Système de paye Phénix : 25 % des dossiers encore non réglés

Des montants de rémunération sont encore dus ou à corriger pour 22 000 employés de la fonction publique du Canada.Gouvernement du Canada, IBM

Services publics et Approvisionnement Canada affirme avoir accompli 75 % du travail de résolution des problèmes de rémunération liés au système de paye Phénix. L’entité fédérale soutient n’avoir corrigé, en date du 31 octobre 2016, qu’environ 60 000 dossiers d’employés de la fonction publique sur 82 000 qui avaient des montants de rémunération non versés à la date prévue ou incorrects.

Services publics et Approvisionnement Canada se présente comme étant l’entité qui « sert les ministères et organismes fédéraux en tant qu’acheteur central, gestionnaire de biens immobiliers, trésorier, comptable, administrateur de la paye et des pensions, conseiller en matière d’intégrité et spécialiste des questions linguistiques ».

L’entité reconnaît ne pas avoir atteint sa cible de résolution complète des dossiers et de début des démarches de retour à un état de stabilité au 31 octobre 2016. « Nous voulions à tout prix atteindre notre cible et nous continuerons de travailler sans relâche pour traiter les cas restants aussi rapidement que possible », mentionne-t-elle. Des syndiqués de la fonction publique manifestaient leur mécontentement le 31 octobre, notamment devant le centre fiscal fédéral de Shawinigan.

Le système de paie Phénix, qui a été fourni par le géant technologique IBM, avait été implanté en février 2016 et des milliers d’employés de la fonction publique n’ont pas reçu par la suite leur rémunération à la date prévue, ou ils ont reçu des rémunérations incorrectes.

L’opération de modernisation du système de paye avait débutée en 2006. La haute fonctionnaire qui était responsable du projet a été remplacée. Elle avait de son côté blâmé un manque de formation des employés en matière d’utilisation du nouveau logiciel. Le gouvernement s’est abstenu de blâmer le fournisseur IBM.

Lire aussi:

TI au fédéral : le gouvernement Harper mise sur le secteur privé

Mobilité : contrat de six à dix ans pour Québec auprès de Rogers et Telus

CGI se positionne dans les services partagés de l’État aux États-Unis

Articles connexes

Les États-Unis au quatrième rang, le Canada au cinquième sur l’échelle de la cybersécurité

Le Canada se classe au cinquième rang parmi 20 pays pour sa préparation et sa réponse aux menaces de cybersécurité, selon une norme créée par une revue universitaire et un fournisseur de sécurité.

Le Canada signe des accords avec Volkswagen et Mercedes-Benz pour la fabrication des batteries de véhicules électriques

Le Canada a signé un protocole d'entente avec les constructeurs automobiles allemands Volkswagen et Mercedes-Benz pour leur fournir des matériaux de batterie pour véhicules électriques (VÉ).

CORRECTION : L’application canadienne Alerte COVID retirée après deux ans

L'application canadienne pour les téléphones intelligents Alerte COVID, développée au plus fort de la pandémie de COVID-19 pour avertir les gens lorsqu'ils ont été en contact étroit avec une personne infectée par le virus, a officiellement pris sa retraite.

Le Canada demande au G7 un groupe de travail sur la cybersécurité

Face à ce qu'il appelle les « cyberactivités malveillantes » de la Russie dans sa guerre contre l'Ukraine, le Canada exhorte les pays du G7 à créer un groupe de travail pour partager les meilleures pratiques en matière de cybersécurité afin de protéger leurs infrastructures essentielles de TI et de télécommunications.

L’état de l’identité numérique au Canada

L'identité numérique arrive au Canada, soulevant une foule de questions de même que certaines préoccupations des défenseurs de la vie privée. De nombreuses provinces et le gouvernement fédéral ont lancé des initiatives d'identité numérique pour simplifier et sécuriser l'accès aux services gouvernementaux.