Stratégie numérique canadienne : la plus lente connexion à haut débit disponible

La stratégie numérique du gouvernement du Canada n’est pas très judicieuse, soutient un expert-conseil dont les propos sont rapportés par IT World Canada.Illustration du concept de branchement à Internet

Le gouvernement du Canada, dans sa stratégie numérique qui a été dévoilée récemment, indique qu’il financera des projets de transmission à large bande pour que les communautés en région aient accès à un service Internet d’au moins 5 mégabits par seconde. Mais il s’agit de la vitesse de connexion à haut début la plus lente sur le marché, selon le consultant Campbell Patterson.

Selon l’expert, ce n’est rien de très sérieux et inspirant pour les communautés qui aspirent à devenir des villes intelligentes. « Encore une fois le gouvernement vise l’année 1993, conduisant le Canada en bas de la route tout en regardant dans le rétroviseur », a ajouté M. Patterson.

En entrevue à l’occasion d’une conférence sur les villes intelligentes à Toronto, le consultant a indiqué qu’une meilleure solution aurait été de fournir dans les régions du pays un accès à réel haut débit par l’intermédiaire des technologies d’intégration Wi-Fi et WiMAX.

« Avec les plus vieux réseaux, vous n’avez aucune assurance de qualité de service pour les applications et le fournisseur ne prend aucun engagement de niveau de service. Un tel engagement est essentiel autant pour les infrastructures des entreprises que celles des administrations gouvernementales », a-t-il ajouté.

Lire l’article au complet sur le site de IT World Canada, une publication sœur de Direction informatique (en anglais)

Articles connexes

La performance des réseaux canadiens pratiquement inchangée

La société de recherche sur les réseaux Ookla a récemment publié son analyse trimestrielle de l'Internet mobile et fixe pour le Canada. Avec la prolifération des environnements de travail hybrides, les performances des réseaux deviennent de plus en plus importantes. À cet égard, le rapport démontre que les vitesses mobiles du Canada seraient suffisantes pour prendre en charge la plupart des fonctions de travail à distance comme les réunions Zoom et les applications de bureau à distance.

Inquiets de la résilience Internet et des télécoms de votre entreprise ? Posez ces questions

Les pannes pancanadiennes d'Internet et de réseau cellulaire causées par l'incident de la semaine dernière chez Rogers Communications devraient inciter les décideurs des entreprises de télécommunications et de TI à réfléchir attentivement à la résilience des télécommunications dans les services qu'ils achètent.

Le PDG de Rogers admet que la panne aurait été causée par une opération d’entretien

À la suite de la panne majeure de ses services cellulaires, de câbĺodistribution et d'Internet qui a commencé tôt vendredi matin et qui perdure, le président et chef de la direction de Rogers Communications, Tony Staffieri, a publié un nouveau message expliquant ce que l'entreprise croit en être la cause : « une panne du réseau suite à une mise à jour de maintenance de notre réseau central, qui a provoqué un dysfonctionnement de certains de nos routeurs tôt vendredi matin ».

Rogers présente des excuses après une panne majeure

Rogers Communications s’est excusée publiquement après qu’une panne majeure de son réseau ait laissé des millions d’utilisateurs et d'entreprises canadiens sans services Internet et mobiles le 8 juillet.

Près de 1 M$ du fédéral pour une meilleure connectivité mobile à des foyers ruraux du Québec

Le ministère du Développement économique rural annonce un financement fédéral pouvant aller jusqu'à 939 035 $ à Bell pour qu’elle améliore la connectivité mobile dans la communauté des Premières Nations Les Atikamekw de Manawan.