système de paye fédéral problématique est une adaptation aux besoins de la fonction publique fédérale du système commercial d’automatisation PeopleSoft. Cette adaptation avait été baptisée Phénix par Services publics et Approvisionnement Canada et IBM avait été embauchée pour « aider à concevoir, mettre en oeuvre, intégrer et déployer Phénix, et à l’adapter aux besoins », rappelle le Bureau du vérificateur général, sans blâmer IBM.

De plus, une autre société d’experts-conseils externe non précisée aurait été embauchée en 2017 « pour réaliser une analyse plus approfondie des problèmes et des causes et recommander un plan à long terme visant à régler les problèmes ». La feuille de route issue de cette analyse « était toujours en voie d’être finalisée à la fin de juin 2017 ».

Lire aussi :

Système de paye Phénix : 25 % des dossiers encore non réglés

TI au fédéral : le gouvernement Harper mise sur le secteur privé

CGI se positionne dans les services partagés de l’État aux États-Unis

Articles connexes

Compétition Call for Code d’IBM : deux équipes de Montréal dans le peloton de tête

Des développeurs montréalais ont fait bonne figure lors de la cérémonie de remise des prix Call for Code qui se tenaient aux siège des Nations Unies à New York le 6 décembre dernier alors que IBM attribuait 35 000 dollars américains (plus de 47 500 dollars canadiens) à deux équipes montréalaises qui se sont classées troisième et quatrième dans la compétition mondiale.

Financement de 20 M$ pour Unito afin de façonner l’avenir de la collaboration numérique au travail

Unito, une entreprise québécoise qui développe des logiciels d'automatisation de workflows, vient de compléter une ronde de financement de 20 M$ menée par la CDPQ. De nouveaux investisseurs dont Rainfall Ventures et Investissement Québec rejoignent les investisseurs existants Bessemer Venture Partners, Tom Williams et Mistral Ventures. Ce financement permettra à Unito de renforcer sa présence croissante sur le marché.

85 % des responsables I&O prévoient augmenter leur niveau d’automatisation

Une récente enquête de Gartner révèle que 85 % des responsables de l'infrastructure et des opérations (I&O) qui ne disposent actuellement d'aucune automatisation complète s'attendent à devenir plus automatisés au cours des 2 à 3 prochaines années.

Converge Technology Solutions obtient la certification liée aux solutions zSystems et LinuxONE d’IBM

Converge Technology Solutions, un fournisseur de solutions de TI et d'infonuagique compatibles avec les logiciels de Gatineau, détient maintenant la certification pour vendre et mettre en œuvre les solutions zSystems et LinuxONE d'IBM au Canada.

Le coût moyen d’une violation de données atteint 7 millions de dollars

Les 25 entreprises canadiennes qui ont subi une violation de données au cours de la période de 12 mois se terminant en mars ont payé en moyenne 7 millions de dollars en frais de rétablissement par incident. En comparaison, la moyenne des 550 entreprises étudiées dans le monde était de 5,5 millions de dollars (les montants sont en dollars canadiens).